Se connecter
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Quand le Fat Bob et le V-Rod Muscle s'affrontent... devant une dame.

Harley-Davidson 1584 DYNA FAT BOB FXDF 2012 / Harley-Davidson VRSCF 1250 V-Rod Muscle 2012

          Début juillet, mon timing ultra serré d'essai m'a "obligé" à superposer plusieurs motos pour la même semaine. Que faire ?
Et si j'allais demander à ma gentille voisine, grande amatrice d'Harley, de me filer un petit coup de main ?
Et puis finalement, pourquoi ne pas lui demander de l'écrire cet article? L'avis de la gente féminine, surtout sur ces motos d'hommes que sont les Harley, serait super intéressant !

          Allez, c'est parti Scallator, je te laisse le clavier...

ESSAI DE LA « FAT BOB » ET DE LA « V-ROD »
Par Scallator en collaboration avec Oli le belge

          10 juillet 2012, pourquoi est-ce que je me souviens de cette date avec autant de précision… ? Tout simplement parce que "My dream came true".

Grâce à Oli , mon gentil voisin, j’ai eu l’occasion de goûter au plaisir d’une semaine de ride sur deux magnifiques Harley Davidson. D’une part la Fat Bob et d’autre part la V-Rod Muscle spéciale édition à l’occasion du 10ème anniversaire.
Voici donc mes impressions après avoir essayé ces deux splendides machines.

Fat Boy 2012

         FAT BOB

         Plaisir de conduite :
Les sensations éprouvées lors de l'essai effectué sur cette machine sont tout simplement géantes. La souplesse du moteur participe grandement à ce plaisir.
Ayant eu une BMW GS 650, c'est réellement agréable de pouvoir descendre à bas régime (123 Nm à 3125 tr/min) et de pouvoir remettre "plein gaz" sans aucun problème. De plus cette conduite est très sécurisante à tout point de vue et surtout pour doubler, par exemple.

         Tenue de route :
Il est clair que sur nos routes belges au revêtement aléatoire et très souvent abîmé, la prudence reste de mise comme sur toute autre bécane. Par contre, lorsque la route est en excellent état, on a l'impression d'être sur un rail.
En ville aucun, problème. Malgré le poids de la moto, on peut circuler entre les véhicules sans problèmes et ce dû au fait qu’on touche très aisément le sol à l’arrêt. Hauteur de selle à 663 mm.
D'une façon générale, cette moto de 305 kg se conduit comme un vélo, d'ailleurs cette facilité due à l'équilibre de la moto et à la section très raisonnable de ces pneus (un 180 pour l'arrière et un 130 pour l'avant) peu amener une mise d'angle trop forte... J'ai failli terminer dans un rivière lorsque j'ai déposé le cadre au sol après avoir replié les reposes pieds pour prendre plus d'angle !
Le freinage est suffisant à condition d'anticiper. Mais ceci est le cas pour l'ensemble des motos de mon point de vue. Conduire une moto sans risque a toujours été une question d'anticipation.

         Position de conduite :
Je mesure 1m78, je n’avais plus conduit de moto (Harley d’ailleurs) depuis plus d’un an et j’avoue que j’ai eu une petite appréhension au départ par rapport aux commandes avancées. Dès qu’Oli et moi avons pris la route, je me sentais parfaitement à l'aise, si ce n’est qu’il faut penser à positionner les pieds à l’avant. Malgré tout, une personne de plus petite taille devrait s'abstenir, mais ceci n’est que mon point de vue. Je ressens à l'usage une petite gêne au niveau du filtre à air qui est légèrement proéminent (et qui vibre sur le genou à l'arrêt) ainsi qu'au niveau du carter gauche à l'arrêt, mais je dis ça juste pour chipoter et pour prouver que les femmes aussi peuvent faire usage d’un vocabulaire "motard".
Il est clair qu'à 120 km/h sur autoroute, la portée au vent est importante et occasionne de la fatigue vu que la Fat Bob est dépourvue d’une bulle. La fatigue s’installe essentiellement au niveau des épaules.

         Entretien :
Vu le climat merveilleux que nous avons eu au mois de juillet, j’ai eu le grand plaisir de nettoyer la machine. Avec une peau de chamois douce et de l’eau clair, c’est un jeu d’enfant ; et quel plaisir d'avoir le soleil, aussi faible soit-il, qui se reflète dans l'ensemble chromé…. !!!

         Look :
Cette moto correspond à mes goûts et j’ose parler au nom de toutes les dames. Elle est élégante, raffinée et toute en rondeurs, le moteur et ses sorties d'échappement sont vraiment très réussis. Son côté "bad girl" attire les regards (j’ai pu le constater en ville et je n’ai pas honte de dire que ça fait plaisir de se trouver sur une bécane qui en jette… !!).

         Convivialité :
Rouler en Harley est un état d’esprit et la communauté contrairement à ce que la plupart des gens pensent est très accueillante. Je ne comptais plus les nombreux "saluts" sur la route.

         Conclusion :
Avec son look black denim, sa bonne garde au sol, sa selle accueillante, son guidon hyper large avec les commandes faciles à utiliser, son compteur posé sur le réservoir, son bourdonnement légendaire et ses deux disques de frein avant, elle est conçue pour répondre à toute attente d’un motard qui veut se faire plaisir sans fin….et c’est mon cas, j’ai craqué et j’opte définitivement pour la Fat Bob…. !!!!

V-Rod Muscle

         V-ROD "MUSCLE"

         Plaisir de conduite :
Le premier mot qui m’est venu à l’esprit en voyant ce "terrible engin" est "Waaaawwww", et ce "waaaww" cachait tant mon angoisse que mon émerveillement.
Angoisse à la vue du moteur et du gabarit de la machine et émerveillement vu l’esthétique que Harley a réalisée à l’occasion du 10ème anniversaire de la V-Rod.
J’ai donc pris mon "courage" à deux gants et me suis positionnée sur la selle.
J’ai emprunté la nationale ; assise basse, les jambes vers l’avant cherchant le selecteur de vitesse (Mais avec 1 250 cm3 et 11,5 mkg sous la poignée, doit-on vraiment passer son temps à solliciter ce sélecteur? Le bloc Harley, qui était déjà un véritable élastique en 1 130 cm3, a gardé toute sa souplesse sur cette version réalésée, il repart sous les 1 500 tr/min en sixième sans broncher), le dos courbé et les bras presque tendus sur le guidon plat, mon angoisse a petit à petit disparu, même si le fait de rouler sur un engin de 292 kg ne faisait qu'amplifier le ressenti bestial de la monture. Au fur et à mesure des kilomètres parcourus, cette angoisse s’estompait peu à peu.
Le son du moteur est certes doux et raffiné, et émet une sonorité mélodieuse satinée, mais j’ai été un peu déçue de ne pas entendre le "ronronnement" légendaire du moteur Harley, pot d'origine oblige...

         Tenue de route :
Certes, la direction est un peu lourde et l’empattement démesuré, ce qui réclame une certaine poigne à basse vitesse. L’américaine se montre pourtant plus conciliante dès que l’horizon se dégage.
Le châssis rigide, stable et précis sur l'angle assure un guidage sécurisant.
Ce qui impressionne le plus, est le pneu arrière de 240… !!! On pourrait croire à un maniement aisé grâce à cette énorme gomme mais il n’en est rien, elle fige la moto sauf dans de larges courbes.

         Position de conduite :
Les repose-pieds positionnés légèrement plus en arrière, comparativement à la Fat Bob, le cintre du guidon abaissé et la hauteur de selle un peu diminuée procurent une assise naturelle, plus confortable et moins fatigante.
La position du pilote est active pour permettre au mieux le balancement d'un virage à l'autre.

         Entretien :
Soigneusement polies, les nombreuses pièces en alu brillent comme des diamants.

         Look :
Pour ma part, Harley Davidson a parfaitement réussi son objectif ; on prend un dragster, et on le transforme en motocyclette. Lorsque j’ai vu cette moto pour la première fois, j’ai immédiatement pensé au fuselage d’un avion de chasse.
C’est une machine qui a "de la gueule"….et qui ne passe pas inaperçue…. !!!

         Convivialité :
Niveau convivialité passager, les deux Harley sont pratiquement cote à cote... Une Cata pour la Fat Bob ( une selle fine avec un angle prononcé vers l'arrière) et pire pour la V Rod qui offre une mini planche de bois revêtue de cuir pour le passager. Mais il faut de temps en temps souffrir pour faire la "belle".

         Conclusion :
Belle et musclée (123 ch quand même) , la V-Rod offre plaisir et style dans un ensemble de qualité….mais, pour une femme ; et là je parle au nom de la femme que je suis, elle est bien trop puissante pour pouvoir profiter pleinement de toutes les possibilités qu’elle offre, à moins de posséder la stature d’un robuste viking.

Et bien voilà du bon boulot Scallator, merci pour ton vision féminine lors de cet essai.

On se refait ça l'année prochaine?

A bientôt,

Oli le belge

Rechercher une moto
Publicité
Les reconnaîtrez vous ?
L'actu sur MP
Dernière fiche moto
Notre comparateur moto
Comparez les modèles motos
A ne pas louper
Communauté Facebook
Communauté Google+
Plan du site - Un lien vers MP - Régie publicitaire