Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > YAMAHA > TDM 900 2002 > Essai
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

The Final Edition ?

Yamaha TDM 900
 
Yamaha

Essai de la Yamaha TDM 900

            La mission : 1.500 km en 36h comportants 1.250 km d’autoroute et 250 km de petites routes !
La candidate doit être une moto polyvalente, confortable, joueuse sur petites routes, ayant une bonne autonomie et permettant de transporter tente et bagages …

            The Final Edition ? par Olivier Quinten - Exclusivité Motoplanete

            Après maintes recherches, l’élue est donc la TDM 900 ; une « vieille » connaissance avec laquelle j’ai parcouru plus de 150.000 bornes avec deux des 850 des deux premières phases.

            C’était quoi « le concept » TDM ?

            Sortant de la grande vague Enduro Paris-Dakar, la marque aux trois diapasons avait frappé les esprits avec la Super Ténéré, un méga trail bi cylindre développant 70 ch/din, haute et imposante. Il fallait une certaine expérience et surtout de longues jambes pour rouler avec ce genre de bestiaux.
Certaine de bien fondé du moteur et à l’écoute de sa clientèle, Yamaha nous sort au salon de Paris de 1991 la spectaculaire TDM 850.
Dotée d’un look inconnu à ce jour, elle regorge également de solutions techniques novatrices. On retiendra le savant mélange entre le moteur 850 cc des protos du Dakar, la partie cycle et les freins d’une FZR 600 et bien entendu la technique des 5 soupapes par cylindre chère à la marque.TDM 900 Oli le Belge
Bien mais quel est l’intérêt de faire l’essai d’un modèle qui à visuellement plus de 16 ans ?
Et bien parce que les ingénieurs ont, petit à petit et sans toucher à la ligne originelle, fait évoluer la machine.

             Et le modèle 2007 que je reçois donne l’impression d’être particulièrement aboutie. Avec une fourche passant de 41 à 43 mm pour plus de stabilité, des pneus grossissants de 10 mm chacun (pour le look ?), une boite 6 rapports permettant une conso incroyable sur autoroute (moins de 5l à 150 km/h) et puis surtout le moteur qui en montant de 48 cm³ gagne près de 9 ch/din.La limite de la zone rouge en sixième donne une vitesse maxi au compteur de 221 km/h,
Lorsque j’enfourche la moto, mis à part la position de conduite qui m’est familière, j’ai l’impression de découvrir une nouvelle moto. Le tableau de bord répond aux canons actuels de la mode, avec un compte-tours central accompagné, à sa gauche, d’un bloc digital regroupant compteurs, 2 trips partiels et la jauge d’essence et, à sa droite, d’une jauge de température moteur. Le tout souligné par une rangée de témoins (cligno, ABS, huile, point mort, etc …).
Pratique mais pas particulièrement sexy, le poste de pilotage ne peut cacher les années d’évolutions et parait quand même « old school ».

TDM 900 Oli le Belge            Contact

            Le son émis par les deux longs échappements n’a pas profondément changé et les montées en régime bien qu’aidées par 50 cc de plus, ne sont pas très nerveuses. En même temps, on ne demande pas à une TDM d’être un monstre de puissance mais plutôt d’être une « utilitaire » de luxe. Et c’est vrai qu’à ce niveau, elle rempli merveilleusement son rôle !
Une foule de détails vous facilitent la route :
- une position bras tendu, buste droit protégé par la bulle et « enfonçé » dans la moto
- de bien pratiques protections de pot qui permettent de déposer la botte sur deux points fixes, petit détail incroyablement confortable sur autoroute,
- une boite 6 douce et précise (la première craque un peu)
- un confort bien pensé pour le passager grâce au binôme selle confortable + repose-pieds bas.

             Malgré tout, tous ces points positifs ne réussissent qu’à masquer un look vieillissant surtout au niveau de l'arrière. Et ce malgré les efforts de Yamaha pour proposer quelques couleurs sympas au catalogue 2007.
J’imagine que Yamaha à déjà, quelque part dans ses bureaux de recherche, une machine capable de permettre à la TDM de pouvoir prendre une retraite bien méritée. Mais pourquoi changer un concept qui marche ? Une machine si parfaite qu’elle ne donne qu’un envie : rouler, rouler, rouler !
Et cette semaine à son guidon m’a permis de manger de la borne ! Près de 3.000 km !
Le moteur élastique et plus coupleux n’oblige plus à tomber un rapport lors de dépassements, par contre, j’ai trouvé la puissance distribuée de manière égale et peu démonstrative dans la seconde partie du compte-tour (entre 5.000 et 9.000 tr/min) ce qui, si l’on ne fait pas attention, vous gratifie de solides incursions dans la zone rouge.

La position sénatoriale et assez en arrière m’a quand même occasionné une petite chaleur lors des premières « attaques » sur petites routes.
Pour rentrer dedans, la TDM demande d’être bousculée et il ne faut pas hésiter à tirer sur le guidon pour la jeter à la corde. Mais bien menée, une TDM n’a pas à rougir de ses performances sur petites routes.

            Toujours le même dilemme lorsque je dois conclure un article sur une moto trop « politiquement correcte » … Que dire ?
Et bien, que j’ai réservé une TDM pour la prochaine saison !

A+

Oli le belge

Ajouter vous aussi un commentaire sur "la Yamaha TDM 900 2002"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :