Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > SUZUKI > RG 500 GAMMA 1985 > Présentation
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Le GP dans tes pognes

Suzuki RG 500 GAMMA
 
Suzuki

Suzuki RG 500 GAMMA 1985

Sportive
Fiche créée le 22/11/2010
Suzuki RG 500 GAMMA

           La magie commence avant même d'avoir mis en route. Ou plutôt l'ivresse. En s'approchant, le pilote n'a pas pris garde et la RG 500 l'a tout de suite mordu. Quelques secondes et il ne voit plus le phare et les clignos. Il ne reste plus que la meule de course. La Gamma, superbe, nous assomme d'admiration. Rarement une moto n'aura autant ressemblé à une machine de circuit. Un petit tour du propriétaire et le venin s'enfonce plus profondément encore. La main caresse le cadre tout alu, un frisson secoue les vertèbres à la vue des 4 échappements... la visite se termine en bavant sur la finition. Chez Suzuki, ils ont fait du sacré bon boulot.
Il est temps de s'aligner sur la grille de départ. Lawson, Gardner, Spencer, Sarron... Tous attendent de voir notre jeune hypnotisé en découdre sur le tarmac brûlant. Ca va saigner ! Plus qu'à mettre en route et les 4 cylindres 2 T vont hurler. Juste le temps de...

           Merde, faut déplier le kick d'abord. L'esprit revient à la raison. Et oui, la RG 500 semble vraiment sortie du paddock. Mais pour la lancer, un petit coup de jarret rappelle que c'est une moto de série. Une petite part de rêve en vente libre qui vient concurrencer directement et sans ménagement les Yamaha 500 RDLC et Honda NS 400 R. Un aller simple et le moulin miaule. On peut s'élancer pour une séance de GP perso.
Tête dans le guidon et bave aux lèvres ? Pas tout de suite. La Suzuki commence par vous accueillir avant de lancer l'attaque. La position de conduite, bien que les jambes soient assez repliées, n'est pas radicale. Sport mais raisonnable, tout comme la prise en main. La moto se laisse emmener sans effort mais se montre moins agile que sa concurrente de chez Honda. Aucune importance ; le moulin de la RG monopolise toute l'attention du pilote. Par son caractère exclusif ? Non, par sa civilité et son éducation. Il ne vibre presque pas, ménage sa voix tout en la laissant mélodieuse et fait preuve de volonté dès les bas régimes. Ce 4 cylindres en carré... en quoi ? Ah oui, que je vous explique un peu cette mécanique :

SUZUKI RG 500 GAMMA           Le moteur de la RG 500 Gamma est un 4 cylindres d'une conception un peu particulière, même marginale par rapport aux architectures principales que sont les blocs en ligne ou en V. C'est pourtant le type de motorisation retenu par Suzuki depuis 10 ans pour ses 500 de GP. En fait, il s'agit de 2 bancs de 2 cylindres accouplés en parallèle. Chaque banc entraîne son propre vilebrequin, qui lui-même transmet le mouvement à un arbre intermédiaire. La boite, de dimension très réduite, peut être extraite du moteur en quelques minutes sans avoir besoin de sortir le moulin. On y trouve un système de valves et de chambres d'expansion annexes baptisé AEC qui permet de gagner du souffle à bas et mi régimes. Un procédé pas très éloigné de l'YPVS de Yamaha. Du coté de la carburation, une astuce permet de gaver le moteur. La technique ressemble au V-boost de la V-Max. Les carburateurs des cylindres opposés sont reliés l'un à l'autre - du coup, en phase d'aspiration, l'un récupère les gaz que l'autre n'utilise pas. Double dose pour le cylindre receveur. Tout pour agiter les pistons ; et ils aiment ça !

           Volontaire à bas régimes, le bouilleur envoie progressivement la sauce. Après 5 000 tr/mn, on dispose de suffisamment de watts pour se faire plaisir. Mais le meilleur reste à venir. L'aiguille file vers la zone rouge en même temps que la moto vous emmène à toute vitesse. Certains s'attendent à ce que l'effort faiblisse une fois passé le chiffre 10 ; C'est ça, crois-y ! Le propulseur Suz trouve là toute sa vigueur. Après 10 000 trs, le moteur pète un plomb et s'injecte de l'adrénaline pure dans les pistons. Il hurle toute sa vigueur et bondit encore plus fort. Les 12 000 trs passés, ses forces le lâchent mais il poursuit quand même pendant encore 1 000 trs. Des watts, et de la fierté jusqu'au bout !

           La moto file aussi vite que le vent. Et si la 500 Gamma revendique la même vitesse de pointe que la nouvelle 750 GSX-R, elle se glorifie d'une tenue de route bien meilleure à haute vitesse. Pourtant, le dessin de la partie-cycle n'est pas très éloigné de celui de la 750. Un magnifique cadre double berceau en alliage d'alu abrite le moteur et maintient une fourche de conception assez proche de celle de la GSX-R. Mais la RG 500 possède un système Full-Floater comme suspension arrière et elle ne pèse que 154 kg à sec.
Face à la NS 400 R, la Suzuki est un peu moins rigoureuse mais son comportement routier est très homogène et se plie sans contrainte aux caprices du pilote. Freinage à la limite (franchement moyen pour une machine de ce gabarit – c’est LE point faible de cette bécane), entrée en courbe violente, sortie en grosse patate, la moto accepte sans rechigner et c'est tout juste si elle pompe un petit peu de l'arrière. Sur les grosses phases d'accélération ou de freinage, l'assiette de la moto varie très peu : cabrage ou plongée inopportunes, la Suz ne connaît pas. De bonnes suspensions, un système PDF sur la fourche remplaçant l’anti-plongée, des masses bien réparties, un moteur qui pète le feu et voila comment une replica vous propulse dans l'univers de Roberts et Mamola. Sauf que les machines de GP n'ont pas des pneus aussi étroits. Un 120 à l'arrière en monte d'origine sur une jante qui "n'en mène pas large", ce n'est pas très sérieux et ça limite les possibilités dynamiques. Mais vous savez quoi...

           Cette moto est tellement géniale qu'elle va marquer sérieusement sa génération. Face à la 500 RDLC et à la NS 400 R, elle dispose de très sérieux atouts. En fait, la lutte est même inégale et la RG 500 Gamma est d'ores et déjà lancé sur les rails du succès. En bout de ligne droite, le drapeau à damier, juste après un petit intérieur à Spencer... Ce n'est qu'un rêve ; mais n'est-ce pas fantastique quand il se produit les yeux ouverts ?!?

M.B
(photos internet)

Les indispensables pour la moto et le motard
Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.

Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire, avec des milliers de références disponibles.
L'aspect technique de la

Suzuki RG 500 GAMMA 1985

Suzuki RG 500 GAMMA
  • Chassis :
  • Cadre : double poutre en tubes d'alu
  • Réservoir : 22 litres
  • Hauteur de selle : 770 mm
  • Longueur : 2100 mm
  • Largeur : 695 mm
  • Hauteur : 1185 mm
  • Empattement : 1425 mm
  • Poids à sec : 154 kg
  • Poids en ordre de marche : 181 kg
  • Train avant :
  • Fourche téléhydraulique Ø nc, déb : 140 mm
  • 2 disques Ø 260mm, étriers 4 pistons
  • Roue AV : 110 / 90 - 16"
  • Transmission :
  • Boite à 6 rapports
  • Transmission secondaire par chaine
  • Train arrière :
  • Mono-amortisseur, déb : 130 mm
  • 1 disque Ø 210 mm, étrier à 2 pistons
  • Roue AR : 120 / 90 - 17"
  • Moteur :
  • 4 Cylindres en carré, 2 temps
  • Refroidissement : Refroidissement liquide
  • Alimentation par valves rotatives
  • 498 cc (56 x 50.6 mm)
  • 95 ch à 9500 tr/min
  • 7.3 mkg à 9000 tr/min
  • Rapport poids / puissance : 1.62 kg/ch
Ce qu'il faut retenir de la

Suzuki RG 500 GAMMA 1985

Les plus
  • Moto de course
  • Look
  • Performances
  • Tempérament moteur
Les moins
  • Freinage moyen
  • Boite de vitesses
  • Taille des jantes
Ajouter vous aussi un commentaire sur "la Suzuki RG 500 GAMMA 1985"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :