Se connecter
Actualité ACCUEIL > ACTUALITé
Les chroniques de MC - Un premier GP en Thaïlande.

Les chroniques de MC - Un premier GP en Thaïlande.

Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Une fois les moeurs locaux découverts, les GP reprennent leurs droits sur M.C. Mais le pays n'a pas fini d'absorber les songes des acteurs de la compétition.

          Samedi 6 octobre, 7h30. Nous partons de l'hôtel direction le Chang International Circuit.
Sur la route nous prenons conscience, malgré l'heure matinale, que les spectateurs seront au RDV de ce premier GP Thaïlandais. Les forces de l'ordre en grand nombre essayent tant bien que mal d'organiser la circulation. Entre les véhicules fabriqués maison, que ce soit à deux, trois, ou quatre roues, les hyper sportives millésimées 2018, les « camions » agricoles roulant à  25 km/h réquisitionnés par l'organisation pour servir de navette, les piétons indisciplinés et nous occidentaux incapables de comprendre leurs panneaux d'indication routière, le terme de bazar désorganisé est tout à fait approprié.

          8h, le service est ouvert et débute par les roues de nos jeunes pousses, puis vient l'heure des derniers essais libres. En général c'est mitigé, mais ici quasiment tous les teams viennent faire monter des tendres pour les qualifs, ce qui nous rend la journée moins longue. Entre 13 hrs et 14 hrs, pendant la période des qualifs des motoGP, un par un, nous nous rendons sur les stands de nourritures situés juste derrière notre barnum. On y trouve de tout, surtout du local. Pour ma part, ce sera brochette de quelque chose et noix de coco bien fraîche. Pour d'autres, ce sera soupe de légumes, et pour les plus traditionalistes, le bon vieux sandwich.

          16h, les qualifs sont terminées. Les wheels man arrivent au compte-goutte, certains pour monter leurs derniers pneus alloués en sécurité au cas où, on sait jamais ; d'autres pour faire rééquilibrer une roue pas trop usée en vue du warm up du lendemain.

          18h, nous baissons les bâches autour de la structure puis petit tour sur le salon, histoire de voir ce que l'on n'a pas encore vu. Et bien nous en a pris : sous une tente annexe, nous sommes tombés sur un géo-trouvetout qui a mis au point un châssis à suspension pneumatique à grand débattement. La moto est littéralement posée par terre .Sitôt le moteur démarré , celui-ci entraîne un compresseur qui gonfle les amortisseurs et d'un coup la moto se lève de plus de 20 cm. Le système rappelle les bonnes vieilles Citroën GS.
Comme nous étions encore en tenue officielle, cet inventeur de génie, nous a demandé de poser à côté de son œuvre...
Vu le nombre de clichés pris par un photographe, il y a fort à parier que nous devrions apparaître sur sa plaquette publicitaire d'ici peu de temps.

          21h, la douche prise, les vêtements civils enfilés, direction tout droit sur une route perpendiculaire au périphérique. Au loin des lumières, nul doute qu'il s'y passe quelque chose. Et effectivement, juste après un tas de baraquements qui fait plus penser à des cabanes de jardins qu'à des logements, je suis tombé sur un marché de nuit fort sympathique. J'ai pu comme chaque soir me restaurer avec du local, ce qui m'a foi pour l'instant me convient parfaitement et en prime fait souvent sourire les vendeurs trop heureux qu'un occidental s'aventure à manger comme eux.

          Dimanche 7 octobre 7h30. Ouverture du service. On entend à l'autre bout du paddock quelques moteurs de moto3 en chauffe. D'ici 1h30 débutera leur warm-up et dans quelques heures, le tout premier GP de Thaïlande.
Contrairement aux autres GP, même si l'on a pu apercevoir un grand nombre de spectateurs arriver tout au long de la semaine, il y a très peu de monde qui déambule sur le paddock, et le peu qu'il y a est là pour les pilotes asiatiques, ce qui ne doit pas être pour déplaire aux Rossi et consorts qui généralement ne peuvent faire un pas sans être assailli.

          11h. La course moto3 a débuté, ce qui nous assure une coupure de 30mn environ avant de voir débarquer les premiers wheels man. J'en profite pour faire un tour sur la zone restauration à la recherche d'un coupe faim et surtout d'une noix de coco bien fraîche. Sur le retour, je m'arrête quelques minutes devant un des écrans géants pour suivre la course. Le spectacle est toujours à la hauteur en moto3. Autour de moi une cohorte de supporters du 41, le pilote local, jusqu'à sa chute où d'un coup je me suis retrouvé seul - leur idole n'étant plus là, ils ont tous tourné les talons.
A peine la course terminée, les racks à roues s'entassent devant notre structure. Tous les teams sont pressés par le temps, les chariots élévateurs attendent les premières caisses de matériel pour les charger dans les camions direction l'aéroport puis le Japon. A peine fini de démonter les pneus des moto3 que ceux des moto2 prennent le relais. Une fois le démontage terminé, place au gros du travail de la journée. Sortir tous les pneus des containers, les compter précisément, par type, par taille puis tous le remettre dans le même container qui les a apportés de France. On ne prend aucun risque avec la douane...
Une fois les quelques 2000 pneus re-stockés, place aux machines, aux tables, aux équilibreuses, bref à tout le matériel.

          17h. Les containers sont fermés, il ne nous reste plus qu'à attendre l'agent des douanes pour qu'il scelle les portes.
Avant de rentrer pour une dernière nuit à Buriram, nous repassons par la zone festive, la foule est encore très présente, il faut reconnaître que l'organisation a fait très fort et je comprends que personne n'ait envie de quitter les lieux. Alors que nous prenions un pot devant une échoppe, tout s'est arrêté instantanément, les lumières se sont éteintes, le concert géant a fait silence, les gens assis se sont levés, ceux avec une casquette ou un chapeau se sont découverts, et quelques secondes après, l'hymne de leur pays a rejailli à travers toutes les enceintes du circuit. La foule entière dévouée au chant national. Impressionnant, très impressionnant...

          21h, nous sommes prêts à sortir et profiter de la nuit, nous ne quitterons le secteur que vers 12h le lendemain...

Chronique précédente : Découverte de la Thaïlande

Ajouter vous aussi un commentaire sur "Les chroniques de MC - Un premier GP en Thaïlande."
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette actualité :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :
Rechercher une moto
Publicité
Les reconnaîtrez vous ?
L'actu sur MP
Dernière fiche moto
Notre comparateur moto
Comparez les modèles motos
A ne pas louper
Communauté Facebook
Communauté Google+
Plan du site - Un lien vers MP - Régie publicitaire