Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > KAWASAKI > Z 800 2013 > Présentation
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Le déclic du percuteur

Kawasaki Z 800

Cliquez sur l'image pour la visualiser en grand format

 
Kawasaki

Kawasaki Z 800 2013

Roadster
Fiche créée le 02/10/2012
Kawasaki Z 800

                    La Z ! Emblématique autrefois, incontournable aujourd'hui. Impossible de l'ignorer, il est partout : dans les rues, entre les lacets de montagne, dans les tops des ventes. Et même si son châssis n'était pas le meilleur, même si son moteur pouvait tousser de travers face à un Street Triple ou un GSR, le public n'a jamais boudé le Z 750 depuis sa sortie en 2004.

          2013 marque un tournant, tant stylistique qu'au niveau moteur. Dans cette 3eme version, le Z devient 800, et cravache une agressivité qui ne peut plus se contenir. Une face de couguar poursuivie par des épaules en silex, un corps ramassé en boule de nerfs, un regard sauvage... Le Z est né méchant, il devient mauvais.
Par le design, qui colle véritablement une gifle. Sur le plan technique, c'est du mieux annoncé de partout, sans être transcendant comme on aurait pu l'imaginer. Le Z 800 gagne de meilleures suspensions (enfin !) réglables en détente et précharge ainsi qu'un freinage plus performant. Les galettes passent à 310 mm et sont mordus par des étriers à 4 pistons.

Surtout, le 4 pattes gagne du cubage, et pas qu'un peu. Car depuis que Yamaha a sorti la FZ8, la norme pour les roadsters mid-size est en train de grimper d'un échelon. Kawa a revu son 4 cylindres avec de nouveaux carters, une culasse aux motifs externes revus, et surtout une augmentation de l'alésage. Le bouilleur oublie ses 748 cm3, veut plus de disponibilité, et affiche à présent 806 cm3. Un chiffre obtenu par une augmentation du diamètre des chambres de combustion : de 68.4 à 71 mm.
Ce n'est pas tout. Car gonfler un berlingot, c'est bien ; fignoler sa mécanique interne, c'est mieux. Détaillons un peu, en commençant par les corps d'injection qui prennent 2 mm de diamètre pour un final à 34 mm. Le cœur étant plus gros, il doit mieux respirer. On lui offre des conduits d'admission et d'échappement redessinées, des cornets d'admission de longueur différente (courte pour les n° 1 et 4, longue pour les n° 2 et 3), et faisons simple pour la suite : bloc-cylindres désormais en fonte d'aluminium coulée sous pression (et non plus par gravité), traitement electrofuse pour virer les chemises acier, hauteur des pistons réduite de 7 mm et allégement de 10%, gicleurs d'huile plus gros, nouvelle chaine de distrib, mécanisme de boite de vitesses légèrement revu, etc...
Voila de quoi répondre à la concurrence, avec plus de gniak un peu partout dans les régimes. Tout a été pensé pour décaler la courbe de couple vers les bas et mi-régimes tout en la renforçant. Et avec une transmission finale plus courte, le Z va flanquer une petite valise à son prédécesseur.
Nos amis hors des frontières françaises pourront profiter de plus de watts, car le Z 800 sort 115 bourrins en full et 8.5 mkg. La France tempère les effusions à 106 ch et 8.1 mkg, atteints respectivement à 10 000 et 8 000 tr/mn.

          Sous ses atours, la Z 800 cache bien ce qu'elle n'a pas changé. Le châssis est celui, renforcé, de la Z 750 R. L'amortisseur a été déplacé sur la gauche, la cadre à poutre tubulaire quelque peu repensé, mais globalement, Kawa reprend le même cadre et l'adapte à tâtons– on aurait préféré un profond changement technique, comme un ce fut le cas pour la 3ème génération de Z 1000. Notons l'allongement du bras oscillant (560 -> 572 mm), l'amorto doté d'un corps en alu et d'un réservoir séparé, et l'ABS Nissin en option placé sous la selle conducteur.

