Se connecter
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Quand les opposés ça tire !

Yamaha XVS 1300 A MIDNIGHT STAR 2013 / Harley-Davidson 1690 SOFTAIL BREAKOUT FXSB 2013
Cliquez sur l'image pour la visualiser en grand format

J'ai eu envie de comparer l'incomparable pour ce dossier. Les motards qui roulent en custom Japonnais sont une race à part. Snobé par les pilotes de Harley. Et à peine salué par les autres. Pourtant ces motos peuvent être une option très intéressante lors de l'achat d'un deux roues "cool"


« BREAKOUT »

 

"What are you waiting for, the time has come to make your break …….. Breakout
Don't stop to ask, now you've found a break to make at last, You've got to find a way, say what you want to say ………..Breakout"

Les paroles de la chanson de Swing Out Sister ne me quittent plus… Et ce parce que dans quelques heures j’aurai la grande chance, grâce à nouveau à Oli le Belge que je remercie du fond du cœur, de rouler avec le dernier petit bijou de Harley Davidson, j’ai nommé la Breakout. Un Softail dans sa version 2013, une moto au look dragster et à la déco complètement épurée.

Plaisir de conduite :

Sur route sinueuse, malgré ses 308 kg et son gros pneu arrière, la Breakout se manie avec aisance, Bien aidée par son large guidon droit et une géométrie bien étudiée. La stabilité est également au rendez-vous. Si on accélère un peu sur une route de campagne cela procure du plaisir sans trop de peur, tant que le pavé demeure lisse. Par contre dès que la chaussée se dégrade, la suspension arrière surbaissée fait un peu souffrir, tandis que la fourche avale bien les irrégularités. Cela reste « viable », si on tient compte du type d’engin.

Tenue de route :

Au chapitre de la tenue de route, même si je ne suis pas un grande spécialiste, j’ai noté un freinage au mordant progressif et puissant plutôt rassurant. Même si le centre de gravité est bas (hauteur de selle 660 mm), comme sur la plupart des Harley, la maniabilité n’est pas idéale, en raison d’une part du poids de la machine, mais également de sa longueur (près de 2,50m) et de l’énorme pneu taille basse arrière (240 mm), qui a tendance à faire tenir la moto debout toute seule et à la ramener à la verticale dans certains virages un peu serrés. Une moto « virile », qu’une femme a parfois difficile à manier.

Position de conduite :

Quand j’ai vu la « Breakout » pour la première fois je me suis dit que je n’allais pas pouvoir arriver au guidon à moins de me plier en deux tellement qu’elle est incroyablement longue. Cette longueur et ce côté trapu dégage en même temps un vrai sentiment de force et de puissance. La selle est cependant positionnée de la sorte qu’elle permet une prise en main immédiate malgré les 308 kilos de ce bolide. Alors certes, le guidon droit oblige son pilote à aller le chercher un peu loin et les rétroviseurs à bras court peuvent gêner lorsque l'on repositionne la main sur le guidon. La selle généreusement rembourrée permet au pilote de bénéficier d’un vrai niveau de confort.

Look :

Un look absolument ravageur dans le plus pur style « rebel on the road » qui saura capter tous les regards avec un vrai charisme. En plus, cette Harley réussit l'exploit d'être une moto attachante, pleine de caractère avec la capacité d'être totalement exploitable au quotidien. Si l'on a un cœur de Biker.

Convivialité :

La Breakout est une vraie Harley à l’authenticité marquée qui vous donne envie de franchir le cap et d’entrer en religion. Par contre la selle du passager est bien trop dure, sans aucun rembourrage, cassante au niveau des fessiers, elle fera rendre la main à votre passager au bout de 20 kilomètres.
Pas plus.
On se demande même si le designer de ladite selle, l’ai jamais testé lui-même et s’il ne l’ai pas conçu pour rendre cette Breakout totalement exclusive et égoïste.

 

 YAMAHA XVS 1300 « DRAGSTAR »

« Elle a tout d’une grande…… !!! »

Plaisir de conduite :

J’enclenche la première…et me retrouve immédiatement dans la série CHiPs… !! Il n’est pas nécessaire de tourner la poignée à fond pour que la machine démarre vigoureusement, presque brusquement. Le bi développe 72 ch/din. Je pensais tomber sur un petit custom docile, mais la XVS se révèle être dynamique, même nerveuse… Du coup, la première nécessite de manier l'embrayage pour gagner en douceur. Le moteur permet d'avoir d’excellentes reprises en ville. La bulle offre une protection optimale du vent et autorise dès lors une conduite plus détendue.

Tenue de route :

Avec un centre de gravité proche du sol, hauteur de selle à 695 mm, la XVS est très maniable en ville. Les pieds bien à plat permettent en plus toutes les manœuvres à très basse vitesse. Il ne faut oublier la largeur des valises quand même lors des remontées de files! Un petit défaut selon moi ce sont les repose-pieds qui frottent le bitume lorsqu'on incline la moto, même légèrement…. Cela surprend et on a tendance à vouloir redresser la bécane en plein virage ce qui donne une sensation de déséquilibre.

Position de conduite :

Ce qui m’a frappé quand j’ai vu la Yamaha, c’est cette très large selle, rien qu’en la regardant je savais que l’assise allait être confortable. Une fois enjambée, les pieds se retrouvent bien à plat, même pour un pilote de petit gabarit. Les bras bien écartés attrapent le guidon en forme de corne de vache. L'Assise est basse et les bras sont presque en hauteur. Pour les grands gabarits, il est nécessaire de faire le dos rond. Les genoux remontent un peu et enserrent le réservoir, alors que les cuisses reposent largement sur la selle. La position de conduite met rapidement en confiance.

Look :

Une moto qui brille de mille feux…. !!!! Les chromes sont omniprésents et donne à la Yamaha un look prestigieux. Niveau instrumentation il y a le strict minimum, un tachymètre, le neutre, clignotants et phares, témoin de réserve et différents trip. Les valises donnent à la moto un look très « Road 66 », leur capacité est correcte. 

Alors, en conclusion?

Après une semaine au guidon de la Yamaha (que j'ai reçu avant la Harley), je pensais que la messe était dite. La moto roule vraiment bien. Le freinage intégral, l'abs, les deux selles très confortables sont des alliés pour "cruiser" tout au long de l'année. Comme souvent avec ce type de pare brise, après 120 km/h, le vent à tendance à "pousser" le pilote, le challenge étant de rouler moins vite.


Le 7 ème jour, je débarque chez Harley, et bam, tout est remis en question! La gueule, le look bestial, L'aura de la moto est indéniable... La seule question reste: "avec un prix du simple au double, qui va gagner?"

A bientôt,


Par Scale en collaboration avec Oli le belge

Rechercher une moto
Publicité
Les reconnaîtrez vous ?
L'actu sur MP
Dernière fiche moto
Notre comparateur moto
Comparez les modèles motos
A ne pas louper
Communauté Facebook
Communauté Google+
Plan du site - Un lien vers MP - Régie publicitaire