Motoplanete

La marque Royal-Enfield

En bref
Type de motos fabriquées Roadster
Trail
Pays d'origine
Années de mis en service 1901 - aujourd'hui
Millésimes

          Les débuts

          Enfield Cycle Company fabriquait des motos, vélos, tondeuses à gazon et moteurs stationnaires sous le nom de Royal Enfield sur ses établissements basés à Redditch, Worcestershire. L'héritage de la fabrication d'armes se reflète dans le logo comprenant le canon, et la devise "Made like a gun" ("fabriqué comme un fusil"). L'utilisation de la marque Royal Enfield était autorisée par la Couronne en 1890.

          Les premières années

          En 1909, Royal Enfield avait surpris le monde de la moto en introduisant une petite moto avec un moteur V HP double Motosacoche d'origine suisse 2 1/4. En 1911, le modèle suivant était propulsé par un moteur 2 3/4 HP et se démarquait par son engrenage 2 vitesses Enfield bien connu. En 1912 vint le JAP 6 HP 770 V CC double avec une combinaison de side-car. Cette moto avait donné un nom à Enfield dans le domaine. 1914 avait vu l'arrivée des motos 3 HP cette fois avec un moteur propre à Enfield, qui avait maintenant le schéma normalisé de peinture Enfield avec les pièces émaillées noires et le réservoir vert avec bordure dorée.

          Entre les guerres

          Au moment du déclenchement de la Première Guerre mondiale, Royal Enfield avait fourni des motos side-car 6 HP avec brancards à la Couronne. Cette même moto est également sortie avec une mitrailleuse Vickers en accessoire sidecar pouvant également être tournée vers le ciel et utilisée contre les avions volant à basse altitude. Royal Enfield avait un grand nombre de motos au ministère britannique de la Guerre et avait également remporté un contrat de moto pour le Gouvernement Impérial de Russie.

          Avec l'expansion de l'usine dans les années 20, la gamme des modèles s'était également étendue et en 1924, Royal Enfield offrait quatre versions de la motocyclette à deux temps 2 1/4 HP, deux nouvelles motos JAP avec moteur 350 cc et deux versions de combinaisons de moteurs 8 HP Vickers avec sidecar. Pendant la grande dépression des années 30, Royal Enfield avait également été affectée et la demande des motos avait chaviré et baissé, mais la fabrication de vélos s'était poursuivie au même rythme quoiqu'elle ne pouvait permettre à la société qu'une pénible évolution. Le Cycar, un modèle de moto entièrement clos apparu dans le début des années 30.

          Pendant la Seconde Guerre mondiale, comme d'autres fabricants de l'époque Royal Enfield avait également été appelé par les autorités britanniques à développer et fabriquer des motos militaires. Les modèles produits pour les militaires étaient le WD / C 350 cc SV, WD / CO 350 cc OHV, WD / D 250 cc SV, WD / G 350 cc OHV et WD / L 570 cc SV. Un des Enfield plus connus était la Royal Enfield WD/RE, connu sous le nom (Flying Flea), une moto à poids léger 125 cc conçue pour être larguée par parachute avec les troupes aéroportées.

          La connexion de l'Inde

          Les motos Royal Enfield étaient vendues en Inde depuis 1949. En 1955, le Gouvernement indien avait commencé à chercher une moto adaptée à ses forces de police et à l'armée pour patrouiller sur les frontières du pays. La Bullet 350 s'était présentée comme la moto la plus appropriée pour le travail. Le Gouvernement indien avait commandé 800 de ces motos 350 cc, ce qui représentait une commande énorme à l'époque. Ainsi en 1955, la Société Redditch s'était mise en partenariat avec Motors Madras en Inde pour former ce qu'on a appelé Enfield India pour assembler les motos Bullet 350 cc sous licence à Madras (maintenant appelé Chennai). Selon leur accord Madras Motors détenait la majorité (plus de 50 %) des actions de la société. En 1957 le matériel d'outillage était également vendu à Enfield India afin qu'ils puissent fabriquer des composants et commencer la production à part entière. La Bullet d'Enfield dominait les routes indiennes et avec chaque année qui passait, sa popularité augmentait sans cesse.

          Liquidation au Royaume-Uni

          Royal Enfield Royaume-Uni avait continué la fabrication des motos et avait mis au point quelques machines plus puissantes et innovantes notamment le Royal Enfield Meteor, Constellation et, enfin, l'Interceptor 700, avant d'être vendue à Norton-Triumph-Villiers (NVT) en 1968. La production avait cessé en 1970 et la société était dissoute en 1971. Les restes de l'outillage et l'équipement pour les travaux Redditch étaient vendus aux enchères. Entre temps, la Bullet 350 avait continué à être fabriquée en Inde et dans les années 1980 les motos étaient même exportées vers l'Europe. Même après la fermeture de la fabrication de moto la division d'ingénierie de précision avait continué à fonctionner pour un certain temps et même la production de bicyclettes avait continué jusque bien plus tard.

          Chapitre Eicher

          En 1990, Enfield en Inde avait conclu une alliance stratégique avec le Groupe Eicher, et plus tard fusionné avec elle en 1994. C'était au cours de cette fusion que le nom Enfield India avait changé en Royal Enfield. Le Groupe Eicher est l'un des principaux groupes automobiles de l'Inde avec des intérêts diversifiés dans la fabrication de tracteurs, véhicules commerciaux, engrenages automobiles, exportations, vêtements, conseil de gestion et Motos. Depuis lors, la société a réalisé des investissements considérables dans la modernisation de sa technologie de fabrication et des systèmes. En 1996, lorsque le Gouvernement avait décidé d'imposer des normes strictes contre les émissions, Royal Enfield était le premier fabricant de motos à se conformer, une tradition s'est établie et fait d'elle une société pour laquelle les normes d'émission sont l'un des facteurs les plus importants sur lesquels il faut se concentrer.

Crédits : Royal Enfield