Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > HONDA > CG 125 2006 > Commentaires
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Les avis des motardnautes sur la Honda CG 125 2006

Filtre

Question : essence

Modèle 2006
bjr

problème de fuite d'essence ; et vous ?

Je cherche
Répondre à christo

Question : le moteur

Modèle 2004
bjr j'aime cette moto mon moteur est foutu vous avez les rechanges?? Répondre à merci

Modèle 2004
Pas d'ACT sur la CG 125, c'est un moteur "culbuté", l'arbre à cames est situé sur le coté G du cylindre (donc pas en tête), les soupapes sont gérées par des basculeurs puis des tiges de soupapes et des culbuteurs. Ce détail fait que le moteur est fiable par rapport aux modèles à ACT. En effet avec un ACT celui-ci est entrainé par une chaine de distribution, si celle-ci casse ou saute en raison de son usure ou allongement cela cause de gros dégâts au niveau des soupapes et de la culasse... Répondre à Bracame69

Modèle 2004
Bonjour,

Ma C.G est de 1980, elle totalise 168 000 Km, bien sur il y a eu des réparations, embrayage, ( 70 000 km, kit chaine tout les 10 000 km en moyenne, bref les consommables normaux, mais coté moteur,a été refait, la segmentation,le piston changé un rodage de soupapes à 125 000 Km.
Bien sur il faut respecter la moto, temps de chauffe et pas pousser le moteur trop haut dans les tours et surtout pas pousser sur les intermédiaires.
Son usage n'a été que purement utilitaire, se rendre du point A au point Ben conduite cool.

Bien les vacances en moto, et la la C.G se montre a la hauteur, les grandes nationales, les départementales, et même les routes de montagne ne lui font pas peur, tant que l'on respecte le moteur, il n'y a rien a craindre, Espagne, Italie, Suisse, aucun problème particulier.

Elle st passée partout sans rechigner, certes pas de moyenne de sportive, mais elle est passé sans poser de problèmes

Points noirs, son freinage a tambour, n'est plus dans les normes actuelles mais a la vitesse d'usage pour la quelle elle a été conçue le freinage ne pose pas de réel problème. Vitesse de croisière 70/90 compteur sur route départementale,vitesse maxi sur le plat 115 km/h compteur, sa consommation, de 2,9 a 3,1/l00 Km, suivant le style de conduite et le profile du terrain.

En vacance conso moyenne sur 1900 km parcourus, 3,3l/100 mais 40 kg de bagages pilote de 85 kg et 1/3 des 1900 km sur route de montagne, (Alpes)

Modifications : En 2000 .Changement tubes de fourche pour avoir un freinage par disque, s'est le jour et la nuit question qualité de freinage

En 2001 :Montage d'une tête de fourche avec bulle haute;

En 2001 :Montage d'un réservoir de 17 litres, ce qui a fait passer l'autonomie de 300 à 550 km avant réserve.

En 2001: Montage d'un guidon cornes de vache,( pas trop haut) ce qui pour moi améliore le confort sur de longues distances;

En 2002: Montage d'une selle monoplace avec assise en "gel" et d'un "plateau de chargement maison" gros top case fabriqué sur mesure par un artisan spécialiste en polyester ( Top case qui me sert aussi de dossier) en remplacement du porte paquet.

En retraite depuis 2009, je passe tout les beaux jours sur les routes de France et de Navarre et toujours parfaitement heureux avec ma C.G

La C.G est une très bonne moto, moteur increvable si on le malmène pas, appétit de chameau mais elle date et est dépassé face a des motos plus récente, mais pour un pépère tranquille qui se ballade en prenant le temps de profiter du paysage et des spécialité culinaires des régions qu'il traverse, il y a pas mieux que cette petite moto sans ambition mais qui fait son boulot.

la prudence sur la route et roule ma poule
Répondre à Michel

Modèle 2004
Rien à dire, le splendide témoignage de la moto à Christian est la meilleure pub qu'aurait pu élaborer une équipe marketing de chez Honda. Personnellement, à 40 ans je découvre l'univers de la moto, et je pense définitivement à acheter une CG 125, pour toutes les qualités de cet engin en comparaison à la concurrence. Salutations motardes depuis le Sud de la Méditerranée Répondre à Maroquin

Modèle 2004
125 cges de 2005;le moteur est sympa,peu de reglages ,3l au cent,par contre au bout de 10000km c'est 1l de rouille dans le reservoir,.
change dans la garantie
par contre le reservoir rouille à nouveau (vice cachè non reconnu
hors garantie)10000km plus loin.
conclusion,les reservoir ne sont ni traite ni verni(premiere fois en 40 ans de moto)
C'est inadmissible pour Honda
Répondre à escroquer

Modèle 2004
j'ai la cg de 1998 achetée 850 euros avec 13 000km.
Elle en a aujourd'hui 21500km et je la trouve toujours aussi géniale, fiable...

la mienne ne démarre qu'au kick, freins a tambour avanbt et arriere....
mais elle consomme que 3l aux 100, et ça, vu le prix du sans plomb, c'est parfait!


bon les perfs sont moyennes, 105 sur plat, 95 à deux...

mais à deux la tenue de route est tres correcte pour vu que le passager ne soit pas plus lourd que le pilote et sache se tenir...

je n'ai eu aucune panne, pneu arriere changé à 15 000km(remplacé par un michelin), révision générale à 18 000km, vidange tous les 4000km(je fais beaucoup de ville) et kit chaine à 21 000km.


que dire de plus???

j'ai nettoyé le carbu une fois, la bougie 3 fois et... ROULES!!!!!
Répondre à tom125

Modèle 2004
J avais avant Un sr 125 yamaha.
Je l ai amené a 115 000 km sans aucune revision.
je faisait les vidanges et j ai refait la distib a 60 000,Increvable. elle tournais encore quand je l ai changé :-)
J ai changé pour un Cg 125 année 2005.
Bon c est pareil tout ça (Gn, Sr, Cg, moto de coursiers) des petit mono 4 temps increvables qui prennent pas de tours.
elles ce valent à la seul difference et pas des mondres les freins !!!
Je part avec la moto niquel 1 er semaine le rodage :-)tout parfait.
1 er jour de pluie,et la ... c est le drame :-)
Tu te demandes comment les ingenieures et honda peuvent commercialiser un truc pareil.
Deja sous la pluie tu y vas molo mais la.
La premiere pression sur ton levier de frein attend a ne rien avoir pendant 1 bonne seconde voir 2. Si sa freine un peu brusque devant toi tu te plantes mechant.
Pour les sceptiques y a qu a regarder la taille des plaquettes du cg et celle d un sr c est accablant mais tres révelateur(les ingenieures ??? honda ???) et la tu comprends pourquoi ca freine pas sous la pluis .Mais quand je dien rien c est rien incroyable.je parle d une grosse pluie.
ca sert a quoi de mettre un disque sur un nouveau modele si ca freine pas ?
elle est bien mais a cause de cela je la déconseille FORTEMENT c est trop important le freinage.
Moto execivement dangeureuse sous la pluie !!!

un coursier de paris qui roule 200 bornes tous les jours soit 48 000 km a l année.je sais de quoi je parle

Ps:Tres surpris que personne n ai mentionné cela dans les post précédent.Je repete pour les septique regardé et comparé la taille des plaquettes avec un ybr c est le nouveau SR 125
bonne route et gare a la pluis :-))
Répondre à eric

Modèle 2004
J'ai roulé de nombreuses années une honda CG125 de 1987. Moteur usé, j'ai décidé de la remplaçer.J'ai vu de nombreux concessionnaires, essayé de nombreuses motos, j'ai pris le temps de la réflection, et..........je suis repartis avec une CG 125 neuve !!!!!!. Je n'ai pas retrouvé sur une autre moto 125, toutes les qualités de ma vielle CG. Je roule donc depuis avril 2006 une honda CG125. Elle a maintenant 1600 km,et je ne regrette pas mon choix. Répondre à Serge

Modèle 2004
Je n'ai pour l'instant parcouru que 300 km sur ma Honda, soit l'équivalent d'un plein (sans atteindre le niveau de la réserve).
La jauge carburant n'est pas très précise (restée bloquée sur le plein complet pendant presque 200km puis a très vite diminué). Le starter est vraiment pénible à mettre en oeuvre ou à arrêter quand on roule (pas d'accès facile). Concernant le porte paquet, j'ai du patienter 10 jours pour obtenir celui commandé lors de l'achat (pas livré de série, provient d'Espagne) et j'ai un peu galéré pour le monter (il avait un léger défaut). Voilà pour les points négatifs.
Par contre, pour le reste, que du positif. Je me sens vraiment bien sur ma moto, même si ce n'est qu'une "petite" 125. La conduite est rassurante et le freinage efficace. Quand à l'autonomie, j'en ai parlé plus haut, la CG a un appétit d'oiseau...

Elle est nettement moins tape à l'oeil que la YBR de chez Yamaha et un peu plus chère, mais, à ce jour, je ne regrette absolument pas mon choix.
Répondre à Laurent

Modèle 2004
J'ai la CG125 depuis seulement 24h00. Comme beaucoup, j'hésitais entre elle et la YBR de chez Yamaha...

Ce qui a prévalu dans mon choix ?

- la tenue de route exemplaire,
- le freinage efficace,
- le look rétro que j'adore.

