Motoplanete

ActualitéBienvenue (ou pas) à la vignette du contrôle technique !

Bienvenue (ou pas) à la vignette du contrôle technique !

             Le sujet est remis sur la table chaque année, depuis une décennie maintenant, le contrôle technique pour les deux roues rentre en vigueur à compter du lundi 15 avril 2024. Le sujet échaude la plupart des motards, avec une forte conviction de "racket" et de confusion sécuritaire. Pourtant, il peut être légitime de penser et de constater que l'idée n'est pas si mauvaise et pourrait amener à éviter des pièges ou des maladresses dans certains cas.
Entre colère et incompréhension, tâchons d'y voir plus clair.

Le contrôle technique moto pour la sécurité routière : un faux débat ?

Les hostilités avaient été lancées il y a une quinzaine d'années, ce lundi, le contrôle technique des deux roues motorisés (CT2RM) sera mis en exécution en France. Sont concernés par cette inspection périodique obligatoire les véhicules de catégorie L, à savoir :

  • les motos ;
  • les cyclomoteurs ;
  • les scooters ;
  • les tricycles à moteur ;
  • les quadricycles légers et lourds.

"C'est vrai que ça fait longtemps qu'on en parle, mais sous couvert de sécurité routière, ça ne passe pas", pour Philippe Monneret. L'ex-pilote moto (vainqueur des 24 h du Mans Moto, entre autres) et spécialisé dans la formation-prévention depuis une trentaine d'années, s'allie en opposition au contrôle technique estimant "insister déjà assez sur l'entretien de la moto durant le processus du permis de conduire".

Un discours partagé par une majorité de motards et de concessionnaires éveillés. Parmi eux, Damien, Responsable eCommerce, Pièces et Accessoires chez Planète Yam considère tel un "gros racket d'axer la communication sur la sécurité routière. On a tous vu passer les chiffres d'accidents causés par l'entretien d'une moto qui ne représente qu'une partie infime". À P. Monneret d'abonder dans ce sens : "Il y a 0,3 % des accidents qui sont dus à des problèmes techniques sur une moto, c'est un faux débat."

Les chiffres ne constituant pas un motif valable pour l'instauration de cette mesure, la pilule a du mal à passer auprès des motards dont le regard porté vis-à-vis des scooters est différent. "Celui qui achète un scooter comme un véhicule utilitaire, roule avec des pneus lisses, plaquettes mortes, etc. Là oui, le contrôle technique a son importance". Pour le gérant de moto-école, comme pour le concessionnaire interrogé, les motards se retrouvent, de fait, mêlés à une catégorie les obligeant à passer par la case contrôle technique.

La pollution des deux roues, LE vrai sujet ?

La sécurité routière constituant alors le premier point bloquant à l'annonce du décret le 23 octobre 2023, quid de la pollution des deux roues ?

Philippe Monneret reconnaît là que la pollution des deux-roues, en particulier la pollution sonore, constitue "un véritable défi qui aurait dû être traité depuis longtemps". Les constructeurs et la chambre syndicale insistent d'ailleurs sur la nécessité de sanctionner les personnes dont les véhicules ne sont pas équipés de pots d'échappement conformes à la réglementation

Inspiré du contrôle technique automobile, le contrôle de la pollution des véhicules à deux roues sera réalisé à l'aide de la même sonde que celle utilisée pour les voitures. Toutefois, sa légitimité est une fois de plus remise en question, les motards ciblés n'ayant qu'à remettre leur pot d'échappement d'origine pour passer le contrôle technique.

D'autres questions restent en suspens : 

Les centres agréés pour effectuer le contrôle technique des deux-roues sont-ils prêts ? 

À ce jour, tous les organismes ne semblent pas nécessairement disposés ou habilités à passer le contrôle technique. Pour cela, les contrôleurs devront être formés à la manipulation des deux-roues à l'arrêt. Un délai allant jusqu'au 14 avril 2025 a été accordé pour cette formation de 33 heures, comprenant à la fois des sessions théoriques et pratiques. À l'arrivée, les contrôleurs ne possédant pas des connaissances suffisantes, il ne serait pas étonnant de constater des résultats différents pour deux mêmes motos selon les centres de contrôle.

Les professionnels (concessionnaires) pourraient profiter de cette situation ? 

L'intronisation du CTR2M laisse penser que les professionnels puissent se remplir les poches. La question, légitime dans ce tumulte, a été posée directement à Damien : "Finalement, pas tant que ça et pour une raison : les contrôleurs ne souhaitent pas avoir affaire aux particuliers, mais uniquement aux professionnels (concessionnaires)", contraignant ces derniers à se déplacer et augmenter leur coût. "Déjà que le prix du contrôle technique (entre 50 et 7 €) a du mal à passer...", les concessionnaires craignent d'être les premiers à qui objecter une prestation de contrôle technique incluant l'attestation de convoyage.

Il est important de souligner que le prix des contrôles techniques n'est pas fixé par l'État. Il est donc déterminé librement par les gestionnaires des centres de contrôle.

Vous pouvez utiliser un service en ligne pour trouver un centre de contrôle technique proche de chez vous.

Quelle mesure à la place du contrôle technique deux-roues ?

"Au lieu d'appliquer quelque chose qui ne servira à rien et dont les vérifications effectuées seront similaires à celles réalisées dans son garage", Philippe Monneret suggère la mise en œuvre d'une vérification technique de la moto avant la revente. Une vision partagée par Damien qui estime que "les rouleurs auraient davantage compris le message".

Pour ce faire, il faudrait "habiliter nos concessionnaires à fournir un avis positif de mise à la vente de véhicule d'occasion". Un dispositif visant à rassurer tant l'acheteur que le revendeur et qui a déjà fait ses preuves chez nos voisins belges.

La moto, toujours un véhicule de liberté ?

Motards en montagne
La moto, un symbole de liberté remis en question. @Pixabay

La moto a toujours été perçue comme le symbole ultime de la liberté, attirant les passionnés de deux-roues. Cependant, récemment, certaines décisions semblent aller à l'encontre de cette autonomie tant appréciée. L'élargissement des zones de stationnement payant et l'introduction de contrôles obligatoires suscitent un sentiment de frustration chez les motocyclistes, et l'impression d'être lésés dans l'affaire. Les constructeurs investissent déjà des sommes considérables pour améliorer la fluidité du trafic, mais cette initiative est également remise en question. 

En outre, alors que l'électrique est promu comme une solution écologique, les motards soulignent les limitations en termes d'autonomie, ajoutant ainsi de nouveaux obstacles. "Parfois, il vaudrait mieux se dire qu'il n'existe pas des solutions pour tout, plutôt que de rajouter des problèmes", conteste P. Monneret. Cette accumulation de mesures et de contraintes laisse penser que les véritables enjeux ne sont pas abordés, alors que la moto reste un moyen de transport écologique et sain.

* Pourquoi tant de réfractaires ?

La moto est un véhicule à l'équilibre précaire, chaque action peut se solder par des conséquences plus importantes qu'en voiture. Dès lors, on a toujours considéré que le motard était forcément soucieux de l'entretien de son véhicule. Cette image d'Epinal remonte aussi sans doute à l'époque où pour être motard, il fallait aussi être un peu mécanicien. Au temps des pionniers, il n'était pas toujours évident de se faire dépanner alors il fallait faire par soi même. Mais aujourd'hui, alors que le nombre de pratiquants a explosé, sommes-nous toujours certains que ces valeurs fondamentales soient respectées ?

Nous ne pouvons verser dans un monde de Bisounours. Soyons lucides, si une très grande majorité de pratiquants prend effectivement soin de son véhicule, d'autres sont moins précautionneux par défaut ou derrière une mauvaise intention.

Le défaut d'entretien vient parfois du manque de moyens. Une révision, un kit chaîne ou un train de pneus à changer, ce n'est pas toujours le bon moment. Si on peut s'acheter un gros cube pour une somme relativement modeste, son entretien conserve, lui, un coût bien contemporain. Face aux factures qui s'annoncent, il est parfois tentant de revendre la moto "en l'état" et en attendant de voir si l'acheteur pose les bonnes questions ... Ne parlons même pas de l'individu mal intentionné, qui va tenter de masquer des défauts plus graves : cadre marbré, changement de compteurs, etc ...

Et quoi, ça ne vous est jamais arrivé ? Moi, oui, je me suis fait "rouler" ...

Chaque motard débutant n'a parfois pas les compétences pour vérifier tout ça, ni les conseils avisés d'un tonton motard depuis 30 ans. Je vais vous raconter une histoire, la mienne qui avec un contrôle technique aurait donné un goût un peu moins amer à mon premier gros cube. Nous sommes au début des années 2000, tout juste auréolé de mon permis, je me suis mis en quête d'une Honda 600 Hornet. Je trouve rapidement mon bonheur, le roadster Honda est alors très à la mode. Le modèle qui me met des étoiles dans les yeux est en plus bien équipé : échappement, lèche-roue, passage de roue ... une vision idéale du bonheur ! Cet éblouissement m'a coûté cher.

Si le vendeur m'avait bien averti qu'il faudrait faire une révision moteur, il s'est bien gardé de dire que le kit chaîne était très fatigué et que les plaquettes également. Vous me direz, je me suis fait avoir comme un bleu, je n'avais qu'à faire attention ! Pas faux, mais entre l'émotion de cet achat qui représentait un rêve d'enfant et un manque certain de compétences pour ces éléments à mes débuts, avec un contrôle technique les choses auraient été plus claires, plus simples. Je ne pense pas être un cas isolé d'ailleurs, mon histoire, certains l'ont sans doute déjà entendu. Dans mon malheur, je me dis que je ne suis pas le plus à plaindre, j'avais les ressources nécessaires pour effectuer les remplacements. Mais quid de celui qui met tout son budget en faisant confiance au vendeur ?

L'insécurité ? Non, l'irrespect de la mécanique

Un contrôle technique principalement pour simplifier l'achat / revente

Dans un contexte d'inflation, on ne se réjouit jamais de devoir passer une fois de plus à la caisse. Les motards expérimentés et qui ne transigent pas sur leur sécurité sont une majorité. Malheureusement, comme dans tout cas de société, il y a toujours une minorité qui ne fait pas les choses comme il le faut. Le contrôle technique évitera les mauvaises ventes comme il a nettoyé le marché automobile. Rappelons qu'il sera à faire tous les 3 ans pour les véhicules de plus de 5 ans et qu'il doit avoir moins de 6 mois en cas de vente. Sa durée de validité globale est d'un an de plus pour les motos que pour les voitures. Voilà au moins une bonne nouvelle pour les plus réfractaires d'entre nous qui à l'issue de ce sujet seront toujours absolument contre ...(V2B)

Quel résultat pour mon contrôle technique ?

Pour être complet (d'autres y verront une forme de résignation), l'issue du contrôle donne sur trois types de notation :

Contrôle technique favorable (A)

Le contrôle n'a détecté aucune défaillance majeure et critique. Il n'y a pas de contre-visite à effectuer. Le contrôle technique est valable trois ans. Dans le cas d'un CT favorable, une vignette sera apposée sur la bulle ou saute-vent de la moto.

Contrôle technique défavorable (S)

Cette notation intervient en cas de présence d'au moins une défaillance majeure pouvant nuire à la sécurité du véhicule, représenter un danger pour les autres usagers de la route ou avoir un impact négatif sur l'environnement. Le propriétaire de la moto dispose d'un délai de deux mois pour effectuer une contre-visite.

Contrôle technique défavorable (R)

Une défaillance critique au moins est constatée et la moto se mue comme un danger immédiat pour la sécurité routière, ou peut entrainer une conséquence grave sur l'environnement, zone rouge ! La validité du contrôle technique étant restreinte au jour même de l'inspection. Après réparation, une contre-visite doit être effectuée dans les deux mois suivants le premier contrôle.

La Fédération française des motards en colère (FFMC) lance un appel au boycott du contrôle technique des deux-roues motorisés. Après s'être réunis samedi dernier dans certains départements, les motards prévoient à nouveau de se rassembler tout le week-end pour manifester contre le CT2RM. Vous pouvez consulter la carte des rassemblements.

Suivre l'actualité

Vous voulez en savoir plus sur l’actualité moto, recevez les informations dans votre boite mail.

Vos données personnelles font l’objet d’un traitement informatique par la société qui gère le site Motoplanete sur le fondement de votre consentement et sont utilisées pour la gestion de vos alertes. Pour en savoir plus et pour exercer vos droits, consultez notre politique de données personnelles.

Indispensables

Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.
Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez nos partenaires Motoblouz et la Bécanerie, avec des milliers de références disponibles.

Question du jour

D'où vient ce tableau de bord ?

D'où vient ce tableau de bord ?