          Plus féroce, le Z profite de son nouveau qualificatif 800 pour arborer un nouveau tableau de bord à triple fenêtres digitales, de saisissantes platines repose-pieds, un guidon remanié et un échappement plus compact, entre autres. On sera moins épaté et même un peu déçu par le bras oscillant (pourquoi ne pas avoir récupéré le bien plus sympathique élément du Z 750 R ?!?), les étriers de frein classiques (la mode veut du radial) et, point de vue personnel, la machine embarque de plus en plus de plastiques.
Ce sont des peccadilles, qui ne pèseront pas lourd dans la balance. La Z 800 ne fera pas que s'appuyer sur le succès de la 7 et demi, elle va le pousser dans ses limites. Attention, ça va grogner de plus belle.
          Sur le fond, il serait temps que Kawasaki fasse un réel effort pour faire maigrir son Z fétiche. 229 kilos (3 de plus que le Z 750), c'est quand même une masse pour un roadster, surtout que la référence du segment, le 675 Street Triple, pèse 46 kilos de moins - un frigo de différence. Mais le marché n'y prêtera guère attention : le Z 750 n'a jamais été la plus fine lame de son segment, mais son design et sa prise en main l'ont toujours mis sur le rail du succès. Le Z 800 étant de la même veine, tout est réuni pour lui assurer une place sur le podium des ventes, et ses proprios lui pardonneront la graisse qu'il a sur les muscles car ils se focaliseront plus sur le design agressif et les détails qui font la différence : les feux arrières à diodes en forme de Z, la silhouette exacerbée, le cubage conséquent, l'esprit Z.
Le prix ? Il change de catégorie. Le Z 800 se place à un tarif similaire à celui de la Z 750 R. Pour retrouver les prix du Z 750, il faudra s'orienter vers la version e.

M.B - Photos constructeur

          N.B : Le Z 800 sera aussi dispo en version e, un peu moins cher, moins bien équipé, et sortant 95 chevaux. Il sera bridable pour le nouveau permis, aura des suspensions et des freins moins évolués, et coutera le tarif de l'ex Z 750 de base.

 


Les indispensables pour la moto et le motard
Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.

Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire, avec des milliers de références disponibles.
L'aspect technique de la

Kawasaki Z 800 2013

Kawasaki Z 800
  • Chassis :
  • Cadre : poutre tubulaire en acier
  • Réservoir : 17 litres
  • Longueur : 2100 mm
  • Largeur : 800 mm
  • Hauteur : 1050 mm
  • Empattement : 1445 mm
  • Poids en ordre de marche : 229 kg
  • Train avant :
  • Fourche téléhydraulique inversée Ø 41 mm, déb : 120 mm
  • 2 disques pétales Ø 310, étriers 4 pistons
  • Roue AV : 120 / 70 - 17"
  • Transmission :
  • Boite à 6 rapports
  • Transmission secondaire par chaîne
  • Train arrière :
  • Mono-amortisseur, déb : 137 mm
  • 1 disque Ø 250, étrier 1 piston
  • Roue AR : 180 / 55 - 17"
  • Moteur :
  • 4 Cylindres en ligne, 4 temps
  • Refroidissement : Refroidissement liquide
  • Injection Ø 34 mm
  • 2 ACT
  • 4 soupapes par cylindre
  • 806 cc (71 x 51.9 mm)
  • 113 ch à 10200 tr/min
  • 8.3 mkg à 8000 tr/min
Ce qu'il faut retenir de la

Kawasaki Z 800 2013

Les plus
  • Style féroce
  • Moteur brillant
  • Meilleurs suspensions
Les moins
  • Vibrations
  • Bras oscillant et étriers de frein quelconques
  • Tarif
Ajouter vous aussi un commentaire sur "la Kawasaki Z 800 2013"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :