Se connecter
Actualité ACCUEIL > ACTUALITé
L'équilibrage d'une roue, comment ça marche !

L'équilibrage d'une roue, comment ça marche !

Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

En parallèle des chroniques de M.C., notre ami des paddocks nous livre un moment de travail et d'expérience. Aujourd'hui, une question cruciale et méconnue : comment équilibrer une roue et pourquoi.

        L'équilibrage...

        Avant toute chose, pourquoi doit on équilibrer une roue?
Tout simplement parce qu'une roue déséquilibrée provoque des vibrations et que les vibrations sont les ennemis de tout ce qui tourne et de tout ce qui supporte ou qui fixe un objet en mouvement.

        Un exemple concret, on prend une perceuse, on la tient bien serrée dans ses mains puis on la fait tourner le plus vite possible, il ne se passe rien, on pourrait rester des heures à faire ce test.
Maintenant, on fixe dans le mandrin un foret tordu et on recommence le test.
Très rapidement on aura des fourmis dans les mains, puis dans les poignets et cela deviendra rapidement pénible, et plus la mèche sera grosse et tordue et plus la douleur sera rapide et forte.
La différence entre les deux tests : un déséquilibre qui provoque une vibration.
C'est d'ailleurs ce déséquilibre que l'on utilise dans certains ustensiles pour les faire vibrer..... (Une ponceuse par exemple....)

        Donc, si nos mains et nos poignets ont du mal à supporter une vibration, il en est de même pour les roulements de roues, la fourche, le châssis, etc.... et pour finir les mains et les poignets du pilote....
Que faire ? Éliminer cette vibration en équilibrant la roue.
Comment ? En fixant un poids identique et à l'opposé de celui qui est à la base de la vibration.

        Exemple concret : on prend son vélo (pas sa moto, l'essence et l'huile couleraient de partout, on pourrait casser la bulle ou le compteur, bref la loose...) on prend donc son vélo et on le retourne sur lui même. La roue avant est théoriquement libre de tout mouvement (sinon c'est qu'il y a déjà un souci...)
On prend deux poids identiques, on en fixe un sur le pneu et on lâche la roue. Celle ci va se mettre à tourner, dans un sens puis dans l'autre, puis de nouveau dans un sens puis dans l'autre jusqu'à ce qu'elle s'arrête. Une fois à l'arrêt, on constate que le poids est au plus bas (pourquoi en bas : à cause de la gravité, Newton et sa pomme, Eurêka, tous ces trucs que l'on jette et qui retombe par terre...)
Donc une fois la roue arrêtée, on fixe le deuxième poids à l'opposé du premier, on lance la roue, si les poids sont équivalents et fixés de la même manière, la roue ne s'arrêtera que quand elle en aura assez ou qu'elle aura faim, ou qu'elle aura fait des 8h de boulot, tout ça sans jamais être repartie dans l'autre sens...

        Et bien pour équilibrer une roue ou tout objet en mouvement, c'est le même principe, il faut opposer à un poids (ou balourd) un poids identique...
Le processus utilisé : on prend une roue en bon état ( une roue tordue ou avec des roulements H.S ne peut pas être équilibrée convenablement)
On vérifie qu'elle soit propre et dénuée de tous ses anciens plombs (inutile de rajouter du poids au poids)
On la traverse avec un grand axe (équilibré lui aussi, sinon ça n'aurait pas de sens...)
On pose l'ensemble sur un banc d'équilibrage ( deux pieds surmonter de deux roulettes chacun)
On lance la roue très vite et on vérifie si l'ensemble tourne rond (le pneu pourrait avoir un défaut, la jante ou un disque de frein pourrait être voilé)
On ralentit la roue (pour gagner du temps, sinon on y passerait la nuit)
On attend que la roue s'arrête toute seule en vérifiant si elle a fait un ou plusieurs aller-retour avant de s'arrêter (cela fera gagner du temps dans le diagnostic)
On fait un repère à l'aide d'une craie au point le plus haut du pneu (en effet, s'il y a un balourd, il sera forcément au point le plus bas.... Newton, la pomme, la gravité etc...)
On fait faire un quart de tour à la roue afin de mettre le repère à l'horizontal, le balourd sera lui aussi à l'horizontal, c'est à cet endroit qu'il prendra le plus de vitesse pour retourner au point le plus bas (quand on serre une roue de voiture, la clé on la positionne à l'horizontal car c'est comme cela qu'on a le plus de force....)
On lâche la roue et on regarde la vitesse à laquelle le balourd retourne au point le plus bas, cela déterminera le plomb à coller à l'opposé du balourd.
On repositionne le repère à l'horizontal et on colle des plombs à l'intérieur de la jante. On lâche la roue, si le balourd va vers le bas c'est qu'on a pas collé assez de plomb, s'il va vers le haut, c'est qu'il y a trop de plomb, dans les deux cas, il fait soit rajouter, soit enlever des plombs et si la roue ne bouge pas, c'est qu'elle est équilibrée.

        Dans l'absolu, ça paraît simple.
Dans la réalité, ça l'est, jusque 10 grammes de l'équilibrage parfait...
Les 10 derniers sont les plus durs à trouver, surtout quand des dizaines et des dizaines de roues restent à équilibrer......

Chronique précédente : Derniers jours en Espagne

Ajouter vous aussi un commentaire sur "L'équilibrage d'une roue, comment ça marche !"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette actualité :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :
Rechercher une moto
Publicité
Les reconnaîtrez vous ?
L'actu sur MP
Dernière fiche moto
Notre comparateur moto
Comparez les modèles motos
A ne pas louper
Communauté Facebook
Communauté Google+
Plan du site - Un lien vers MP - Régie publicitaire