Quant au prix, il a été récemment revu à la baisse (2490 €) avec 100 € d'accessoires offerts.

Commandée le mardi, elle était dispo le jeudi chez mon concessionnaire Honda de Nice.

Avant de me mettre au guidon, n'ayant aucune expérience de la moto, j'ai préféré me faire la main chez ECF (93€ les 3 heures) sur le même modèle. Au menu : parcours lent et rapide, freinages d'urgence, et diverses choses bien utiles pour en connaître un minimum sur la conduite moto, qui n'a rien à voir avec celle d'un scoot (j'ai un vieux beluga 80).

Pour l'instant, je ne regrette pas mon choix (un seul petit bémol, le coup du starter, mais bon, c'est un détail...).
Répondre à Laurent

Modèle 2004
J'aie 16 ans et je suis en train de passer mon permi A1 avec un cg 125.je possède aussi un rs 125 de 97. Je trouve la cg très maniable et extrèmement facile a prendre en main.Son petit 4t lui permet de partir sans tro faire pationer l'embrayage et sa maniabilité en font la reine des embouteillages mais passé la 3èm, le ptit moteur s'épuise et edvient très mous pour atteidre une vitesse de pointe risible.Celà dit elle st très économique. Répondre à cococh

Modèle 2004
Pour ma part, j'ai la chance d'avoir acheté le modèle 2004 (ma première bécane) avec son démarreur électrique et son frein à disque à l'avant.
Mon choix s'est porté sur cette bécane pour sa réputation de fiabilité et de consommation (pensons à la planète) et surtout son prix.
Expérience après 2000 bornes :
- 3,3 l/100 km
- pointes à 110/115 km/h - le 100 assuré si pas de cotes brutales ou beaucoup de vent...
J'aurais souhaité un désign plus Varadero125 mais pas son prix... et puis après ce que je viens de lire sur ce site : moteur mou et engin lourd...

Un bémol : je regrette que la Yamaha YBR 125 vienne seulement de sortir en 2005. J'aurais pu comparer deux motos équivalentes avec apparement des plus pour la yam : kick de secours, porte-bagages, roues et pot moins rétros, prix plus attractif...

Répondre à la cagouil

Modèle 2004
bravo au super récit de christian! moi je voudrai acheter ma premiere moto et je sais pas trop quoi acheter. Je veux pas une grosse moto pour commencer mais après avoir lu ces deux autres commentaires et l'article sur cette moto, je me dit que peut etre je vais l'acheter... Répondre à max[ime]

Modèle 2004
Quel bel hommage....!l'hommage qu'à rendu christian sur cette moto m'a définitivement convaincu car moi-même à la recherche de ma première moto,une petite cylindrée pour mieux débuter,j'hésitais entre le charme rétro de cette vieille dame et une plus jeune sportive parfois moins indulgentes face aux erreurs qu'un jeune motard peut faire. Répondre à nonot

Modèle 2004
Hommage à ma première moto L'achat de la première moto est un moment privilégié dans la vie d'un motard. Pour moi, il a concrétisé mes rêves d'enfant qui assimilaient ce moyen de locomotion à un grand espace de liberté et à la possibilité de prendre la route, de voyager. Ce que m'a apporté ma petite Honda 125 CG a été bien au delà de mes espérances. Toujours vaillante, elle m'a permis de sillonner durant plusieurs années les routes et les pistes d'Europe et d'Afrique du Nord, à la découverte de la vie au delà de nos frontières. En outre, elle possède une qualité unique chez les motos: elle parle. Je lui laisse donc la parole. "Je suis née en août 1980. Il s'appelle Christian et je ne me doute pas encore de la belle histoire que je vais vivre avec lui. Je dois l'avouer, je suis très inquiète le jour de notre première rencontre. En effet, à la sortie des chaînes de montage, dans mon lointain pays du soleil levant, j'avais entendu dire que beaucoup d'entre nous seraient peintes en jaune et passeraient leur vie chargées de lettres et colis divers dans des villes polluées et bruyantes. Brrr ! J'en avais froid dans le dos. Je suis vite rassurée. Mon maître et bientôt ami me fait parcourir, avec beaucoup de douceur, mes premiers tours de roues en me rodant consciencieusement. Une année s'écoule sans histoire. Peu à peu, je note cependant un changement dans le comportement de Christian. Cela aurait pu être imperceptible pour n'importe quelle autre moto, mais moi qui le connais bien, je ne doute plus : il se prépare quelque chose de nouveau. Je le surprends parfois, le regard porté au loin, vers le sud…. Le jour où il empile des kilos de bagages divers au fond du garage, je sais que je vais franchir une étape importante dans ma vie de moto. Je réussis à recevoir tant bien que mal ce chargement impressionnant et, le lendemain, ma selle accueille non pas une, mais deux personnes. Les premiers kilomètres sont difficiles ; je tangue tel le bateau ivre. Puis, peu à peu, je m'habitue à cette lourde charge et j'arrive à profiter du voyage. Les panneaux défilent : Nice, Pise, Rome, Naples, Pompeï, Trapani, Tunis, Djerba, Tozeur, Cagliari, Bonifacio, Bastia. Je suis folle de joie, je découvre ma passion pour les voyages. Christian aussi. Quelques mois après, il m'emmène sur les routes hivernales, les Alpes enneigées, les lacs du nord de l'Italie, la traversée de l'Autriche de nuit et, enfin, cette arrivée chargée d'émotion sur le circuit de Salzbourg au milieu de centaines de motos. Là, je l'avoue, j'y suis allée de mon petit coup de frime : démarrage au premier coup de kick après une nuit à moins 20 degrés devant trois grosses cylindrées médusées. Je ne suis pas peu fière ! Et, au retour, il y a ce sympathique bras de fer avec Christian : 1400 kilomètres en 36 heures non stop. Match nul, nous arrivons tous les deux en même temps mais, toute modestie mise à part, je suis beaucoup plus fraîche que lui. Juillet1982 : encore une virée en duo dans le sud marocain. Quelle canicule ! Mais que ce pays est beau avec ses terres contrastées, du paysage de montagne au désert. Au retour, Christian change enfin ma chaîne. Après 50000 kilomètres, il était temps. Je continue à l'impressionner avec mon petit appétit : 2,5 à 3 litres aux 100 et aucune consommation d'huile entre les vidanges. L'hiver suivant, nous repartons faire un tour à Salzbourg pour tenter d'apercevoir les fameux éléphants, sans succès. Mais j'apprécie la traversée de la Suisse. Bref, la vie est belle. Je roule souvent, très souvent dans des endroits superbes où je prends plaisir à faire entendre le petit " poum poum " de mon moteur. Plus de trois années s'écoulent ainsi ; Aucun ennui de santé pour moi. Christian en est fier quand il parle de son petit mono à ses amis. " C'est du béton ", dit-il. Mais, un triste soir de janvier, il me laisse comme d'habitude sur ma béquille centrale dans un coin du garage. Quelle stupeur le lendemain quand je vois arriver une nouvelle moto plus belle, plus grosse qui réussit à le détourner de moi. La blessure est profonde. 95000 kilomètres de vie commune brisés. Les années qui suivent sont difficiles. Je finis par me résoudre à une retraite anticipée quand un autre petit mono, bleu comme moi, vient s'installer dans le garage. A partir de ce jour, tout s'accélère et je fais l'objet de tous les soins. Mon moteur est ausculté. Je constate, non sans fierté, que mon embrayage est comme neuf et que mon cylindre est à peine rayé. Malgré cela, j'ai droit à un réalésage, ce qui me met la puce à l'oreille. J'en suis sure, quelque chose d'important se prépare. Quand Christian m'équipe d'un réservoir de 32 litres, d'un énorme porte bagages et de deux jerricans, je comprends que l'heure est enfin venue de repartir ! Lors d'une conversation, j'entends prononcer des noms qui m'ont toujours fait rêver : Algérie, désert du Tanezrouft, Tombouctou, Burkina Faso, Niger, Arbre du Ténéré, Tamanrasset, Djanet. Je suis folle de joie, je vais enfin connaître l'Afrique Noire. Des nuits durant, je tente de faire partager mon enthousiasme à petit mono 2, mon futur compagnon de route. Enfin, le jour J arrive. Malgré mon chargement impressionnant, je me sens prête à aller au bout du monde. Hélas, quelques heures après, petit mono 2 chute. L'angoisse du premier voyage sans doute. J'ai l'impression que le ciel vient de me tomber sur la tête. Heureusement, quelques semaines plus tard, Christian m'emmène visiter l'immensité algérienne. Nous traversons des paysages grandioses, nous bivouaquons au pied d'immenses dunes en admirant de flamboyants couchers de soleil. C'est au cours de ce voyage que je franchis le cap magique des 100000 kilomètres. Christian en est tout ému. De retour à la maison, je dois réintégrer mon coin de garage mais j'ai de si belles images dans la tête que ce n'est pas trop dur. Je suis psychologiquement prête pour la retraite. Plusieurs années s'écoulent ainsi jusqu'à ce mois de mai 1993. Christian vient me voir, effectue quelques réglages et m'explique qu'il a trouvé un ami qui accepte de s'occuper de moi. Depuis, j'ai retrouvé le plaisir de rouler et j'ai rajeuni de dix ans !" Répondre à Christian
Afficher plus de commentaires (6)
Ajouter vous aussi un commentaire sur "la Honda CG 125 2006"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :