Motoplanete

YamahaFZ1 1000 2006

Présentation Essai Technique à retenir Concurrentes Galerie Millésimes Avis Indispensables Occasions
Roadster
Essai de la FZ1 1000  2006

"Il y en a un peu trop, je vous le mets quand même …" (Rocco Siffredi -1964-….)

Par Olivier Quinten - Exclusivité Motoplanete

             Voilà ce que semble vous dire le moteur de la FZ1 à l’approche des 10.000 tr/min. !

            1er contact :
C’est fou ce qu’une moto peut être différente entre un podium de salon et le moment (parfois délicieux) de l’enfourcher !
La compagne que je reçois pour une semaine est habillée de gris mais, coquettement, le cadre garde la teinte bleue que j’avais déjà remarquée sur la MT01.
Le moteur noir mat emprunté à la R1 et « dégonflé » à 150 cv remplit et déborde même du cadre de type diamant en alu. Le bras oscillant, de section costaude, la fourche inversée de 43 mm et les pneus Pirelli au profil sportif (190/50 ZR17) annoncent d’emblée la couleur …
Et pourtant…

            Lorsqu’on monte sur cette moto, le sentiment d’aisance est bien là, les deux pieds bien à plat, le séant découvre une selle au design sportif mais assez confortable; en tous cas nettement plus que le strapontin servant de support passager qui d’ailleurs dès les premiers freinages servira plus de sac à dos que de quoi que ce soit d’autre. Le pauvre passager, en plus, ne peut se retenir Yamaha FZ1à aucune poignée et la hauteur des repose-pieds l’oblige à se pencher en avant ce qui entraîne une séance de muscu pour le pilote qui devient obligatoire s’il veut empêcher sa virilité d’être écrasée entre le passager qui pousse et le superbe réservoir (de 18l) qui lui, ne bouge pas.
Le freinage n’est pas là non plus pour rire, jugez-en : double disque de 320 mm à l’avant avec étrier 4 pistons et simple disque de 245 mm à l’arrière.
Le tableau de bord répond aux canons actuels : compte tour à droite avec zone rouge à 12.000 tr et «bloc» digital à gauche regroupant compteurs, 2 trips, température moteur, jauge à essence et témoin de réserve ! Témoin qui, en fonction de votre nervosité sur la poignée de droite, s’allume entre 120 et 180 km. Ce qui donne une conso entre 7,5 et 9 l/100km ! Un passage raisonnable à la pompe tous les 150 km vous évitera de pousser les 194 kg de la machine.

            Bon aller hop, moteur
Le son émit au ralenti par le très discuté échappement court (moi je m’y suis habitué, et vous ?) reste très discret. Mais dès la moindre sollicitation, il n’hésite pas à donner de la voix. On pourrait diviser le compte tour en quatre parties :
1. De 0 à 2.000 tours, rien évidemment !
2. Dès 2.000 et jusque 7.500 tours, ça pousse bien et fort. Le moteur n’hésite pas un seul instant, l’injection est parfaitement réglée. Yamaha FZ1On se retrouve dans le régime le plus souvent utilisé pour la conduite quotidienne (vu qu’en sixième à 5.500 tr/min le permis est proche de l’implosion … vitesse de 135 km/h !!!)
3. L’étape suivante est déjà facilement décelable à l’oreille. Le son du 4/1 change radicalement et la voix s’éclaircit ! De 8.000 à 10.000 tours, on rentre dans une conduite plus sportive : l’avant devient léger, léger et les bras commencent à tirer sérieusement, la moto reste malgré cela impeccablement saine et même lors de conduite incisive, seuls les ergots des repose-pieds pourront temporiser et surtout stopper une prise d’angle qui semble sans limites tant la moto réagit bien.
Et le quatrième quart me direz vous ?
4. Et bien sans faire de jeu de mots facile, on rentre réellement dans la quatrième dimension : les bras que l’on croyait déjà à la limite de se désolidariser se rallongent encore de quelques centimètres, le casque tape et la vision se brouille. Clairement la vitalité de ce bouilleur est telle que je ne pense pas l’avoir une seule fois ouvert à fond avant d’être en quatrième !!

Yamaha FZ1            Ben alors, pas de point faible ?
Le premier point négatif est assez contradictoire : cette moto est d’une telle aisance, à une tenue de route tellement saine, un moteur tellement vivant que sur les quelques 900 bornes de l’essai, je dois reconnaître que lorsque j’osais regarder le compteur, j’étais à chaque fois effrayé des chiffres atteints !! Lors d’un retour d’un run en France sur des départementales, et cela sans autre assistance que l’air dévié par le phare, je roulais à une vitesse moyenne de 160 km/h !!
A noter également, la place réservée au passager, la protection au vent et la béquille centrale ?
Mais, mais, mais la moto décrite dans le dernier paragraphe existe ! C’est la Fazer !
Je sens que je vais devoir refaire les yeux doux à Yamaha pour vous ramener un essai de la sœur de la FZ1…

Seriez-vous étonnés si je vous disais que le retour à la réalité de la XTX fut difficile, c’est vous dire comme j’envie les futurs possesseurs de la FZ1 qui seront nombreux à humilier pas mal de sportives … et tout cela pour un prix de 10.490 Euros. La vie est belle, non ?

            A bientôt

Oli le Belge
(photos : constructeur)