Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > TRIUMPH > 900 DAYTONA SUPER III 1995 > Présentation
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Opération séduction

Triumph 900 DAYTONA SUPER III

Cliquez sur l'image pour la visualiser en grand format

 
Triumph

Triumph 900 DAYTONA SUPER III 1995

Sportive
Fiche créée le 20/08/2009
Triumph 900 DAYTONA SUPER III

La Super "III" est à la fois une série limitée et une évolution de la Daytona, la sportive de la gamme Triumph. Série limitée car sa diffusion n'est prévue qu'à 500 exemplaires ; et la France n'en aura droit qu'à 50.
Evolution du fait que la Super III bénéficie des progrès technologiques que l'usine anglaise accumule depuis sa renaissance. Ainsi, cette machine accueille de profondes modifications qui se généraliseront dans l'avenir sur toutes les productions de Hinckley.

Cosworth, ça vous dit quelque chose...! Eh bien, ce sont eux qui ont conçus les nouveaux carters et culasses de cette Daytona. Ces éléments ont perdu en poids tout en gagnant en rigidité. Cachées par le carénage, vous ne verrez pas grand chose des principales modifications apportées, tels ces nouvelles fonderies, le nouveau profil des arbres à cames, les changements opérés sur la transmission primaire, le démarreur, le boîtier d'allumage...
Pourtant, cette sportive brittone dégage plus de charisme que la version standard. Et ce n'est pas par sa fiche technique qui restera ignorée par le motard néophyte ou l'observateur lambda. En plus de sa classe "so british", la Super III a de quoi vous flatter avec ses silencieux et ses garde-boues en carbone, sa déco noir badgée "SUPER III" sur les flancs arrières, son bras oscillant lui aussi teinté sombre et ses nouveaux étriers de frein à six pistons. Triumph a également changé les jantes pour des modèles Brembo en aluminium coulé, alliant gain de poids et rigidité accrue. Tiens, le poids, parlons-en. Vous savez de combien le moteur s'est allégé avec ses nouvelles pièces ? 4,5 kilos. Au total, la moto a perdu 9 kg et sa puissance en version débridée est passé à 117 ch. Mais avec 255 kg tous pleins faits, elle demeure plus proche de la catégorie des sportivo-gt que des pistardes pures. Ce n'est pas grave car ce n'est pas la radicalité (et les défauts qui y sont liés) qu'elle recherche. C'est une Lady, pas une Ninja.

Impression confirmée en montant à bord. La position de conduite, légèrement allongée et en appui sur les poignets ne diffère pas du modèle originel. En saisissant la machine, le poids se rappelle à notre bon souvenir, seulement le temps de manoeuvrer la moto ; car une fois en équilibre sur ses roues, la Daytona devient homogène et agréable. A la conduite, la Triumph se déguste telle une crème anglaise. Cela vous change du saké des productions nippones. La force du moteur, c'est son couple et sa rondeur qui se différencie nettement des 4 cylindres et de leur puissance nichée en haut du compte-tours. Si la Daytona ne peut lutter face à la sportivité acharnée de ses concurrentes, elle se révèle ne revanche bien plus agréable sur le plan du confort. Les suspensions assurent un très bon travail qui associe efficacité et préservation des lombaires. Enrouler est toujours une partie de plaisir, grâce à cet amortissement et au caractère du moteur, deux atouts maîtres dans le comportement de cette machine.
L'autre point fort est le freinage ô combien respectable. Très dosables et sans agressivité, l'ensemble double disque 12 pistons prouve sans retenue sa générosité et son efficacité étonnantes. Avec tout ça, difficile de résister à la tentation d'une partie d'arsouille. La moto joue avec vous mais son poids se fait sentir quand le rythme passe à l'attaque. On ne peut pas oublier plus de 250 kg comme ça...

AU moment de rentrer au bercail, les poignets commenceront à être douloureux ; sacrifice à la sportivité, qui dénote quelque peu avec l'agrément générale de cette attachante et conviviale sportive. La route ne sera pas un souci, aidé par une selle complaisante, un carénage protégeant correctement, et un souffle moteur permettant une vitesse de croisière plus qu'honorable.
A plus de 8 briques, ce bel objet devient presque un bijou. Cela fait cher payer le parfum de l'Angleterre, mais c'est aussi le prix de l'originalité.

M.B
(inspiré par l'article de M. Montange - Moto-journal n°1 116
photos internet)

Les indispensables pour la moto et le motard
Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.

Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire, avec des milliers de références disponibles.
L'aspect technique de la

Triumph 900 DAYTONA SUPER III 1995

Triumph 900 DAYTONA SUPER III
  • Chassis :
  • Cadre : Monopoutre en acier
  • Réservoir : 25 litres
  • Hauteur de selle : 790 mm
  • Longueur : 2152 mm
  • Largeur : 690 mm
  • Hauteur : 1185 mm
  • Empattement : 1490 mm
  • Poids à sec : 211 kg
  • Poids en ordre de marche : 255 kg
  • Train avant :
  • Fourche téléhydraulique Ø 43 mm, déb : 150 mm
  • 2 disques Ø 310 mm, étriers 6 pistons
  • Roue AV : 120 / 70 - 17"
  • Transmission :
  • Boite à 6 rapports
  • Transmission secondaire par chaine
  • Train arrière :
  • Mono-amortisseur, déb : 126 mm
  • 1 disque Ø 255 mm, étrier 2 pistons
  • Roue AR : 180 / 55 - 17"
  • Moteur :
  • 3 Cylindres en ligne, 4 temps
  • Refroidissement : Refroidissement liquide
  • 3 carburateurs ø 36 mm
  • 2 ACT
  • 4 soupapes par cylindre
  • 885 cc (76 x 65 mm)
  • 117 ch à 9500 tr/min
  • 8.3 mkg à 6500 tr/min
  • Rapport poids / puissance : 1.8 kg/ch
Ce qu'il faut retenir de la

Triumph 900 DAYTONA SUPER III 1995

Les plus
  • Caractère moteur
  • Freinage redoutable
  • Confort de suspension
Les moins
  • Poids à l'attaque
  • Prix
  • Rayon de braquage
Ajouter vous aussi un commentaire sur "la Triumph 900 DAYTONA SUPER III 1995"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :