Se connecter
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Les forces de l'oncle Sam

Harley-Davidson FLSTSB 1584 SOFTAIL CROSS BONES 2008 / Harley-Davidson 1340 NIGHT TRAIN FXSTB 1998

            Imaginons …

            Votre tonton d’Amérique vous lègue 20.000 $ mais il précise dans ses dernières volontés que la totalité de cet argent devra servir à vous offrir une belle de Milwaukee !
Vous voilà bien dépité face au catalogue gorgé de noms à rallonge, de suites de lettres incompréhensibles et de modèles « classic », « spécial » ou « street ».
Heureusement, Oli le belge est là pour vous aider, chers lecteurs. Un comparo vaut mieux qu’un long discours.

L’A.B.S aux U.S.A.

            Les forces en présence :

            A ma gauche, l’historique FLHRC Road King Classic propulsée par la dernière évolution du bicylindre en V de 1.584 cc développant une puissance secrète de + 70 à 80 ch/din. Ce bicylindre est toujours refroidi par air mais est équipé depuis peu de l’injection. Couple de 129 nm à 3.500 tr/min.
A ma droite, l’agressive VRSCDX Night Rod Special propulsée par le nouveau bicylindre en V (développé par Porsche) à refroidissement liquide de 1.250 cc développant la bagatelle de 123 ch/din à 8.000 tr/min. Couple de 115 nm à un régime incroyablement élevé pour une Harley de… 7.000 tr/min !

Propulsées toutes le deux depuis le millésime 2008 avec l’option A.B.S.
Et vu l’implantation droite des pédales de frein arrière, il est vite mis à contribution lors de freinages d’urgence. Ces deux modèles recèlent plusieurs point communs, dont le principal reste la motorisation par un bicylindre en V !

La routière Road King est bien équipée pour faciliter la vie du voyageur : un grand réservoir de 22 l, un pare-brise protecteur, une boite 6 équipée d’un pratique cruise control, des valises rigides de bonne contenance et une selle ainsi que des platines repose-pieds (montées sur ressort !) très confortables. Donc, finalement, si on oublie le poids conséquent (332kg), cette moto est une compagne de tous les jours ayant un rayon d’action et de services que bien de customs pourraient lui envier.
L’agressive Night Rod, elle, joue à fond la carte des bad boys. Epatant la foule, grâce à son pneu arrière de 240mm, sa robe noire et mate renforce encore son côté obscur. Sur cette moto très basse de selle (640mm), la position de conduite est assez particulière : les pieds et les bras très en avant. La conduite se fait avec le dos courbé, le postérieur en arrière et calé dans la selle profonde, une position drapeau en quelque sorte.

            En route !

            Comme vous l’aviez déjà compris, les positions de conduite sont très différentes :
L’angle de chasse de la fourche (34°) et la différence de section entre le pneu avant (120mm) et l’arrière (240mm) donnent une Night Rod pataude à basse vitesse.
La Road King, par contre, et après avoir dû donner un bon coup de jarret pour la relever de sa béquille, se révèle très équilibrée.

La puissance disponible est, elle aussi, bien différente (du simple au double quand même !). L’originel bi de la Road King gorgé de couple à bas régime vous invite à monter le plus vite possible en 6ème et d’enclencher le cruise-control, vous libérant ainsi la main droite. Toujours sympa de faire signe à un autre motard de cette main en montée … étonnement garanti !!

Le moteur de la Night Rod, lui, déborde plutôt de puissance, malheureusement au détriment du couple. D’ailleurs, il n’est pas rare de devoir repasser la 1ère dans des virages lents tant le moteur cogne à bas régime.
Peut-être était-ce le passage de l’une à l’autre qui m’a fait ressentir ce manque de couple ?
Par contre, dès que l’on passe le régime de 3.000 tr/min, le moteur et le large pneu arrière vous propulsent, tel un dragster, à des vitesses largement prohibées. Et ce dès la deuxième !
Il est possible, sans soucis pour la moto, d’accrocher un bon 200km/h. Mais dans ce cas, pensez à verrouiller vos pieds entre le sélecteur et le repose-pied à gauche et en dessous de la pédale de frein (sécurité, hum, hum…) à droite.

            Conclusion :

            Au départ de ce comparo, et d’autant que c’était la première fois que j’allais chevaucher une Harley de la lignée V Rod, je tempérais déjà mon futur enthousiasme pour ne descendre l’Harley à l’ancienne. Force est de reconnaître que cet essai a chamboulé mon à priori …
Je crois que mon aspect top frime ne supplante pas encore mon côté rouleur, et que, de ce fait, la ligne hautement agressive de la Night Rod ne lui a pas permis de faire oublier la roulabilité de sa cousine. Bien sûr, rouler en Road King vous oblige à adopter un rythme plus cool. Une fois dépassé le couple à bas régime, n’espérez pas retrouver de la puissance plus haut.

Mais l’équilibre, la maniabilité et la prise d’angle étonnante (les méga repose-pieds sont les premiers à vous prévenir du dépassement d’angle) vous font rapidement oublier ce manque de puissance.
La Night Rod, elle, aime mettre en avant ses aspects spectaculaires : pneu de 240 mm, 123 ch/din, moteur full black et gueule ultra agressive permettent certainement de faire oublier son prix de 19.795 Euro avec l’A.B.S.
La Road King vous coûtera 1.700 Euros de plus mais vous permettra de faire plus que de passer de terrasse en terrasse.

            A vous de voir … ;-)

            A+

Oli le belge - photos constructeur

Rechercher une moto
Publicité
Les reconnaîtrez vous ?
L'actu sur MP
Dernière fiche moto
Notre comparateur moto
Comparez les modèles motos
A ne pas louper
Communauté Facebook
Plan du site - Un lien vers MP - Régie publicitaire