Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > YAMAHA > SR 400 2016 > Essai
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

ALIVE AND KICKING

Yamaha SR 400

Cliquez sur l'image pour la visualiser en grand format

 
Yamaha

Essai de la Yamaha SR 400

Par
Yamaha SR 400

          Le 13 avril 2016, Oli le Belge m'envoie un message sur ce magnifique réseau social qu'est Facebook. Je vous livre le contenu de cette discussion ci-dessous :

Oli : " A 17h50, cours : "Comment kicker avec facilité le gros mono 400 ! "
Scalle : " Vendu...!!...mais comment réviser au préalable.....il faut que je trouve une bonne petite cross pour m'exercer avant l'épreuve officielle de cet aprem...! Ce qui est certain, c'est que je vais garder mes shoes moto afin de protéger mon alvéole.......!!!! "
Oli : "T'inquiète, il faut prendre le coup de viser la fenêtre de décompression au-dessus du cylindre. Ultra facile ! "
Scalle : "...je sens que je vais faire un high kick du premier coup.....!!! "

Résultat de l'examen : après 3 essais, le moteur de la Yamaha SR 400 se mit à tourner et me voilà partie pour un superbe nouvel essai.

          Voici donc mon avis :

          Design

          Pour me rendre compte des différences entre son prédécesseur, la SR 500 de 1978 et la toute nouvelle version 2016, j'ai opté pour un comparo image.

La première chose qui frappe sur la SR 400 est la très jolie finition, elle arbore une belle paire de jantes à l'ancienne à rayons. Le gabarit des tubulaires et la forme du réservoir sont identiques à l'originale mais Yamaha a agrémenté les commandes au guidon de warnings et l'allumage des feux est à présent automatique. Le robinet d'arrivage d'essence a été conservé mais est juste là pour le look car lorsqu'on est sur la réserve, un clignotant s'allume sur la très rustique instrumentation analogique. Alors que je suis habituée à un affichage digital et ultra moderne, je découvre que les totalisateurs journaliers sont à rouleaux et qu'il n'y a pas d'horloge.... J'en conclus donc qu'en SR 400, on prend son temps. J'ouvre la petite trappe triangulaire côté gauche à l'aide de la clé de contact et y découvre quelques outils de dépannage.

          Personnellement, je n'aime pas trop les béquilles centrales, d'abord pour une question de look et ensuite parce qu'à chaque fois que j'effectue cette manœuvre, je me fais un lumbago. Mais sur la SR, la béquille centrale ne dénote pas et est accessible à tous.

          La position de conduite

          Très agréable pour diverses raisons : les jambes se positionnent tout à fait naturellement contre le réservoir qui est placé relativement bas et les bras qui prennent sans forcing le guidon haut au cintre prononcé. La selle est basse, étroite et relativement moelleuse. Elle offre un confort ferme qui est compensé par un amortissement assez souple qui garantit une excellente tenue de route.

          Les commandes au guidon

          Les commandes sont classiques et offrent l'essentiel : l’allumage automatique des feux, un warning au guidon droit et un appel de phares au pouce gauche.

          La conduite

          Ne cherchez pas le démarreur électrique, il n'y en a pas .... C'est le retour, qui l'eut cru, du bon vieux kick.....! A l'époque, j'ai eu envie plus d'une fois de brûler ma Husqvarna Enduro 250 2T, lorsque celle-ci ne voulait pas démarrer ou encore lors de retour de kick et c'est exactement la réflexion que je me fais, a priori, en actionnant le kick de cette "nouvelle" Yamaha SR 400 tout en respectant le protocole habituel : chercher le point de compression, le passer en s'aidant de la manette au guidon, ramener le kick tout en haut et l'enfoncer d'un mouvement ferme et ample sur toute sa course... Miracle, ça tourne !!!
Je me sens directement très à l'aise sur cette bécane car elle est d'une onctuosité et d'une douceur hors du commun. Je monte en régime sans efforts, la boîte à vitesse est souple ainsi que le levier d'embrayage.
J'ai adoré la conduire en ville parce qu'elle est hyper maniable de par son petit gabarit et parce qu'elle braque dans un mouchoir de poche. Evidemment, ayant essayé la bête féroce Suzuki GSX 1000 juste avant, on pourrait éventuellement lui reprocher son manque de panache et de dynamisme sur autoroute, mais bon cela reste une 400, ne l'oublions pas... Et puis, en la lançant bien, en tirant bien sur le moteur, en l'emmenant dans les tours et en se penchant vers l'avant, le compteur monte quand même à 130 km/heure ce qui entraîne cependant des vibrations assez prononcées.
Pour ce qui est du freinage, l'étrier avant mord avec suffisamment d'agressivité le simple disque, ce qui rassure largement. Le tambour arrière n'est pas en reste et assure correctement aussi.

          Les petits défauts

          Le démarrage uniquement au kick ainsi que le prix (6.000 EUR) pourraient éventuellement freiner certains acheteurs potentiels. En ce qui concerne l'affichage, je trouve dommage de ne pas avoir d'horloge.
 
          Conclusion

          Légère, simple, facile, maniable, mignonne, une esthétique intemporelle, un pilotage décontracté, une qualité de fabrication appréciable... Bref, tant de qualités qui parleront surtout aux amoureux des motos classiques, authentiques et originales. Après avoir regardé quelques clichés sur internet, je me rends compte qu'il y en a pour tous les goûts car l'offre d'accessoires qui permettent de personnaliser sa moto est très large.

          La Yamaha SR 400 brille, au sens propre comme au figuré, en ville et sur les petites routes et pourrait très bien convenir à tous les motards en "fin de carrière" qui ne cherchent plus les sensations fortes mais qui aspirent à retrouver du plaisir dans la sobriété.

SCALLE

Ajouter vous aussi un commentaire sur "la Yamaha SR 400 2016"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :