Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > YAMAHA > 1670 MT-01 2006 > Essai
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

En attendant la « Stage 2 »

Yamaha 1670 MT-01
 
Yamaha

Essai de la Yamaha 1670 MT-01

           Le mois de février rime pour nous à une St-Nicolas avant l'heure.
C'est lors de ces 28 jours que nous recevons les différentes listes de motos proposées en parc presse.
Quelques surprises nous attendent; comme Yamaha qui nous prépares une MT01 Stage 2...
"Rappelle-toi comment marche une « stock »" me disait notre bon redacteur en chef "avant de goûter à la puissance de la Stage 2".

Voilà comment je me retrouve à chevaucher une MT01 pendant cette belle semaine ensoleillée du mois de mars.
Cette moto peut se résumer en quelques chiffres : 1670 cm³ ; 15,3 Nm à 3750 tr/min ; 265 kg tout plein fait, une conso moyenne de 8 l aux 100 et un troisième rapport qui peut vous promener de 55 km/h à 2000 tr/min jusqu’un petit 160 km/h à 5500 tr/min (régime maxi !) mais bon, cherchons plus loin …

           LA VIE EN COUPLE

           Un peu d’histoire pour débuter : présentée au salon de Tokyo à l’état de prototype en 1999, la MT01 avait reçu un accueil tellement enthousiaste que le cabinet GK design (déjà concepteur des lignes de la V-MAX) et Yamaha ont tenté le pari de la mettre en production sans trop toucher à la ligne du proto. Et le résultat est là, devant mes yeux toujours embués par le désir … malgré que ce soit notre 3ème rendez-vous !
Le mélange de genres est très osé, entre un moteur de Road Star Warrior et une partie cycle emprunté à la R1. Cette moto ne manque ni de caractère, ni d’identité. D’ailleurs, et ce malgré le fait qu’elle soit sortie en 2005, elle attire toujours autant les regards.
Il faut un œil de lynx pour trouver l’inscription Yamaha sur le moteur, par contre, aucune indication sur la cylindrée, laissant le public partir dans les délires les plus fous !!!

YAMAHA MT-01 1670           Contact :

           Le tableau de bord se résume à un méga compte tours rétro éclairé en bleu intégrant un petit écran digital dispensant les indications habituelles : compteur, horloge et 2 trips.

Malheureusement, il n’y a pas de jauge à essence, qui aurait pu être d’un grand secours pour éviter la panne sèche.
Cependant, le réservoir de 15 l et la consommation « élastique » mais relativement faible en fonction de la nervosité exercée sur la poignée de gaz (comptez entre 7 et 10 l aux 100), les passages à la pompe ne devraient pas se faire à plus de 160 km d’intervalle.

La position de conduite est étonamment confortable : les jambes ne sont pas trop repliées et les bras agrippent sans problème le guidon. Les repose-pieds sont montés sur silent bloc pour éviter de transmettre les good vibrations du moteur.
Parce qu’un big V2, ça vibre !! Les rétros sont là pour en témoigner ! Au ralenti, la moto tressaute sur sa frêle béquille latérale (pas de centrale au programme) et chaque rotation de l’accélérateur fait sortir des échappements-tromblons un bruit digne d’un moteur de Hors-bord.
Lorsqu’on redresse la bête, ses 265 kg sont bien présents. D’autant que son centre de gravité est placé plutôt haut.
Les manœuvres à basse vitesse sont à effectuer avec beaucoup d’attention si on ne souhaite pas terminer sous la moto. Ces problèmes disparaissent dès le passage des 5 km/h !

 

YAMAHA MT-01 1670           En route :

           Profitant d’une ballade prévue de longue date avec le Sunday Ride, je me décide donc à la mesurer auprès de quelques motos de bon père de famille (Speed Triple, Ducati 998S, GSXR 750 et autres SV1000).
La matinée de roulage étant plutôt axée routes rapides pour rejoindre notre terrain de jeu, je ne peux que pester contre le manque de protection au-delà de 140 km/h (qui l’eût cru ?).
Le genou droit bien au chaud derrière les sculpturales tubulures des pots, on attaque enfin un itinéraire plus sinueux et je peux enfin faire le lien entre le titre de cet article et la vie en couple … Dans ces virolos, 1 phrase en tête " roule sur le couple", la zone rouge coupant votre élan, la remise de gaz doit se faire dès 2000 tr/min. Le pilotage de la MT01 n’est pas ce qu’on appelle intuitif. Les courbes doivent être abordées avec prudence et en n'oubliant pas l'embonpoint de la bête, la moto posée et non violentée, et la prise d’angle doit rester raisonnable au risque d’user bottes et repose-pieds prématurément.
En respectant ce mode d’emploi, on peut sans problème suivre un groupe de furieux en roadster … Bon ne narguez pas de sportives quand même !!!

           Conclusions :

La MT01 reste une moto d’initié !
Elle regorge de pièces sublimes et de couple, sa ligne haute mais compacte et ramassée n’a pas pris une ride.
Bien entendu, cette moto n’est pas un maître achat pour un roulage journalier. Entre la conso d’essence et de pneus (déjà bien marqués après 1000 km !), le vieillissement prévisible des pièces chromées et argentées, à cause du salage hivernal sur nos routes, et l’absence d’équipement permettant le transport de bagages, mais elle n'a pas été concue pour cela.
L’embrayage demande de la poigne, et votre improbable passagère, malgré la douceur du moulin, sautera de la moto après quelques kilomètres tant les jambes sont repliées.
Alors pour conclure, à vous de trouver la vie qui va avec …

           Pour rappel

Stage 1: Pots Akapovic en titane et selle mono
Stage 2: Ligne Akrapovic piste et puce +- 96 ch
Stage 3: Arbres à cames, piston, ressorts de soupapes, cornets d'admissions et embrayage +-110 ch            

Oli le Belge
(photos : constructeur)

Ajouter vous aussi un commentaire sur "la Yamaha 1670 MT-01 2006"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :