Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > HONDA > VFR 750 F Carat 1990 > Présentation
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Le parfait accord

Honda VFR 750 F Carat
 
Honda

Honda VFR 750 F Carat 1990

Sport-GT
Fiche créée le 04/01/2009

             Sous ses allures de sage sportive, la VFR ne se contente pas d'être une très bonne machine ; c'est aussi un succès commercial complet. Rien d'étonnant au vu de ses qualités routières et de ses performances. Audacieux de la part de Honda de revoir complètement un modèle si réputé. Majestueux, le millésime 90 cache sous sa ligne finement re-modelée une moto complètement nouvelle.

             Les points communs entre l'ancienne et la nouvelle VFR ? L'architecture moteur et la philosophie. Dans ses grandes lignes, le dessin de la moto est une continuité mais les lignes sont plus tendues, l'aspect à la fois plus sport et plus élégant (Madame VFR ?), l'allure générale plus moderne et aguichante. La VFR des années 90 est une belle moto, dynamique sans exagérer dans le sport telles les GSX-R et ZXR. A la recherche du juste compromis, la Honda s'affirme comme une machine très valorisante. Impossible de ne pas craquer devant son tout nouveau bras oscillant. Monobras devrais-je dire, car la roue arrière, au dessin copié sur celui de la RC 30, est soutenue par une superbe pièce d'aluminium étroitement dérivée de celle de l'hypersportive citée précédemment. Honda est fier de sa superbike, et la VFR profite de cette aura en récupérant des gênes de RC 30. Outre le monobras oscillant et les roues, le V4 profite également du transfert technologique. Mais attendez, ne dévorez pas ce moulin tout de suite. Attardez vous sur l'habillage de la bécane. Il était facile de voir le nouvel optique de phare et les clignotants remarquablement bien intégrés. HONDA 750 VFRPourtant, sous cette robe très classe, vous doutiez vous que le cadre a été complètement revu ? Basé lui aussi sur le modèle RC 30, il est formé de grosses poutres cloisonnées en alu relié aux pièces de fonderie que sont la colonne de direction et les platines latérales. Le moteur, fixé plus en avant, est tenu par 2 berceaux secondant les longerons du cadre.
La VFR a l'air plus petite ? Effectivement, elle l'est. Et son empattement aussi a diminué. Tout comme la partie-cycle, la géométrie a beaucoup évolué. La chasse se réduit à moins de 100 mm, l'angle de colonne est redressé et l'empattement perd 10 mm à 1470 mm. Les ingénieurs nippons ont clairement cherché à optimiser le comportement routier de leur princesse de la route. La hausse de poids (+ 13 kg) viendra t'elle modifier la donne ?

             On s'en fout un petit peu de toutes les données techniques quand on enfourche la machine. Instinctivement, on sent que c'est une bonne affaire. Ca respire la qualité et le sérieux. De l'excellente peinture en passant par le tableau de bord complet et distingué, la Honda flatte le proprio avant de séduire par ses cotés pratiques. Béquille centrale, commodos au top de l'ergonomie, échappement monté sur pivot pour faciliter le démontage de la roue arrière, poignées de maintien passager très bien conçues, et robinet d'essence fixé sur le retour gauche du carénage. S'il est facilement accessible, c'est ennuyeux que son maniement soit aussi dur. Certains regretteront l'ancien incrusté dans le réservoir. On est tant admiratif devant la finition que l'on en oublierai presque de démarrer. Et qu'est-ce qu'y dit le nouveau V4 ?

             BBRrroollloouuurrrooouurrpppp ! Là, il faudrait un enregistrement. Impossible d'imiter le bruit caractéristique du 4 cylindres en V. Son chant est exactement à mi-chemin de celui des 4 pattes et du twin. Tripant ! Evoluant de concert avec la moto, il n'a gardé que peu de pièces de l'ancien bouilleur. Lui aussi inspiré par la RC 30, il se distingue de la production générale par sa distribution à cascade de pignons. Désormais, les arbres à cames attaquent directement des poussoirs et non plus des linguets pour actionner les soupapes. Les conduits d'admission en profitent pour se relever, d'où un meilleur remplissage, et les réglages de distribution passent de 12 000 à 36 000 Kms.
Ce bloc se marie parfaitement au style de la VFR. Moins pointu que ses concurrents pur sport, il se montre déjà actif dès 3000 tr/mn puis gagne en puissance avec progressivité et douceur jusqu'à l'attaque de la zone rouge. Il semble même plus velu après 7500 trs mais dans l'ensemble, il se distingue plus par sa disponibilité et son agrément que par les sensations qu'il procure. Un amateur de sportive restera sur sa faim mais ce trait de caractère, docile et dépourvu d'agressivité, est un atout très appréciable pour une utilisation quotidienne. On pourrait presque croire que la VFR en pâtirait au niveau des performances. Tu parles, Charles ! En la confrontant à ses concurrentes en 100 ch, cette dame à l'allure sage accélère plus fort qu'une FZ 750 ou qu'une GPX 750. Elle ne se laisse aucunement impressionner par une GSX-R 750. A la conduite, par contre, ce n'est pas comparable. Avec la Suzuki, c'est le Tourist Trophy en live, avec la Honda, c'est l'efficacité qui rime avec volupté et sérénité.
A bord, la position de conduite est agréable, légèrement plus typée sport qu'auparavant mais avec une juste retenue, et au final plus naturelle. En ville, les poignets y trouveront moins leur compte qu'avec l'ancienne VFR. Bien peu de choses en fait car dans l'ensemble, le maniement de cette moto combine le naturel et la facilité. S'infiltrant avec aisance, sur le couple et en décontraction, le paysage urbain défile sans souci sous les roues de la Honda. Le moteur manque juste de souplesse sur les rapports supérieurs. Mieux vaut ne pas descendre sous 3000 trs lorsque le sélecteur est en haut et qu'on se balade dans les artères de la ville. Mais bon, on ne passe pas notre vie en 6ème entre les bus et les bagnoles.
Vallée ou montagne, départementale en ruban et humeur tranquille, rien ne permet au mieux de déguster le panorama des enfilades qu'en cruisant sur le dernier rapport. De 3 000 trs à la zone rouge, le V4 est disponible à la demande.
8 500 trs utilisables pour profiter en douceur de l'équilibre de la moto. Et puis, le jus d'orange du p'tit dèj commence à faire effet. On retrouve des watts, la conduite devient plus incisive, 2 rapports tombent et la poignée tourne plus sévèrement. Les gênes RC 30 entrent en action. Chevauchant la route avec l'esprit mi-enroulade mi-arsouille, en tenant le régime au-dessus des 7 500 trs, le pilote va alors découvrir le visage sportif de la VFR. 4 000 trs en haut pour profiter d'une bonne puissance, jamais débordante et qui laisse libre court au pilotage. La trajectoire s'imprime avec le guidon, souligné par un petit déhanché. Le train avant est le maître d'oeuvre du virage, précis et secondé par la nouvelle répartition des masses. Ainsi, le comportement routier est plus efficace, plus incisif mais demande plus de concentration. Sa partie-cycle plus rigoureuse et sa conception font que la moto a tendance à se relever lors des freinages sur l'angle. Du coup, il y a moins de place pour l'improvisation alors que l'ancienne y accordait plus de crédit. En conduite musclée, la VFR a gagné en stabilité, en efficacité et en précision mais son pilotage est moins facile. Des courbes rapprochées et abordées à bonne vitesse demanderont un réel effort pour passer d'un angle à l'autre.
A la hauteur du potentiel de la machine dans toutes les situations, le freinage ne suscite que louanges. Feeling précis, mordant pilepoil et puissance constante, les disques sont impériaux d'efficacité quand ils se font mordre par les plaquettes.

             Si la VFR a le confort correct et doté de la fermeté de série, celui-ci est bien meilleur que sur la génération précédente. Le passager ne se plaindra pas de sa position, plutôt bien étudiée et dans l'ensemble agréable. Sur les grands axes, cette sport-GT ne vous offre les parcours rapides qu'avec une certaine limite : la protection est juste. Rien à dire aux vitesses autoroutières légales, c'est au delà de 160 km/h que ça se corse. Ca commence à siffler dans les esgourdes alors que les autres parties du corps sont plutôt bien protégées - s'il pleut, c'est une autre histoire -. Quelle que soit la vitesse ou l'angle pris, la machine reste superbement stable. Où que ce soit, le comportement routier de la moto ne déçoit jamais. Même là, la moto s'est bien améliorée.

             Le bilan de cette nouvelle VFR 750 "Carat" ? Superbe. Elle s'est bonifiée voire plus sur tous les plans. D'une polyvalence rare, se plaisant à tous les usages, impériale dans sa conduite, elle ne souffre que de 2 choses : une conduite sportive plus exigeante et un tarif devenu particulièrement costaud. Le premier point est relatif. Dans sa globalité, la VFR est franchement facile et très agréable à emmener. Si le prix fait tousser, il donne accès à un engin conçu pour vivre longtemps, à la qualité exemplaire et d'une homogénéité qui surclasse tout ce qui roule.

M.B
(inspiré par Moto-journal - photos internet)

Les indispensables pour la moto et le motard
Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.

Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire, avec des milliers de références disponibles.
L'aspect technique de la

Honda VFR 750 F Carat 1990

Honda VFR 750 F Carat
  • Chassis :
  • Cadre : périmétrique en fonderie et tubes d'aluminium
  • Réservoir : 19 litres
  • Hauteur de selle : 795 mm
  • Poids à sec : 216 kg
  • Poids en ordre de marche : 245 kg
  • Train avant :
  • fourche téléhydraulique Ø 41 mm, déb : 140 mm
  • 2 disques Ø 296 mm, étriers 2 pistons
  • Roue AV : 120/70 - 17"
  • Transmission :
  • à 6 rapports
  • finale par chaine
  • Train arrière :
  • Monoamortisseur, déb : 130 mm
  • 1 disque Ø 256 mm, étriers 2 pistons
  • Roue AR : 170/60 - 17"
  • Moteur :
  • 4 Cylindres en V, 4 temps
  • Refroidissement : Refroidissement liquide
  • 4 carbus Ø 38 mm
  • 2 ACT
  • 4 soupapes par cylindre
  • 748 cc (70 x 48,6 mm)
  • 100 ch à 10000 tr/min
  • 7.5 mkg à 9500 tr/min
  • Rapport poids / puissance : 2.16 kg/ch
Ce qu'il faut retenir de la

Honda VFR 750 F Carat 1990

Les plus
  • Facilité
  • Polyvalence
  • Finition
  • Qualités routières
Les moins
  • Plus exigeante sportivement
  • Prix
  • Manque de sensations
Ajouter vous aussi un commentaire sur "la Honda VFR 750 F Carat 1990"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :