Motoplanete
À la une des Actualités

La MV-Agusta du MRT 14 se distingue au Championnat de France d'Endurance.

La MV-Agusta du MRT 14 se distingue au Championnat de France d'Endurance.

           Il y a des jours où l’on s’acharne à mettre des coups d’épée dans l’eau… pour arriver à un hypothétique résultat. Parfois, c’est galères et désillusions qui se succèdent. Quand ça dure des mois, on se demande si ça vaut bien le coup tout ça, toute cette énergie, tous ces espoirs déchus. Et puis, l’équipe est là, les yeux rivés sur le pilote ; celui-là même qui va lancer l’horloge avec ses 42 adversaires pour 8 heures de compétition, d’adrénaline, de coups du sort et de chevaux hurlants. A cet instant, tout est oublié. Il ne reste qu’une chose, qu’une attente, qu’un signe : le drapeau qui s’effondre pour donner le départ.

           Mais pour arriver à cette imminence du dimanche matin, il a fallu composer avec une fortune plus qu’aléatoire. Je vous passerai les aventures rocambolesques de l’équipage dans le voyage du jeudi soir, nos prises de têtes administratives, les gifles et les déboires de ces 3 derniers mois ; mais je voudrais remercier particulièrement le célèbre pilote Patrick Piot pour ses conseils et son coup de pouce pour la validation de notre moto.

           Réveil en fanfare le vendredi matin après 3 heures de sommeil. C’est bien beau de dormir, mais les essais commencent dans 20 minutes. Bon, oublies le café, prépares les papiers, fais craquer les meules et sors les chronos. Dans le stand, les gestes endormis depuis la dernière course il y a 8 mois reviennent  sans hésitations. Chacun retrouve ses marques, ses outils, ses angoisses et ses frissons. A coté de nous, les MV-Agusta ne demandent qu’à montrer leurs charmes aux pilotes. La poudre est prête à s’embraser, la piste s’ouvre, les essais commencent pour le MRT 14.

           Les essais ? La mécanique plutôt ! Entre chaque séance, ce ne sont pas les réglages qu’il faut peaufiner mais les pièces qu’il faut remplacer.
« - Merde, la pompe à eau… On la dégage, cales-en une autre, on fera le point après.
- L’amortisseur ne va pas… Cale le Öhlins, on va voir ce que ça donne.
- Vindieu, ça suinte par là… Fais voir ? Bordel, démonte le cache-culbuteur, on va réparer.
- La moto ne tourne pas… On monte l’assiette, et détends moi cette fourche. »

Laissons notre équipe travailler et projetons-nous au briefing du soir de la fédé. Au-delà des consignes de sécurité et de la présentation du week-end, une intervention particulièrement pertinente et remarquée d’un pilote sur la politique des pneus (achat au camion obligatoire, tarifs « particuliers », choix des gommes minimal) a réveillé toute l’assistance. Les explications du manufacturier n’ont pas convaincu grand-monde…

           Dormons sur notre amertume car demain, c’est les qualifs.  Les choses sérieuses y démarrent vraiment – pas question de faire de la figuration. Chaud, confiant, mais moyennement satisfait de la machine, Mick parvient à se classer dans les 1 min 50, chrono de bonne augure pour le classement. Moins sereins avec la F4 1000, Aurel et Julien se calent dans les 1 min 54. Des temps très éloignés de leurs potentiels. Voyons voir ce qui cloche et faisons un bout de briefing :
« - Elle chauffe trop, c’est pas bon… Jartes le radiateur, on va mettre le modèle plus costaud.
- On n’arrive à rien avec cet amorto… Refous celui d’origine, on s’en sortira mieux.
- La pompe à eau déconne, non… ? Ben vi, pas grave, on la change pour la 4ème fois.
- Elle ne freine pas génial ; la purge a été faite… ? Oui, comme tous les jours.
Bref, on a combien de temps pour changer tout ça ? 90 minutes… » Ben voyons. Allez, c’est parti pour la valse des outils.

           Bilan des qualifs. La moto va mieux, tient le coup, et on croise les doigts pour demain. Partant de la 18ème position, la MV-Agusta 14 peut réaliser une belle opération si elle gicle sans souci au départ. Mais nous verrons tout ça demain. Pour l’instant, on va tout vérifier, optimiser tout ce qu’on peut, s’entrainer au ravitaillement, manger un bout, et… il fait déjà nuit. Douche, au pieu. Dimanche sera l’accomplissement de ces mois de boulot.

           Le départ est dans quelques secondes. A cet instant, tout est oublié. Il ne reste qu’une chose, qu’une attente, qu’un signe : le drapeau qui s’effondre pour donner le départ. Et c’est parti pour le tour de formation. C’est à la fin de celui-ci que ça se gâte : une petite vérif sur les pneus et blam, le couperet tombe. Un staübli s’est détaché et frotte sur le pneu. Faut rentrer au stand, changer le gommard, et repartir… depuis la voie des stands. Là, t’as les boules. A 11 hrs, la meute s’élance devant nous. Enervé comme c’est pas permis, Mick attend son tour et part derrière tout le monde. Décidemment, le combat va être plus long et plus coriace que prévu.
C’est sans compter sur la fougue de notre pilote pour ce 1er relais. Au bout de 40 minutes, le MRT 14 s’affiche en 20ème position sur les écrans de contrôle. Juste avant que la direction nous informe que l’on doit se soumettre à 2 stops & go.
« - Mais pourquoi, qu’est ce qui cloche ?
- Vous n’avez pas fait les 2 tours de chauffe !
- Ben non, on devait remplacer le pneu avant. On n’avait pas le choix ; problème technique.
- Possible, mais n’avez pas fait les 2 tours de chauffe, et le règlement sanctionne cela par un double stop & go.
- Non, mais attendez. Essayer de comprendre : on avait un problème technique !
- Oui, mais vous n’avez pas fait les 2 tours de… »
OK, oublie. De toute façon, la course est flinguée. Allez, on exécute la sanction et on re-dégringole au classement.

           Nos pilotes enquillent les relais, les mécanos font un super boulot pendant les ravitaillements. Ca bosse vite, ça boulonne, ça vérifie, ça speed… et l’on se retrouve au bout de 2 hrs à la 26ème place.
Et, pour la première fois de l’année, le destin va nous filer un petit coup de pouce. Le ciel menace, les équipes sont inquiètes, les pneus pluie sont en chauffe de partout. Et quelques gouttes se mettent à tomber, prometteuses d’une piste trempée… tôt ou tard. Les meules rentrent, des dizaines de jantes changent de mains et de monture. Et nous, on tourne. Le pilote fait gaffe, mais pour l’instant, la piste est encore correcte ; on tente un coup de poker. 20ème, 18ème, 15ème, 14ème,etc… L’écran de contrôle est devenu un masque à oxygène pour toute l’équipe. Notre pilote rentre pour passer la main, une fois le réservoir en bas. La MV repart en pneus pluie ; 30 secondes après, la pluie se lâche.

           Rivé sur le classement, je ne sens même pas la pluie qui s’échoue sur moi. Soudain, je me mets à y croire, à laisser l’espoir revenir dans ma caboche… Et là, un petit événement me fait basculer dans le rêve. La 333 du team Viltaïs rentre au stand – elle y reste 2 min 30. A ce moment de la course, le Motoplanete Racing Team 14 est 5ème au classement, et la 333 est devant nous. Quand la R6 jaune et bleu repart, elle n’est plus qu’à un gros tour de notre viseur. La vache ! Imagines, juste une seconde, que ça bouge devant. On pourrait, on va peut-être, tu crois que… le podium ?

           Rêves pas ! Tu te crois où ? A la course de caddy de super market ? Ici, en Endurance, rien n’est gagné tant que tu n’as pas franchi le drapeau à damier. Mick rentre au stand à la fin de son relais, avec en poigne des chronos étranges. Normal, l’embrayage donne des signes de fatigue. Les pilotes suivants vont tenter de l’économiser mais personne n’est dupe : ça sent le roussi. Incapable de passer toute la puissance au sol, la F4 s’englue les roulements dans les sorties de virage. Et ça fait mal ! 7ème, 8ème, 9ème… on sauvera peut-être la 10ème position.

           Mais oui… t’as déjà oublié comment a commencé le week-end ? Et ben, il va finir pareil. Aurel attrape la moto pour le dernier relais, pour sauver le top 10, pour arracher une miette de fierté à la course. Sauf qu’avec une meule qui ne redémarre pas, cela va être singulièrement compromis. Mais qu’est-ce qu’elle a, cette conne ! Là, on n’en peut plus, trop marre. Les minutes s’égrènent, la machine est muette, les concurrents passent… Et le miracle se produit. En tapotant sur un contacteur, le circuit électrique se remet en route et notre capricieuse italienne reprend ses vocalises. Aurel part, la rage au ventre, pour l’honneur.

           Avec son embrayage flingué, des pneus dérouillés, 2 stops & go, un départ catastrophique et un châssis caractériel, la moto du MRT 14 parvient à sauver le point de la 15ème place. Devant, le team V2 a eu plus de chance et remporte la 1ère manche du championnat de France d’endurance, à Magny-cours. Defi 23 et Viltaïs racing Division complètent le podium.
Rendez-vous à Ledenon pour la revanche.

           Sans nos sponsors, nous n’aurions pas pu nous lancer dans ce championnat. Toute l’équipe remercie Motoblouz.com, Le Rouet, Toutenvert, Isermat, La CamPargnade, Promater, EVD, et tout ceux qui nous ont aidés.

M.B - Crédit photos : Jean-Philippe Rebillard

           DIMANCHE : TOUTE LA COURSE

Le plafond est bas, gris, temps chaud et lourd au programme. Comme prévu, le staff PIRELLI s’affaire, les premiers teams arrivent pour apporter les roues destinées à recevoir les pneus pluie. Rien de sûr pour le moment, mais si précipitations il y a, être prêt il faudra !

Warm-up, Rien à signaler, dernières mises au point.

11h, après la procédure de départ, les 2 tours de chauffe, les motos sont rangées en épis dans l’ordre des qualifs, le long du mur de la voie des stands,, tenues par les équipes techniques. A l’opposé les pilotes, dans les starting bloc. Le Directeur de course donne le signal du départ, les pilotes courent vers leur destrier, c’est parti pour 8 heures pendant lesquelles il va falloir composer entre vitesse et régularité.

Le Hole-Shot c’est pour Fabrice AUGER au guidon de la 67 (Team STARTEAM 67), appliquant ainsi le slogan cher à notre partenaire Officiel FRANCE EQUIPEMENT « toujours devant, jamais derrière ». FRANCE EQUIPEMENT est le partenaire local de l’épreuve, son siège social est en effet à Varennes Vauzelles à 30km du circuit. La N°9 du MOTOAIN RACING TEAM pointe en 2ème position, suivi de la N°19 ENDURANCE CANNES RACING. DEFI 23 se place 4ème, talonné par la 41 de REPAIR MOTO piloté pour ce 1er relai par Alexandre GIBET. David DUMAIN – MOTO JOURNAL emmène la 176 d’X-TREM BIKE en 8ème position. En revanche le TEAM V2 – N° 171 loupe son départ et se situe en milieu de peloton.

1er rebondissement, au bout de 30 minutes de course, chute d’Alexandre GIBET, sans gravité, mais il doit ramener la moto au stand. La moto arrive au stand, le staff s’active, mais le temps passe. Avant lla fin de la 1ère heure de course la moto pourra repartir, mais pointera en 38ème position.

A l’inverse, la 171 du Team V2 remonte vite sur la tête de la course, effaçant le souvenir de ce mauvais départ, et parvenant à revenir fort sur les 3 premiers.

A l’issu de la 1ère heure de course, le STARTEAM 67 occupe toujours la tête, les 5 premiers étant dans le même tour, le 6ème le TEAM SITA 70 (SUZUKI) étant relégué à un tour de la tête de la course : 1er :STARTEAM 67 – 2ème ENDURANCE CANNES RACING - 3ème TEAM V2 – 4ème MOTOAIN RACNG TEAM – 5ème DEFI 23. Le 1er de la catégorie Supersport, le team VILTAIS est en 13ème position. X-TREM BIKE est alors 8ème. Cette 1ère heure de CFE de leur histoire pour les Teams A LA QUETE DU BOL et LA BOUTIQUE DU MEUNUISIER est vécu différemment : LA BOUTIQUE n’a pas pris un très bon départ et doit céder du terrain, position 29. LA QUETE DU BOL conserve sa place de départ, l’essentiel finir et ne rien casser. A noter le 1er abandon, celui du team VOLAKANIC ENDURANCE (YAMAHA) – N°12, auteur d’une plus qu’honorable 16ème place en qualification.

Nouveau rebondissement dans cette 2ème heure : Après 1h40 de course, un incident sur la STARTEAM 67 toujours en tête, la machine rentre à la poussette, direction les stands. Logiquement la N°19 d’ENDURANCE CANNES RACING en profite, mais pas pour longtemps, elle est repassée par la n°171 – TEAM V2. La remontée de cette 2ème heure est à apporter au crédit du TEAM TMS RACING (SUZUKI) – N°27, qui avait signé le 8ème temps des essais, en 7ème position au bout d’une heure, pour après 2 heures de course figurer en 3ème position. En 4ème on retrouve DEFI 23 qui passe la N°9 de MOTOAIN.

¼ de la course est passé, rien n’est fait puisque les 5 premiers sont toujours dans le même tour, avec le même écart d’une minute entre les 2 premiers et les 3 derniers. La moto du STARTEAM parvient également à rejoindre le stand mais pointe en 40ème position au bout de 2 heures, soit un scénario identique à celle du team REPAIR MOTO 41 en 1ère heure, qui effectue une courageuse remontée et figure en 31ème position, soit 7 places de gagner dans l’heure, mais un écart de 5 tours avec la tête.

Aux alentours de 14h, l’invitée attendue arrive, la pluie. Après 3 heures de courses, de grosses gouttes tombent sur la piste, pas suffisamment pour monter les pluies, et bien si quand même. A ce moment les positions sont les suivantes : le Team V2 occupe toujours la tête et a sérieusement creusé l’écart avec la 2ème position, plus de 30’’ d’écart. En 2ème on retrouve DEFI 23, qui a profité des déboires d’ENDURANCE CANNES RACING désormais 11ème à 3 tours, et du TMS RACING, contraint de renter au stand. Il finit par repartir avant 14h, mais pointe 39ème. Il sera disqualifié peu après, suite à une manœuvre contraire au règlement survenue dans le début de la 2ème heure de course. En revanche, même effet d’ascenseur que pour DEFI 23, pour le Team MOTOAIN qui occupe la 3ème place. Les 3 premiers restent dans le même tour. Bonne opération pour le Team VILTAIS – n°333 qui progresse dans cette heure de la 10ème à la 4ème position au scratch et toujours 1er de la catégorie Supersport. Le TEAM RACING 85 (KAWASAKI) complète le top 5. Le Team REPAIR MOTOS 41 poursuit sa remontée en mettant du gros gaz, c’est le team le plus rapide en course sur cette heure. Abandon dans cette 3ème heure de AVEYRON VITESSE (SUZUKI) – N°10. Après son incident dans la 2ème heure, le STARTEAM 67 parvient à remonter à la 34ème place. Cependant il ne parviendra pas à remonter d’avantage, il rétrogradera par la suite jusqu’en dernière position pour finalement être contraint à l’abandon dans la dernière heure de course.

La 4ème heure de course, après la grosse ondée du début d’heure, laissant une piste mouillée, est consacrée à la valse des changements de pneus. Les précipitations ne durent pas, leur fréquence diminue, pour s’arrêter au bout d’une heure. A la mi-course, les 2 premières places sont toujours occupées par le TEAM V2 et DEFI 23, mais le TEAM V2 creuse d’avantage l’écart, plus efficace dans les temps de passage au stand, il gagne plus de 1’20’’ dans l’heure, bénéficiant ainsi à la mi-course d’une marge de sécurité de 1’55’’. Le Team VILTAIS passe MOTOAIN, le 1er team de la catégorie Supersport occupe ainsi la 3ème place au scratch, pour le plus grand bonheur des jeunes de l’Allier. Les 2 teams sont distancés de 1 tour. Cette 4ème heure est marquée par le retour en 5ème position d’ENDURANCE CANNES RACING, le TEAM RACING 85 a perdu du temps et se retrouve 10ème, à la même position que se trouvait le TEAM ENDURANCE RACING CANNES à l’issue de la 3ème heure.

Le vainqueur 2008, le TEAM MOTO REPAIR 41poursuit sa remontée et pointe à la mi-course à la 23ème place, mais 9 tours en 4 heures, il va falloir quand même s’accrocher.

Le Team X-TREM BIKE quand à lui est 19ème, après avoir progressé de la 11ème à la 8ème position une heure auparavant, le Team occupe désormais la 19ème position, moins à l’aise sur cette piste changeante.

Quant à nos outsider, le team A LA QUETE DU BOL s’accroche, il pointe en dernier à la mi-course. LA BOUTIQUE DU MEUNUISIER engrange de l’expérience, ne commets pas d’erreur, et cela paye, le team est en 21ème position.

Durant la 5ème heure, il n’y a plus le choix, la piste est bien séchante, il n’y a pas d’autre choix possible, il faut repasser en slick. Durant cette période, A LA QUETE DU BOL est contraint à l’abandon, on espère les retrouver sur les autres épreuves et à l’arrivée. Pas de changement sur les 4 premières places, mais les écart se creusent. En revanche sur la 5ème place, incident pour la N°19 – ENDURANCE CANNES RACING, qui est reléguée en fin de classement à la 36ème position. Et c’est le TEAM RACING 85 qui reprend sa 5ème place qu’il occupait 2 heures avant. Cependant là où il n’était qu’à 1 tour du premier, ceux sont 6 tours qui le sépare que TEAM V2. X-TREM BIKE poursuit sa remontée, désormais 15ème et encore 4 places de gagnées. Quant au team MOTO REPAIR, il effectue le gain de places le plus spectaculaire depuis la fin de la 1ère heure, 10 places de gagnées, désormais il est en 13ème position.

A l’issue de la 6ème heure, les positions sont quasiment figées, A l’exception de la N°9 MOTOAIN qui passe la N°333 de VILTAIS RACING DIVISION, qui est maintenant à 3 tours de la 3ème place, toujours en tête de la catégorie Supersport. X-TREM BIKE gagne encore une place, 14ème, 7 tours le séparent encore de la 5ème place, et nous sommes rendus au ¾ de la course. Encore une place de gagnée pour REPAIR MOTOS 41, 12ème, mais plus que 2 heures de courses. Les 2 teams qui tournent les plus rapidement : DEFI 23 et REPAIR MOTOS 41, ½ seconde plus vite que le leader, mais qui gère sereinement son avance.

7ème et avant dernière heure, pas de changement pour les 2 premiers, un même écart de 2 tours les séparent, même si rien n’est jamais fait dans la course avant le drapeau à damier, à une heure de l’arrivée, les jeux semblent faits. En revanche nouveau changement en 3ème position, VILTAIS a repris la 3ème place. Il était à 3 tours, et bien en une heure, il parvient à se mettre à l’abri en distançant son principal rival pour le podium, le MOTOAIN RACING TEAM en le distançant de 3 tours. Le Team MOTO 85 se maintien en 5ème position. Mais il est en danger, en effet ils sont 4 team à être dans le même tour : Derrière lui, le TEAM 74 ZONE ROUGE (YAMAHA) en 6ème et en 7ème le team REPAIR MOTOS 41.

Jusqu’à l’arrivée, les 4 premiers tiendront leur position. En revanche c’est la bataille pour la 5ème place, MOTO AIN RACING TEAM (YAMAHA) – N°9 a beau résister, REPAIR MOTOS 41 (YAMAHA) – N°41 passe et tient sa 5ème place, 33 places de gagnées en 8 heures, belle exemple de ténacité. X-TREM BIKE (YAMAHA) – N°176 terminera à la 18ème place, et pour sa 1ère participation au CFE, LA BOUTIQUE DU MENUISIER (YAMAHA) – n°119 termine sa 1ère course à une très honorable 23ème position. Soulignons encore une fois la performance du VILTAIS RACING TEAM (YAMAHA) – N°23.

A noter également la participation des TEAMS suivants :

- MOTOPLANETE RACING TEAM – N°14 sur MV AGUSTA – Michael MECENE / Julien FERRE / Nicolas BERNICOT, qui pour sa meilleure position en course est passé 5ème. Le team termine 15ème et repart avec un point.

- PROMOREST – N°34 sur DUCATI – Eric PICQUOT / Didier LABRUNIE / Jean-Jacques LABRUNIE, le seul team de la catégorie twin a finir cette épreuve, l’autre membre de la catégorie le team FRT 49 sur KTM contraint à l’abandon dès le vendredi.

- EMPP RACING TEAM (KAWASAKI) qui engage 2 teams, le N°38 et le n°138, l’EMPP JUNIOR TEAM, avec au guidon Ludovic GIREAU et Slvain CORNU.

Les podiums de cette épreuve
SCRATCH :
1er – TEAM V2 (SUZUKI) N°171 – Etienne MASSON / Dylan BUISSON
2éme – DEFI 23 (YAMAHA) N°23 – Pascal PICAUX / Gérald MUTEAU
3ème - VILTAIS RACING DIVISION (YAMAHA) N°333 – Loïc BARDET / Christophe ROCHET / Sylvain LAFARGE

SUPERBIKE
1er – TEAM V2 (SUZUKI) N°171 – Etienne MASSON / Dylan BUISSON
2éme – DEFI 23 (YAMAHA) N°23 – Pascal PICAUX / Gérald MUTEAU
3ème - MOTO AIN RACING TEAM (YAMAHA) N°9 – Jean-Philippe JOUVENT / Pierre CHAPUIS / Clément MARMONT

SUPERSPORT (sous réserve de 10 teams engagés dans la catégorie d’ici à la fin de saison conformément aux dispositions prévues par le règlement FFM)
1er - VILTAIS RACING DIVISION (YAMAHA) N°333 – Loïc BARDET / Christophe ROCHET / Sylvain LAFARGE
2ème – EMPP RACING TEAM (KAWASAKI) N°38 – Yoann REYNAUD PALIGOT / Maxime VANDAELE.
3ème - 3 A RACING TEAM (YAMAHA) N°18 – Adrien PERNOUD / Jean-Baptiste SALLES

Une épreuve réussie et passionnante, nous vous donnons donc rendez-vous à Ledenon fin août pour la 2ème épreuve du CFE.

Retrouvez le résumé TV de 26 minutes de cette épreuve sur MOTORS TV dans l’émission Wheelies du Vendredi 19 juin à 20H, ainsi que sur SPORT + dans l’émission Motards du samedi 20 juin à 10h..

D’ici là Pour ceux qui souhaitent s’inscrire (pour Ledenon quelques places disponibles, pour Pau uniquement sur liste d’attente), télécharger le formulaire d’engagement ment sur le site de la FFM, www.ffmoto.org, ou pour tout renseignement, vous pouvez les demander directement auprès du Service Sportif de la FFM.

Stéphanie Roide – Tél. 01.49.23.77.25 - e-mail : sroide@ffmoto.com ou Roland Bernard – Tél. 01.49.23.77.08 - e-mail: rbernard@ffmoto.com

Provisoire Pilotes
1 171 BUISSON Dylan 25 pts
2 171 MASSON Etienne 25
3 23 MUTEAU Gerald 20
4 23 PICAUX Pascal 20
5 333 BARDET Loic 16
6 333 LAFARGE Sylvain 16
7 333 ROCHET Christophe 16
8 9 CHAPUIS Pierre 13
9 9 JOUVENT Jean-Philippe 13
10 9 MARMONT Clément 13
11 41 EMONET David 11
12 41 GIBET Alexandre 11
13 41 HUVIER Cyril 11
14 85 FRANCOIS Johann 10
15 85 GAUFRETEAU Stephane 10
16 85 POINFOUX Guillaume 10
17 84 ANDEOL Michel 9
18 84 MAZZITELLI Louis 9
19 84 PESSELIER Pierre 9
20 170 BRILLAULT Mickael 8
21 170 DELAPORTE Francois 8
22 170 DUBREZ FORGNONE Cedric 8
23 74 DURIEUX Jean 7
24 74 FONTES Jose Michel 7
25 74 GUICHON Stephane 7
26 38 REYNAUD PALIGOT Yoann 6
27 38 VANDAELE Maxime 6
28 46 MAU Ludovic 5
29 46 NAVARRETE Benoit 5
30 46 SOL Thierry 5
31 70 DEMOLY Thierry 4
32 70 SALVAIA Jean-Michel 4
33 70 TEXEIRA Hernani 4
34 18 BRESCH Ludovic 3
35 18 PERNOUD Adrien 3
36 18 SALLES Jean-Baptiste 3
37 11 BUSSER Daniel 2
38 11 WEBER Bruno 2
39 14 BERNICOT Aurelien 1
40 14 FERRE Julien 1
41 14 MECENE Michael 1

Provisoire Teams
1 171 TEAM V2 SUZUKI 25 pts
2 23 DEFI 23 YAMAHA 20
3 333 VILTAIS RACING DIVISION YAMAHA 16
4 9 MOTOAIN RACING TEAM YAMAHA 13
5 41 REPAIR MOTOS 41 YAMAHA 11
6 85 TEAM RACING 85 KAWASAKI 10
7 84 TEAM SUD ENDURANCE SUZUKI 9
8 170 TEAM JACKY CARROSSERIE SUZUKI 8
9 74 ZONE ROUGE YAMAHA 7
10 38 EMPP RACING TEAM KAWASAKI 6
11 46 JATAC BOUSSAGOL MOTO FIGEAC YAMAHA 5
12 70 TEAM SITA 70 SUZUKI 4
13 18 3 A RACING TEAM YAMAHA 3
14 11 XIAX TEAM HONDA 2
15 14 MOTOPLANETE RACING TEAM MV AGUSTA 1

Le Service Communication FFM 

Avis

Nouvelle moto pas le même pilotage que les autres, vous êtes montés très haut vers la victoire l'embrayage a fait que..... Mais c'est tout à fait possible. Je vous tire mon chapeau vous êtes une équipe qui en veut, qui se bat et un jour..... Félicitations pour ce résultat. Répondre à guzzi

Pfff faut vraiment que je vienne vous supporter pour que la poisse s'en aille, alors je verrais pour les deux autres courses, en tout cas, encore chapeau à vous pour ce beau résultat malgré vos merdes. Répondre à Nioume

Il faut préciser le résultat : 15ème sur 43. Y a pas de petite gloire quand même! Répondre à MRTFan

Les indispensables du motard

Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.
Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire, avec des milliers de références disponibles.
Dernières actus