Motoplanete
À la une des Actualités

Essai du nouveau pneu hypersport S21 de Bridgestone.

   Bridgestone n'a pas pris les choses à la légère pour présenter son nouveau pneu hypersport-routier. Il faut dire que son nouveau S21 se présente comme une future référence. Evolution du S20 Evo, ce Battlax se prépare à équiper des engins à gros caractère et forte puissance. Un domaine où l'hésitation n'est pas de mise. MP a pris connaissance de nouveau pneu sur un circuit exigeant et enivrant. Sous les projecteurs d'Abu Dhabi, la gomme a chauffé et les sensations furent de haut niveau.

   Le pneu japonais attend la concurrence au tournant. Pour son développement, le S21 a bénéficié de l'Ultimate EYE. Une technologie Bridgestone qui permet de simuler les conditions et les contraintes réelles sur un pneu. Ce qui a permis de développer ceux du MotoGP hier intervient dans la création du gommard d'aujourd'hui.
Le manufacturier a aussi beaucoup bossé sur l'optimisation de la surface en contact au sol. Sur la petite section du pneu qui épouse l'asphalte, une bonne partie est constamment en micro-glissement. Cette surface a été diminuée de 30% depuis le S20 Evo, pour plus de grip et une meilleure traction.
Comme les S20 Evo, les pneus combinent plusieurs bandes de roulement. L'avant est bi-gomme et l'arrière tri. Un nouveau composé améliore encore l'adhérence et un comportement en courbe optimisé.
Au final, le S21 permettrait un gain de 2% sur circuit ; 2 sec au tour sur la piste de Sugo, au Japon. Ce qui est énorme. Plus performant, le pneu serait aussi plus endurant de 36%. S'il ne nous est pas possible de vérifier dans l'immédiat la longévité, nous allons en revanche découvrir son potentiel sur le circuit Yas Marina.

   Ne tergiversons pas et annonçons l'une de ses meilleurs qualités. Il sait mettre en confiance ce pneu ! Pour prendre mes marques sur le tracé abudhabien, une CBR 1000 SP sera ma cavalière pendant 20 min. Certes, la machine est lourde, mais la facilité légendaire de prise en main des Honda sera la bienvenue sur cette piste de 5.5 km. 24 virages de toutes sortes vont tenter de mettre à mal l'enveloppe S21. Des rapides, un gros 180°, des enchainements serrés, une grande parabolique où les meilleurs déboulent à presque 300 compteur, quelques passages en aveugle ; de multiples sollicitations très différentes, où qualités et défauts seront obligés de se dévoiler.
La troupe de journalistes est lancée, avec comme instruction de ne pas doubler les pilotes ouvreurs pour cette première session. Grand sourire pour tout le monde. Va essayer de doubler (entre autres) un pilote de Superbike en activité, ancien champion du BSB....

   Je fais partie de ceux qui ont toujours une petite appréhension au début du roulage, laissant bien le temps au pneu de chauffer avant d'attaquer. Devant, rappelons que les ouvreurs sont d'un très gros calibre. Rassurant et intimidant à la fois. On nous a briefé sur le rythme de la 1ere session, et l'inquiétude est proche du niveau zéro. La découverte du circuit se fait avec une banane monstrueuse. Trop de virages à apprendre, un décor à vous paralyser le nerf optique, un tout nouveau gommard dans les pognes...
Le team "France média" est en piste. J'ai préféré laissé Telcou, Mehdi, Morgane (pour ne citer qu'eux) passer devant, manière d'humilité respectueuse. Le rythme est posé, les vibreurs fusent. Et dans le deuxième tour, le slider frotte déjà. Une évidence qui déverrouille le fusible officiant entre la main droite et le genou. Le staff Bridgestone a pris soin de peaufiner les pressions avant de nous lâcher sur le circuit (2.3 bars à l'avant et 2.2 à l'arrière), et on sait qu'elles seront contrôlées entre chaque run. Sachant ainsi qu'un maximum de protection sont prises, on se concentre pleinement sur la session et le comportement du pneu.
Le pneu est chaud à présent. On va pouvoir un peu plus taper dedans et faire parler les watts. La CBR n'est pas la plus saignante des hypersports présente ici, mais avec 180 chevaux et une bonne louche de couple, la gomme devra déjà encaisser quelque chose de sérieux. Imprégnant plus de vitesse, je guette avec attention les infos transmises par le pneu. Moyennement causant, il ne permet pas de totalement savoir en permanence ce qui se passe entre lui et l'aphalte, principalement une fois qu'on est sur l'angle ; cependant, la sensation de grip est manifeste, et importante. Il communique un peu plus quand on l'amène sur l'angle, et une fois calé, il n'en bouge plus, ne souffrant d'aucune réaction parasite. La moto tourne, sereine, puis on la relève avec le pneu arrière qui accompagne avec vélocité mais sans précipitation.

   Après une pause limonade-pomme, je saute sur la ZX-636R. Moins de puissance mais un châssis plus aiguisé, plus joueur, plus d'électronique. Le Bridg' va encaisser moins de chevaux ; on va compenser avec un rythme plus sportif, et la balancer plus prestement. Depuis le début, je sens que l'avant est capable de beaucoup. Et peu importe la machine essayée, le train avant se présente à chaque fois comme un mélange d'outil et de jouet, sans arrêt avide de tutoyer la limite. Avec son galbe rond, mais resserré avec un degré de courbure plus court qui lui confère un profil plus pointu, le S21 s'engage très progressivement et avec vivacité. Il ne tombe pas sur l'angle, pourtant, il y va vite et semble encore plus incisif en milieu d'angle. Très précis, le pneu permet des entrées en courbe pile-poil où le regard le demande. Il permet presque de découper des trajectoires comme sur une table à dessin puis rentre dedans sans hésitation. Un régal.
Dans l'enchainement qui permet de revenir vers le port (4 virages de bord à bord en 10 secondes), le pneu fait toujours preuve d'une excellente progressivité, permet de facilement balancer la moto d'un angle à l'autre mais on lui demanderait plus de vivacité dans les pif-paf quand on sort du gros rythme, surtout dans le 2 et 3.

   Avec tous ces virolos qui te sautent dessus tout le temps, et la difficulté de mémorisation inhérente à cet essai (circuit technique avec beaucoup de virages, 5 motos différentes essayées), on se retrouve souvent confronté à des trajectoires aléatoires et surtout à des freinages improvisés pas toujours propres. Mea culpa pour ceux derrière moi. En revanche, cela permet de constater que le S21 se relève très peu au freinage sur l'angle, demeure stable et même prévenant. Un souci en moins, qui se trouvera largement conforté quelques instants plus tard.

   Un missile vient de passer à ma gauche. Un des problèmes quand tu te fais doubler par un pilote de WSBK en activité, c'est que tu prends instinctivement un instant pour le regarder tellement c'est beau comme il avionne. Et du coup, je loupe mon repère de freinage avant la chicane qui commande la grande parabolique. Pas le temps de réfléchir. On saute sur les freins pour tenter de récupérer une entrée en catastrophe et surtout éviter d'aller emplafonner les gradins en face. Le pneu s'écrase, encaisse, endure. Ca ne suffit pas, il y a trop de vitesse. J'accentue la prise, avec la sensation que l'avant va creuser un sillon dans le bitume. Le S21 souffre mais ne rompt pas, retardant l'intervention de l'ABS dans une limite surprenante. Enfin, il donne cette sensation qu'on peut lui en demander toujours plus. Très stable dans cette phase de régulation, il augmente encore le niveau de confiance et permet de remettre un bout de concentration dans le virage. Le gauche est foutu, Josh Brookes est loin, mais les fauteuils sont sauvés. La ZX-636R plonge avec retard dans l'enchainement, je récupère benoitement la traj' puis soude sans retenue afin de récupérer un peu de vitesse. Du temps de perdu mais un niveau de confiance relevé d'un cran. Je sais à présent que je peux freiner encore plus fort que prévu, et tout le temps.

   Sur le Yas Marina, deux passages m'ont fait prendre un pied d'enfer. Enfin non : tout était grandiose. Disons plutôt que deux endroits ont un peu plus retenu mon attention. La courbe à droite avant la Yas Racing School et la grande parabolique des Marine et South Grandstand. Une fois entré là-dedans, tu passes ton temps à l'accèl, avec de l'angle plus ou moins prononcé mais jamais la moto droite. La gomme est imperturbable dans ses passages, ne vous invite à aucun moment à rendre la main et comme avec Fast Sebil, les yeux se transforment en aiguilles poussant à droite.

   On va laisser la Supersport Kawa tranquille. Depuis tout à l'heure, une bécane grise et or me drague ouvertement. Ce n'est pas que je la trouve belle (opinion très personnelle, j'insiste) mais elle a un truc... ce truc qui vous donne envie de la découvrir intimement. Nous nous présentons, l'écran TFT s'allume avec une belle cinématique d'intro, j'ouvre en grand dans la nuit. Et je prends la claque de la décennie.
Extraordinaire !!! Je n'ai pas trouvé d'autre mot pour qualifier la R1M. Ni pendant, ni après. Yamaha nous a sorti une moto absolument géniale. Avec elle, on peut tout faire et se prendre pour un authentique pilote. Tout le monde la qualifie de 600 avec un moteur de 1000 ; et c'est en-dessous de la vérité. Compacte, agile comme c'est pas permis, joueuse ET rigoureuse, la R1M a aussi un moteur qui... Non, ce n'est pas un moteur. C'est un réacteur de MIG. Capable de tordre Iron Man, et aussi de faire du mal au S21.
C'est ici qu'est apparue une de ses rares faiblesses. Ayant pris beaucoup de confiance dans les capacités de ce pneu, je n'hésite pas à lui envoyer de la charge dans les sorties du virage. Au milieu de la séance, une petite glisse intervient en sortant de l'enchainement du Yas Viceroy Hotel, tout de suite rattrapée. Hésitation du pneu ou première alerte ? Toujours est-il qu'en poursuivant le rythme, la chausse ne semble pas se dégrader et continue sur le même niveau de performances. En fin de séance, le discours n'est plus le même et le pneu part en légères glisses plusieurs fois. A sa décharge, il vient d'encaisser 3 séances sur circuit avec une moto de haut niveau, et son précédent pilote lui en avait déjà bien mis dans la courge. Le pneu arrière est plus bavard que l'avant, en particulier quand l'adhérence est mise à mal. La glisse est progressive, avec un décrochage presque en souplesse. Il corrige sans raccrocher brutalement. En rentrant, le S21 affichait une température à peine supérieure à 60°, donc dans sa plage de fonctionnement. Pas de surchauffe mais il semble avoir perdu du grip. Rappelons que c'est un pneu hypersport routier capable d'incursion sur la piste et non pas un pistard pur.

   Après la sublime R1M, c'est au tour de la nouvelle Kawasaki ZX-10R de me tendre ses bracelets. Une autre bombe au palmarès évocateur et envié. Aucune appréhension ne m'accompagne à cet instant, car les précédentes séances ont dopé au maximum le capital confiance. Pas d'excès d'optimisme non plus, la Ninja étant une sportives les mieux armées de la production. C'est d'ailleurs ce que j'aurais dû me dire avant de retarder de trop un certain freinage. En écrasant le levier droit, l'avant fait son maximum pour calmer la vitesse. L'arrière déleste, gigote, et la sérénité dont fait preuve le S21 permet d'attendre tranquillement que la roue arrière ait finie de danser.

   La journée de tests se conclut en GSX-R 1000. La Suzuki ne nous a pas appris grand-chose de plus, si ce n'est que le pneu se marie aussi bien avec elle. Moins vif que les blocs Kawa et Yam, le bouilleur invite à rester dans les tours. Moins vif, mais à peine moins puissant. Il y a tout de même une sacrée cavalerie à l'appel. Sans antipatinage, on s'applique à gérer les chevaux avec la main droite et sans électronique. On redresse en abondant le gommard de puissance. Tous les chevaux passent au sol, sauf dans certaines sorties de courbes où le gros couple provoque de petites et courtes virgules.

   Le Bridgestone S21 nous a totalement séduit. Il a démontré qu'il pouvait aller très loin sur circuit. Sur la route, il faudra avoir un sacré niveau pour aller chercher ses limites. Le manufacturier n'a pas choisi cette présentation par hasard : il tient à démontrer que son enveloppe est la meilleure du marché et que son aptitude de performances est nettement au-dessus des autres. Le S21 va dans ce sens, et ses capacités le démontrent. Très progressif, constant, fournissant une grosse sensation de grip, il permet aussi de corriger facilement une trajectoire, quasiment n'importe quand. S'il manque un peu de communication, il se rattrape par la confiance qu'il procure, sa stabilité et l'absence de vibrations, au freinage comme à haute vitesse. Une notion à relativiser, car la singularité de la piste où le pneu a été testé est sans commune mesure avec la qualité aléatoire de nos routes.
Déjà disponible, Le S21 avance un tarif en hausse d'environ 20% par rapport au S20 Evo. Mais comme ce dernier baisse son prix de 20%, la différence de prix d'une génération à l'autre est quasi nulle. 10 dimensions sont au catalogue, 4 avant et 6 arrières.

   Pneu avant :

- 110/70 ZR 17 (54W)
- 120/60 ZR 17 (55W)
- 120/70 ZR 17 (58W)
- 130/70 ZR 16 (61W)

   Pneu arrière :

- 150/60 ZR 17 (66W)
- 160/60 ZR 17 (69W)
- 180/55 ZR 17 (73W)
- 190/50 ZR 17 (73W)
- 190/55 ZR 17 (75W)
- 200/55 ZR 17 (78W)

Crédit photos : Bridgestone

Partagez

Avis

Déposez votre avis sur la Essai du nouveau pneu hypersport S21 de Bridgestone.
Notez cet article :
Dernières actus

Ducati présente deux concepts originaux de Scrambler pour le futur proche.

10/11/2019
Ducati présente deux concepts originaux de Scrambler pour le futur proche.

Deux nouveaux concepts Ducati Scrambler nommés "Motard" et "DesertX" ont été créés par Ducati pour explorer de nouveaus terrains de jeux et attiser la curiosité de ses fans.

#2016 #Actualités #Coin conso

Harley-Davidson Laidlaw's couronné champion de la Battle of the Kings International 2019.

10/11/2019
Harley-Davidson Laidlaw's couronné champion de la Battle of the Kings International 2019.

Les concessionnaires Harley se sont déchainés pour cette édition 2019 de la Battle of the Kings. Les finalistes furent Harley-Davidson Warr's du Royaume-Uni, Harley-Davidson Thunderbike de l'Allemagne, Harley-Davidson Calgary du Canada et Harley-Davidson Querétaro du Mexique.

#2016 #Actualités #Coin conso

Gagnez un essai de la Kawasaki Z H2 à Las Vegas.

04/11/2019
Gagnez un essai de la Kawasaki Z H2 à Las Vegas.

Rendez-vous chez votre concessionnaire Kawasaki et réservez un essai de la future Z H2. Le gagnant du concours partira à Las Vegas pour tester ce roadster de dingue.

#2016 #Actualités #Coin conso

Bridgestone présente 4 nouveaux pneus pour 2020.

01/11/2019
Bridgestone présente 4 nouveaux pneus pour 2020.

2020 verra 4 nouvelles enveloppes du manufacturier japonais. Bridgestone dévoile les pneus Racing RS 11, Touring BT 46, Classic Racing CR 11 et Enduro E 50.

#2016 #Actualités #Coin conso

Indian présente un nouveau moteur de 1769 cm3 et 121 ch.

22/10/2019
Indian présente un nouveau moteur de 1769 cm3 et 121 ch.

Tout juste après avoir présenté le twin Thunderstroke refroidi par air gonflé à 1901 cm3, Indian dévoile un nouvau bloc à refroidissement liquide de 1769 cm3, bien plus puissant et encore plus riche en couple.

#2016 #Actualités #Coin conso

La Honda CB 750 de pré-production sera la star du Salon Moto Légende 2019.

20/10/2019
La Honda CB 750 de pré-production sera la star du Salon Moto Légende 2019.

Le Salon Moto Légende, incontournable rendez-vous des amateurs de motos de collection et d'exception, ouvrira ses portes les 22, 23 et 24 novembre au Parc Floral de Paris (Château de Vincennes).

#2016 #Actualités #Coin conso