Motoplanete

ActualitéChampionnat de France d’endurance à Pau-arnos – Le MRT 14 vaincu par la mécanique.

Championnat de France d’endurance à Pau-arnos – Le MRT 14 vaincu par la mécanique.

          Ne garder que le meilleur ; se dire qu’il y aurait pu avoir pire ; se souvenir de l’essentiel... Oui, le week-end à Pau fut superbe. Oui, notre 4 eme place en qualification était formidable. Oui, les premières heures de course soulevaient l’émotion dans le team, dans le paddock, dans le coeur de ceux qui vibraient pour cette MV-Agusta n°14. Mais peut-on vraiment accepter cette casse mécanique quand l’écran affichait la 4eme position après la mi-course, qu’il suffisait de remonter d’une centaine de mètres pour combattre et tenter la 3eme place, que pendant la 2eme heure de course, le Motoplanete Racing Team réussit à se hisser en 2eme position ?

Championnat de France d’endurance à Pau-arnos – Le MRT 14 vaincu par la mécanique.

          Oui, l’amertume est là, encore insistante dans les esprits. Ce goût âpre, chargé d’haleine d’injustice, voile encore la formidable réussite que nous attendions, que nous tavaillions. Dimanche matin, à 11 heures, pour la première fois de la saison, la F4 1000 R 312 n°14 s’est élancée avec la superbe d’un départ d’endurance. Pas d’à-coups, aucune fausse note, juste un envol. Désormais dans l’aspi des meilleures équipes du CFE, tout le talent de Michael Mecene allait pouvoir s’exprimer au guidon de la seule non-japonaise du plateau. Devant, les chronos sont effrayants dès le début de la course. Mick décide alors de maintenir un rythme rapide sans être dangereux. La course est longue, et il vaut mieux sacrifier une demi-seconde au tour que prendre des risques et ruiner la moto dans un exces d’optimisme. A 1 hr de course, le MRT pointe 5eme, jouant au chat et à la souris avec la R1 du team Repair Motos 41. Mecene et Gibet se tirent la bourre, offrant un beau duel aux spectateurs de Pau-Arnos. L’heure passe, le réservoir se vide, le relais s’effectue avec le professionalisme que l’on nous connait, et Julien Ferre part à l’attaque.

          Dans cette 2eme heure, nous avons fait une erreur, une seule : celle d’y croire, d’espérer, de voir tous nos efforts enfin aboutir. Nous sommes 3eme, à 38 secondes du leader. La tension monte d’un cran. Pas question de relacher l’effort, ni du coté des pilotes, ni du coté de l’équipe.

Championnat de France d’endurance à Pau-arnos – Le MRT 14 vaincu par la mécanique.

Mais même après moultes courses et entrainements, le sort n’épargne pas les plus acharnés. Au bout d’une grosse heure de relais, Julien rentre au stand pour ravitailler. Mais le box n’est pas prêt... Un engrenage du système de levage du derrick a lâché – plus moyen de monter le carburant à la bonne hauteur. La réparation s’achève presque quand la moto s’immobilise devant le stand. Panique... Improvisation, adaptation. Les derniers coups de clé de 10 sont donnés en 10 secondes, l’équipe revient sur la moto 5 secondes après, le derrick vide ses 23 litres dans les 4 secondes qui suivent. Ca gueule, ça fuse, ça court, ça repart. Le team-manager fulmine : « Calamiteux ! Tout le boulot à refaire ! ». C’est Aurélien Bernicot qui est reparti dans l’arène, à 30 de tension et un regard de tueur.

          L’opération a fait mal. Durant la 3eme heure de course, le MRT dégringole à la 9eme place. L’effort soutenu d’Aurélien va permettre à la MV-Agusta de donner sa 2eme estocade. Tel le passeur dans un match de basket ou de hockey, Aurel passe les demi-guidons à Mick. Pneus neufs et grosse gniak transforment le tout, jusqu’à remonter à la 4eme place. Le podium n’est pas perdu, et revient même dans la ligne de mire. Les pilotes sont bien, l’équipe technique au diapason. Tout est possible. Nous sommes à la mi-course.

Championnat de France d’endurance à Pau-arnos – Le MRT 14 vaincu par la mécanique.

          Probleme ! Il est 15 h 30. Julien est revenu aux commandes après le fougueux relais de Mick. Mais il rentre beaucoup trop tôt. Pas bon signe.
« C’est l’embrayage, ou la boîte. Y a un bruit qu’est pas bon là-dedans ! ». Inspection rapide, vérification. C’est bizarre mais la moto semble pouvoir rouler. Aurel s’empare de son casque, saute sur la MV, et tente d’y croire. L’équipe le voit partir en croisant les doigt, espérant au miracle. Mais déjà, les outils sont en attente, les pièces de rechange à portée de main, le box déblayé pour laisser la place au retour de la moto.

          15 h 45. Je me dirige vers le stand de la FFM. Le transpondeur dans la main droite, marchant d’un pas lourd, j’entends en boucle les paroles d’Aurélien, son constat irréversible, cette pensée insupportable qui conclue la course : « Le moteur est cassé. C’est fini ! »
La MV-Agusta ne finira pas la course d’endurance de Pau-Arnos. Pourtant, on y était presque. L’équipe pouvait, les pilotes s’en approchaient, la moto le voulait... le podium était au bout de la course. Mais son coeur de métal et de fureur ne l’a pas portée jusque là. Jamais l’idée de rentrer plus tôt que prévu n’a été aussi angoissante que ce soir là pour le Motoplanete Racing Team.

Championnat de France d’endurance à Pau-arnos – Le MRT 14 vaincu par la mécanique.

Sans nos sponsors, nous n’aurions pas pu nous lancer dans ce championnat. Toute l’équipe remercie Motoblouz.com, Le Rouet, Toutenvert, Isermat, La CamPargnade, Promater, EVD, et tout ceux qui nous ont aidés.

Suivre l'actualité

Vous voulez en savoir plus sur l’actualité moto, recevez les informations dans votre boite mail.

Vos données personnelles font l’objet d’un traitement informatique par la société qui gère le site Motoplanete sur le fondement de votre consentement et sont utilisées pour la gestion de vos alertes. Pour en savoir plus et pour exercer vos droits, consultez notre politique de données personnelles.

Avis

On y a pensé, mais la fédé a pas voulu, elle nous a dit qu'il ne fallait pas confondre entre un championnat de vitesse et un concours de labour.<br>Tes machines, si tu veux les voir sur un circuit, çà sera avec une balayeuse accrochée derrière pour nettoyer la piste avant que de vraies motos débarquent. Répondre à Marc C

Bravo à toute l'équipe... mais<br>Est ce bien raisonnable de courir 8 heures en MV Agusta?? C'est un peu comme prendre une Harley pour faire "un sprint"<br>tiens, d'ailleurs, courir en endurance en Harley, c'est à mon avis LA solution pour le team; je m'explique:<br> A 4000 tours/mn, le twin va tenir toute la saison ==&gt; Economie<br> Plus la peine d'élaborer une stratégie de course: un seul mot d'ordre aux 3 pilotes: A donf, et rockn'roll<br> Plus la peine d'élaborer des systemes couteux et plus ou moins fiable pour remplir le réservoir à toute vitesse; on est pas à 5 mn prés!!<br> Penser aux moral des 3 pilotes, qui pourront enfin profiter du paysage autour des circuits...<br> Plus la peine de flipper sur le classement: La derniere place de la course est garantie. A ne pas confondre avec la derniere place du classement! en effet, il y aura bien une MV pour rendre l'ame et donc lui "passer devant"<br> Et puis, sur la photo, tout le monde sourira (même Marc...)!! Zen, cool, et tout et tout<br>Je pourrais en rajouter des tonnes, mais bon, je vous laisse réfléchir...<br>.............<br>Encore bravo pour votre passion<br>patrick Répondre à patrick

Indispensables

Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.
Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez nos partenaires Motoblouz et la Bécanerie, avec des milliers de références disponibles.

Question du jour

Avant la généralisation du démarreur électrique, quel était (et existe toujours) le principal moyen de faire "craquer" une moto ?