Motoplanete

ActualitéLiberty Media, nouveaux parents du MotoGP

Liberty Media, nouveaux parents du MotoGP

L'actualité mouvementée ces dernières semaines en MotoGP se caractérise aussi et surtout à travers le rachat de Dorna par Liberty Media. La saison 2024 célèbrant 75 ans de course, dont 33 sous l'égide de Dorna Sports, le virage pris n'est évidemment pas à minimiser.

Que représente Liberty Media aujourd'hui ?

On en est longtemps resté au stade des rumeurs, le MotoGP va finalement prendre une autre tournure avec l'arrivée de Liberty Media, annoncée le 1ᵉʳ avril.

La date peut porter à confusion, c'est bel et bien une réalité ; Liberty Media qui détient également les droits de la Formule 1 depuis près de 8 ans, s'invite au monde de la moto. L'entreprise américaine de médias de masse fait l'acquisition de Dorna Sports, seul détenteur des droits commerciaux et télévisuels du Championnat du Monde FIM MotoGP depuis 1991. 33 ans sous la tutelle d'une même compagnie rapportés sur les 75 ans de courses Un marqueur important en somme.

Sans compter que son influence ne se limite pas qu'au MotoGP. Dorna possédait les droits exclusifs d'autres catégories de courses, telles que les séries Moto2 et Moto3 de MotoGP, le Championnat du Monde FIM Enel MotoE, le Championnat du Monde FIM Superbike MOTUL, auquel s'est récemment ajouté le Championnat du Monde FIM Féminin de Courses sur Circuit.

De tout cela, Liberty Media en acquière désormais 86 %, en cash et en actions, pour un montant supérieur à 4 milliards de dollars, dette comprise. Elle avait dû débourser près du double pour s'arracher la F1.

Greg Maffei, président et chef de la direction de Liberty Media
Nous sommes ravis d'élargir notre portefeuille d'actifs de sport et de divertissement en direct avec l'acquisition de MotoGP. L'activité présente un potentiel significatif et nous avons l'intention de développer ce sport pour les fans, les équipes, les partenaires commerciaux et nos actionnaires du MotoGP.

Depuis, on a appris que Bridgepoint, la société de capital-investissement détentrice de Dorna Sports, avait repoussé une offre plus lucrative émanant de TKO. Cette décision semble être influencée par une différence culturelle vis-à-vis du groupe déjà rattaché à l'UFC (MMA).

Le MotoGP sur les traces de la F1 ?

Pour Hervé Poncharal, directeur de l'équipe Tech3, présente en MotoGP, Moto3 et MotoE, le constat est clair : "Liberty Media a fait beaucoup de bien à la F1, ils ont élargi l'audience globale d'une fenêtre de passionnés à un public beaucoup plus large". Liberty Media semble bien avoir de la suite dans les idées, or, reste à savoir si cette volonté d'être toujours plus populaire reste applicable au MotoGP.

Nouvelle ère, nouveaux défis

Dans cette nouvelle ère du MotoGP, de nouveaux défis se profilent à l'horizon. Élargir l'empreinte globale de la catégorie reine, voilà la visée auquel devra se tenir Liberty Media au cours des prochaines années. Oui, mais comment ?

On mesure tout d'abord la volonté du GP de rajeunir sa fanbase. Une stratégie qui n'est pas sans rappeler celle adoptée par la Formule 1 lorsqu'elle a fait face à des défis similaires, avec pour objectif de combler son retard sur les plateformes numériques.

Liberty Media F1 et MotoGP

Liberty Media détient désormais les droits de la F1 et du MotoGP.

Accentuer la présence sur les réseaux sociaux...

En termes de popularité sur Instagram, l'écart entre la Formule 1 et le MotoGP est notable. La discipline de sport auto compte 27,7 millions d'abonnés, contre 15,6 millions pour le MotoGP. Cette disparité est encore plus marquée eut égard de la notoriété des pilotes emblématiques. Si Marc Marquez, actuellement le plus légitime à représenter le paddock, possède seulement 7,1 millions d'abonnés, avec 36,7 millions de followers, Lewis Hamilton écrase toute forme de concurrence. Il faudrait alors faire intervenir Valentino Rossi, retiré du MotoGP depuis 2021, dans ce débat. En effet, le pilote italien, nonuple champion du monde, conserve toujours un impressionnant soutien avec 17 millions de suiveurs.

...En forgeant de nouvelles icônes 

Carmelo Ezpeleta, leader de Dorna depuis 1994, le soulignait à l'annonce du rachat par Liberty Media : "Il faut mieux raconter les histoires du MotoGP". Faire de l'inside, c'est sans doute ce qui constitue la plus grande différence avec la F1 aujourd'hui. "Drive to Survive", série Netflix consacrée à la F1, a grandement contribué à créer une certaine proximité avec le circuit. À côté, les tentatives du MotoGP, telles que "MotoGP Unlimited"  ou "There Can Be Only One", n'ont pas connu pareil retentissement. Pour ça, Pit Beirer, directeur sportif de KTM, est pleinement convaincu de l'apport de Liberty Media :

Pit Beirer, directeur sportif de KTM
Ce qui compte vraiment, c'est l'opportunité de bénéficier d'un marketing plus soutenu pour le MotoGP. Cela profitera à tous les acteurs : pilotes, constructeurs et fans.

Réenchanter l'Amérique au détriment de la péninsule ibérique ?

Avec cinq courses en Espagne et au Portugal, le championnat MotoGP est nettement concentré dans la péninsule ibérique. Au point d'être vu comme un frein à la progression de la catégorie désormais. Confronté à une limite de 22 Grands Prix par an, imposée par la Fédération Internationale de Motocyclisme (FIM), ce souhait viendrait à réduire le nombre de courses dans cette zone de l'Europe. 

C'est pourquoi l'approche quant au calendrier des courses sera certainement revue. D'autant que Liberty Media entend promouvoir le MotoGP aux US et assume déjà y vouloir un deuxième Grand Prix. Il suffit de regarder du côté de l'automobile pour constater que ce changement n'est plus qu'une question de temps. En 2017, on ne dénombrait qu'un seul GP de F1 aux États-Unis, contre trois désormais.

Cette volonté d'internationalisation s'étend aussi à la grille de départ. Bien que la légitimité sportive de certains pilotes soulève parfois des questionnements, sept nationalités seulement sont représentées en MotoGP, contre 15 en F1.

En reprenant le MotoGP, l'empire du milliardaire John Malone n'en sera donc pas à son premier coup d'essai et c'est bien là la crainte des suiveurs assidus du MotoGP ; celle de ne considérer le MotoGP que comme un simple actif.

Le MotoGP, désormais un show plus qu'un sport ?

Le regain de popularité en Formule 1 depuis 2017 et l'acquisition par Liberty Media pourraient être accueillis favorablement. Ce n'est pas l'opinion que se font les férus de moto.

Si Liberty Media, par la voix de son président, semble bien conscient que "le MotoGP est une ligue mondiale avec une base de fans fidèles et enthousiastes", il ne faudrait pas compromettre cet attachement. Les préoccupations des fans sont alimentées par la déclaration du nouveau propriétaire, qualifiant par la suite le MotoGP de "courses captivantes" et soulignant son potentiel financier.

Les doutes subsistent, et il sera essentiel de rassurer les fans qui craignent de voir l'essence même du MotoGP altérée, en particulier le spectacle sur la piste. "Ils ont tué la vraie formule1", "C'est devenu un sport divertissement", pouvait-on lire des réactions.

Quid de la sécurité des pilotes ?

Si nous pouvions porter un regard plus nuancé, personne n'exclut, en revanche, le risque de voir des circuits historiques délaissés pour des tracés plus rémunérateurs. Ou la recherche d'encore plus de profits au détriment de la sécurité des pilotes ?

Parce que c'est davantage de ce genre d'images et des conséquences qui pourraient s'avérer dramatiques, en auto comme en moto, que l'on devrait finalement se soucier. 

Alors, certains se rattacheront à l'infime espoir de voir le deal capoter, d'ici fin 2024 et "l'obtention des approbations des autorités du droit de la concurrence et de l'investissement étranger dans diverses juridictions".
En attendant, il est possible qu'on ait assisté à un tournant dans la communication autour du Grand Prix des Amériques qui se tenait ce week-end, indiquant une adaptation au style de Liberty Media. Constatez par vous-même.

Suivre l'actualité

Vous voulez en savoir plus sur l’actualité moto, recevez les informations dans votre boite mail.

Vos données personnelles font l’objet d’un traitement informatique par la société qui gère le site Motoplanete sur le fondement de votre consentement et sont utilisées pour la gestion de vos alertes. Pour en savoir plus et pour exercer vos droits, consultez notre politique de données personnelles.

Indispensables

La sécurité du pilote et les performances de votre moto sont primordiales. Chez nos partenaires 'Motoblouz' et 'la Bécanerie', vous découvrirez tout ce dont vous avez besoin, de l'équipement aux pièces détachées, pour entretenir votre machine à la perfection.

Question du jour

D'où vient ce tableau de bord ?

D'où vient ce tableau de bord ?