Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > MV-AGUSTA > 800 BRUTALE 2013 > Essai
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Coup de sang sur roadster killer

MV-Agusta 800 BRUTALE

Cliquez sur l'image pour la visualiser en grand format

 
MV-Agusta

Essai de la MV-Agusta 800 BRUTALE

          C'était samedi, et j'en ai encore la mâchoire qui me démange. La claque ! Non, bien plus pour être précis : une gifle puis une belle grosse claque. La MV-Agusta 800 Brutale, c'est exactement ça. Un roadster qui vient défier les stars du segment, Kawasaki Z 800, Suzuki 750 GSR et Yamaha FZ8 en tête, et les outsiders. Et ses arguments sont bel et bien là : le design, c'est ça la gifle ; et le moteur, c'est la baffe qui réveille un mélange de bonheur et de trouille.

          Nous sommes en mode essai-express. Du coup, je n'ai pas pris beaucoup de temps pour détailler la petite Brutale. Je vous invite donc à vous faire votre propre opinion, bien que celle-ci soit déjà sérieusement influencée par le dessin originel de Massimo Tamburini. Belle, désirable, compacte, "boule-de-nervosité" en attente, l'italienne tend à se rapprocher du fantasme. C'est la fille du lycée avec qui tout le monde voulait sortir. Hélas, on ne va pas faire le tour de la demoiselle plus que ça, car je dois la ramener fissa.  On va donc passer à l'essentiel et monter vers la Feclaz.

          Contact. Le trois cylindres s'éveille de mauvais humeur. Loin des mécaniques policées qui nous ont envahit depuis quelques lustres, le 798 cm3 râle dès sa mise en route. Il grogne, il racaille... A bas-régimes, on croirait qu'il digère des morceaux de cailloux avant de renvoyer une poignée de graviers dans le vilebrequin. Associé à la mélodie métalliquement italienne, l'atmosphère vocale au guidon de cette MV3 est un délice auditif.
J'enroule doucement, j'attaque la montée avec délicatesse, quelques virages passent, les voitures s'effacent. Bien, on va ouvrir un peu pour vvvvooiiiiiiihaaaarrrrrr..... !!!!!!!

          "Calme ! Calme ! Calmes-toi, Bordel !" Vocifères-je à la machine. Là, je viens de prendre LA claque. En tournant généreusement mais sans excès la poignée de gaz, la 800 Brutale s'est mise à chercher un raccourci vers les nuages sans passer par la case route. Sans détour et sans délicatesse, le bouilleur ne tarde guère à montrer son caractère. On accélère, il pousse sans attendre ; on veut des watts, il les envoie avec insistance. Quel vivacité, quel fougue, quel bazar. Il est mauvais, il percute, il vous prend aux tripes. Brutal et sans retenue, c'est rapidement lui qui mène le bal. Génial ! Quel frisson, et quelle embardée. Il part dans les tours avec une furie redoutable et un braillement hystérique. Une dose de sang-froid devient rapidement indispensable. Calmez-vous à l'occasion, car le 3 pattes ne le fera pas pour vous.
Si ce moteur provoque très vite la perfusion d'adrénaline et l'émotivité sous le casque, il représente toutefois un inconvénient... ou plutôt un avertissement. Débutant ou kéké optimiste, faites gaffe ! Cet engin ne demande qu'à vous péter à la tronche si vous ne lui témoignez pas un minimum de respect associé à une cuillère d'humilité.Essai de la MV-Agusta 800 Brutale
          Maintenant que je sais que le feu taquine la poudre entre les tubes d'acier du châssis, vient le moment d'empoigner les freins pour éviter de faire smack à la falaise. Le logo Brembo sur les étriers radiaux à 4 pistons fut le premier label de qualité rassurant, la saisie du levier fut le second. Doté d'un très bon feeling et de beaucoup de puissance, le freinage offre une réponse de sportive. On module d'un doigt la force appliquée sur les disques puis on utilise toute la gniak des mâchoires lombardes. Attention sur le mouillé : leur puissance est telle qu'il y a de quoi se gameller l'avant sur chaussée humide.
Le pilote sera moins tenté d'utiliser le frein arrière. Décalée à l'intérieur et difficile à choper, la pédale exige un instant de recherche par le pied. Une fois trouvé, la réponse est sans ambigüité. Peu de feeling et ça bloque très vite.

          Bon, l'heure tourne, je dois ramener mademoiselle, et ce n'est pas un si peu de temps qu'elle me dira tout ce qu'elle réserve à son futur a(i)mant. La 800 Brutale fait partie de ses motos que l'on met du temps à apprivoiser, pour ne pas dire dompter. Plus avisé à mater la route déferlant à la vitesse du vent qu'à observer le tableau de bord, sa critique en sera rapide et facile. Pas évident de trouver la bonne info dans ce très riche combiné d'instrumentation. Les chiffres ne sont, à mon gout, pas assez épais pour une lecture aisée. Ce qui m'a tout de suite marqué et agacé, c'est la position des commandes du comodo gauche. En voulant activer un cligno, le pouce atterrit sur le klaxon. Ces commandes devraient inverser leurs emplacements.

          Belle, sportive et surprenante, pour ne pas dire épatante, la MV-Agusta 800 Brutale est aussi... brutale. Son moteur surtout, qui n'a rien d'un gentil petit moulin bien éduqué. Et cela plait ! Avec sa ligne, son monobras, sa triple sortie d'échappement et son phare inimitables, le roadster de Varese est clairement un cran au-dessus de la production. Pour garder encore un peu l'illusion de mes allusions légères, imaginez prendre un cappuccino avec la fille du lycée, puis celle-ci pète une durite et vous plaque contre le mur.
OK, le compte-rendu met surtout l'accent sur les points positifs, la nervosité et les sensations de la machine. Mais impossible d'être médisant sur elle en si peu de temps. A vous de passer le stade du coup de coeur pour chercher ce qui cloche.

Crédits essai et images : M.B

 

Ajouter vous aussi un commentaire sur "la MV-Agusta 800 BRUTALE 2013"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :