Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > BENELLI > 1130 TRE-K 2006 > Essai
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Benelli se lance dans le trekking ?

Benelli 1130 TRE-K
 
Benelli

Essai de la Benelli 1130 TRE-K

             Sur les collines de Belvedere (Italie – côte adriatique), une meute de Trek 1130 arpente les routes tortueuses dans un rythme léger. Un simili de pause après les 10 minutes mouvementées nécessaires pour sortir de la ville. J’en profite pour faire le point sur cette moto surprenante.

             Comme tant d’autres, lors de cette journée « Io amo Benelli », je découvre de près la nouvelle moto du constructeur. Moins intimidante que la TnT, dégageant une élégance un brin sauvage et vorace, la Tre-K est un bel engin, que l’on prend plaisir à observer de près comme de loin. Le réservoir très travaillé est vraiment une belle pièce, comme le cadre et le bras oscillant tubulaires. Et si on allait faire un tour !?!
810 mm – c’est la hauteur de selle inscrite sur la fiche technique. Pourtant, l’assise parait plus haute. Rien de bien méchant et nous voila partis avec 5 Tre-K pour découvrir les alentours de Misano Adriatico. Les 205 kg à sec se font rapidement oublier, pour laisser la place à un engin maniable et joueur. Quelques encablures plus tard, je me demande si je ne vais pas ramener la Benelli en plusieurs morceaux. 2 raisons à cela :

             - L’assemblage de certaines parties de la moto a dû être confié à des gars atteints de problèmes nerveux. Le réservoir semble collé sur une grosse masse de caoutchouc, les plastiques latéraux comme la bulle vibrent dans tous les sens (tu te demandes à chaque accélération s’ils ne vont pas prendre la poudre d’escampette), et que dire de la bavette atteint de crises d’épilepsie… Ca tient, mais ça ne fait pas très sérieux sur une machine à plus de 12 000 euros. Ah, la haute couture italienne et ses subtilités.

             - Autre raison, le moteur. J’ai jamais vu un truc pareil sur un trail, même sport. Le 3 cylindres est non seulement rempli à ras bord, même à bas régimes ; mais surtout, c’est impressionnant la fougue qui l’habite. Quelle patate ! Et quel caractère ! Nerveux à souhait, il faudrait presque faire gaffe à chaque coup de gaz pour ne pas s’envoler au-dessus de la route ; surtout dans ce pays où chacun adapte les règles de conduite à sa sauce perso. Même assagi par rapport à la TnT, le 3 cylindres associe une sacrée puissance à un comportement très vif, emporté par une sonorité qui prend aux tripes. Pendant que le bouilleur vous soulève le cœur, la mécanique s’exprime avec rage. Ca grogne, c’est vivant, c’est hargneux, ça vous prend aux tripes… c’est un régal ! Par contre, mieux vaut tempérer les ardeurs de la Tre-K avec les pneus d’origine. Les Dunlop D270, au profil et sculptures typés mixte route/chemin, risquent de vous offrir quelques travers dans les virolos italiens. A mi-parcours, quelques légères glisses de l‘arrière ont tempéré mes ardeurs. Vous voulez vous faire plaisir ? Virez tout de suite les pneus d’origine et montez une bonne gomme sport. Les 125 chevaux de la bête n’en seront que plus jouissifs à utiliser. Comme sur la TnT Sport, on trouve au tableau de bord un petit bouton permettant de choisir entre 2 cartographies d’injection : grosse patate ou très grosse patate. J’ai pu constater une légère différence entre les 2 modes mais rien de vraiment éloquent. Et puis, est-ce bien important ; le moteur t’en met déjà plein la quiche.Benelli 1130 TRE-K
L ’injection est quand même un petit peu à revoir. Nous avons eu droit à quelques à-coups à la remise des gaz. Pas vraiment pénible mais parfois gênant.

             Quelques arrêts par ci et là m’ont permis de constater la subtilité du coté pratique des italiennes. La recherche du point mort est un cas de stress intense. Il faut un toucher de pied vraiment très fin… et tenir l’embrayage ferme avec patience. Attraper la béquille latérale risque d’engendrer un divorce avec le pied gauche. Le pot sous la selle, c’est top classe et agressif ; mais pour mettre quelque chose dans la selle, laisse tomber. Quant aux rétros, un véritable gag. Ah, c’est joli ces bouts de triangle, mais qu’est-ce qu’on voit pas grand-chose dedans.

             Après quelques photos, nous revenons comme des bombes vers le circuit de Santa Monica où m’attend l’essai de 1130 Tornado. On ouvre correct, et la Tre-K ne demande que ça. Même en ville, où il est préférable de se montrer raisonnable, le bouilleur trépigne d’impatience et éructe sitôt la main droite agitée. En cas de calme demandé, la machine se plie à une allure détendue si besoin est - mais à contrecœur ; le moteur veut, exige de s’exprimer. Le freinage ne manque pas de puissance pour arrêter tout ça, avec un certain manque de progressivité. Il en faudrait un peu plus sur une machine de ce type. Le frein arrière est lui aussi costaud, à tel point qu'on bloque assez vite la roue ; pas de souci, la moto reste controlable pendant qu'une jolie virgule de gomme griffe l'asphalte.

             Un trail sport de fou ? Presque. Le tonus du 3 cylindres et son bruit envoutant, ça donne envie de faire le plein de sensations. Pour la balade, laisse tomber - Bien que Benelli ait prévu une bulle réglable en hauteur, des suspensions relativement ferme pour un trail mais assurant une certaine souplesse et filtrant bien les petites aspérités, une position de conduite droite et des pneus « polyvalents », la Tre-K n’a pas du tout le profil d’une routière comme la Yamaha TDM ou la Honda Varadero – D’ailleurs, la fermeté de la selle n’engage pas à faire de longs voyages. Elle serait plus destinée à ceux désirant l’enchantement de la mécanique TnT avec un peu plus de confort que sur le roadster. Faudra juste se méfier des pneus d’origine, car on se prend vite au jeu de l’attaque. Et ce moteur, ce truc de barjot… quel réussite !

M.B - photos Motoplanete

Ajouter vous aussi un commentaire sur "la Benelli 1130 TRE-K 2006"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :