Motoplanete
À la une des Actualités

Immersion aux 24 heures du Mans 2016

Immersion aux 24 heures du Mans 2016

   Le ciel était bas ce matin là. Les nuages menaçants laissaient choir quelques gouttes de pluie éparses. Au sol, les cuvettes formées par la terre des accotements se remplissaient peu à peu d'eau marronâtre et la lumière du soleil ne parvenait pas à percer ce plafond gris et oppressant. Au loin, quelques silhouettes de tentes et de petites volutes de fumée blanche s'élevaient péniblement dans l'air. Cette ambiance me plaisait beaucoup. Pluie, boue et campement.

   Pas de doute : j'étais arrivé à destination.

   Le circuit Bugatti

Immersion aux 24 heures du Mans 2016

   Pour commencer, un peu de culture et d'histoire : au début des années 1900, le circuit du Mans n'était pas permanent. Le tracé des courses se faisait alors sur les routes classiques. En clair, on aménageait la voirie et on lançait l'épreuve.

   C'est en 1923 que la première course de 24h eu lieu au Mans. Il s'agissait d'automobiles (Il est à noter que le bol d'or moto fût crée un an auparavant). Au cours du temps, des aménagements plus ou moins provisoires se mettent en place mais le besoin d'avoir des installations à demeure se fait sentir et c'est en 1965 qu'est construit le circuit Bugatti à l'intérieur des structures du "circuit" des 24h du mans.

   Les premières épreuves de 24h moto au Mans, elles, se sont déroulées en 1978.

Immersion aux 24 heures du Mans 2016   En marchant vers l'entrée du circuit, je me disais qu'on avait de la chance. En effet, la toute première épreuve d'endurance 24h motos au monde est admise comme étant le bol d'or. Réputée mondialement, cette course côtoie son illustre petite sœur que sont les 24h du Mans moto. Les deux plus prestigieuses courses d'endurance moto au monde sont françaises !

   France : pays de l'endurance et patrie de naissance de l'invention de la moto (voir la news sur la Perreaux). Et dire qu'au moment où je me dirige vers le circuit, on est toujours sous la loi des 100 chevaux... Bref...

   En arrivant

   Je m'approche peu à peu de l'enceinte. Ce qui m'a frappé, c'est l'organisation. C'est quasi militaire. En fait, certaines voies sont réservées exclusivement pour les véhicules et d'autres sont uniquement à l'usage des piétons. Si vous marchez sur une voie qui ne vous est pas réservée, on vous demande de rebrousser chemin pour passer par le bon côté. Un peu contraignant au début mais on s'y fait vite. Je m'engage dans le souterrain qui débouche sur le bâtiment principal...Ca y est, j'y suis !

Immersion aux 24 heures du Mans 2016

   En attendant le départ...

   Le départ n'a pas lieu tout de suite. En attendant, je déambule un peu dans ce qui sera mon territoire pendant ces deux jours. Comme au bol, on peut délimiter trois zones : Le village, le circuit et les campings. Le village regroupe en fait les boutiques, les animations et la fête foraine avec sa grande scène qui accueillera le soir un concert  à la hauteur de l'événement. La foule arrive peu à peu pour envahir l'enceinte au son de la voix des agents de sécurité qui demande inlassablement de prendre le bon chemin. J'aime voir ce moment où tous les congénères se regroupent en venant de partout pour ne former qu'une masse compacte de passionnés désireux d'assister au spectacle. A ce moment là, tout motard aussi solitaire soit-il a réellement le sentiment d'appartenir à une famille. On est encore nombreux et ça, ça fait vraiment plaisir !

   Au loin, j'aperçois encore les volutes de fumée blanche. "Habemus papam" ?

   Après avoir mangé un morceau (merci chef !) et le compteur du temps tournant, je me dirige vers les gradins pour assister au départ. Il pleut un peu et tout le monde se prépare. Dans les gradins, on boit un coup ; dans les stands on prépare les bolides. Chacun a son rôle bien défini. C'est aussi ça, l'endurance.

Immersion aux 24 heures du Mans 2016

   Puis la piste se vide et le tour de chauffe est lancé. Un bruit de moteurs gonflés à bloc s'élève, mais malgré un vacarme assourdissant, on devine la retenue du poignet droit... Motos et pilotes sont impatients d'en découdre. Ils se mettent en place pour le traditionnel "départ le Mans". Le commentateur parle, le spectateur regarde et le pilote respire. De l'autre côté de la piste, les bestiaux sont alignés. Dans les tribunes, on voit des gamins a côté d'adultes et des adultes avec des yeux de gamins. Tout ça n'a plus d'âge. Tout ça n'a pas de côté. A ce moment là, tout le monde est avec les pilotes. La seule différence, c'est que beaucoup vont crier quand certains vont courir...

Immersion aux 24 heures du Mans 2016

   Ce fût comme un coup de canon. Ils se sont élancés, ont traversé la piste et sont partis. Les tribunes criaient mais les moteurs recouvraient tout. Là, ils n'ont rien retenu. Rotation franche du côté droit vers une piste qui était encore vierge il y a quelques minutes à peine. Un dernier regard vers le premier virage et on ne les voyait déjà plus. Ils étaient partis dans un ballet de 24h et nous, on était avec eux.

   Je reste un long moment à les regarder tourner. Les tribunes se vident un peu mais il faut dire qu'on aura tout le temps puisqu'ils sont là pour un long moment Aller, maintenant, je vais aller voir d'un peu plus prés tous les alentours.

   ...Puis en attendant l'arrivée

   Le village est bien fourni avec des stands de marques officielles, des accessoiristes, des selliers mais aussi pas mal d'endroits où trouver à manger. Bon c'est tout de même cher, mais c'est ça ou on doit se taper des bornes en bagnoles pour trouver un casse-dalle. On a donc pas trop le choix. Au milieu du village, il y a une scène "d'air guitare". Qu'est ce que c'est ? C'est une discipline hautement sportive qui vise en fait à mimer une star du rock en plein concert. Oui bon je sais, quand je dis hautement sportive, j'exagère un peu... Mais c'est aussi un peu ça l'ambiance décalée de ce genre d'événement.

   ...Les agents de sécurités sont toujours là pour vous demander de passer par le bon endroit...

   Le compteur tourne et la lumière tombe. Le soir va prendre la place à la journée. Le circuit s'allume. Ca y est, le moment que je préfère le plus arrive : la nuit du samedi au dimanche.

Immersion aux 24 heures du Mans 2016

   La nuit, en course, a vraiment une atmosphère particulière. Le circuit se pare de ses plus belles couleurs, la musique des concerts fait écho à celle des moulins qui tournent toujours, les équipes dans les stands sont toujours sur le pied de guerre et les rares spectateurs profitent beaucoup plus du circuit. Je me pose en hauteur pour observer tout ça. Les ravitaillements s'enchaînent. La course bat son plein. La fête aussi.

   Mais n'oublions pas l'incontournable d'une course d'endurance : le camping !

   Il y a en fait plusieurs zones de villégiature tout autour du circuit. C'est un joli enchevêtrement de tentes, de bâches, de morceaux de bois et de motards en tout genre. On y trouve de tout. L'ambiance est vraiment bonne et chacun pourra y trouver son compte. Le système de chauffage et de cuisson des aliments y est très élaboré et la cuisine raffinée. Je vous sers une boîte de conserve directement cuite sur le grill avec sa touche de 20w50 ?

Immersion aux 24 heures du Mans 2016

   Un endroit plein de bonnes manières et de courtoise... Enfin pour un motard habitué parce que si vous êtes un simple passant bah... Ca pourrait vous faire drôle ! C'est un monde à part. Ici, c'est ailleurs et ailleurs, c'est maintenant.  

   Une atmosphère particulière et qui fait du bien. Un peu comme les derniers des Mohicans, ces apaches là bivouaquent  dans la plaine et chantant des chansons paillar.... heu ancestrales. Probablement l'un des derniers espace de liberté... Avec des représentants des forces de l'ordre tout autour. Bon il faut être honnête : ils contrôlent tout ce qui est aux abords du circuit et des campings. Mais à l'intérieur, on jouit d'une bonne liberté... Si on emprunte les chemins destinés aux piétons !

   Il faut souligner aussi que, dans le village, des alcotests étaient gratuitement mis à disposition. Un très bon point pour ça.

   Puis le temps passe et le jour se lève. Les pilotes tournent toujours. Dans quelques heures, ils vont arriver. Ce sera alors la fin... L'endurance... Cette épreuve mythique aussi magnifique que difficile. Autant compétitive qu'humaine. Cette fois encore, des pilotes poussant leur moto seront applaudis et encouragés par le public mais également par leurs adversaires car tout le monde est dans le même bateau. Compétiteurs oui, ennemis non. On peut écrire des pages et des pages sur l'ambiance d'une arrivée, sur l'explosion de joie des équipes, sur l'esprit de franche camaraderie qui règne, sur les valeurs humaines respectées, sur les clameurs du public, etc... Mais le mieux, pour vivre tout cela, est vraiment d'y aller. Ne serait-ce qu'une fois, pour voir et pour ressentir ces flots d'émotions brutes et bienfaisantes. Juste pour connaître. Un de ces rares endroits où on peut encore apprendre à rêver en même temps que d'autres rêvent d'apprendre. Réciprocité équilibrée de la figure de style, en miroir avec le rapport très particulier qui unie le public des stands, le spectateur du mécanicien et, au final, le motard avec un autre motard.

   Les derniers des Mohicans ont arrêté de chanter. Leurs voix résonnent encore.

   L'endurance,

   Une épreuve où tout peut arriver. Même les machines le savent. Celles qui ont gagné hier peuvent perdre aujourd'hui et les favorites ne doivent pas se reposer sur leurs lauriers car, en embuscade derrière elles, il y en a qui ont une telle envie d'en découdre qu'elles pourraient bien réaliser des exploits...

Immersion aux 24 heures du Mans 2016

   ...Certaines d'entres-elles ont d'ailleurs déjà commencé.

A. Bonnet

Retrouvez sa sélection de photos dans la galerie d'images des 24 heures du Mans moto 2016

Indispensables

Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.
Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire Motoblouz, avec des milliers de références disponibles.
Dernières actus