Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > BMW > R 1250 RS 2019 > Présentation
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Virée en Jet-boat

BMW R 1250 RS

Cliquez sur l'image pour la visualiser en grand format

 
BMW

Nouveauté : BMW R 1250 RS 2019

Sport-GT
Fiche créée le 31/10/2018
BMW R 1250 RS

          La route peut-être intense tout en étant baignée d'une certaine volupté. Quand on pense sport, on bascule facilement dans la catégorie du roadster sanguin ou de la sportive sous haute tension. En mélangeant un peu des deux avec une dose de routière, on aboutit à la R 1250 RS. Une subtile évolution de la 1200 du même nom, soucieuse de s'affirmer et de proposer une alternative. Souvent comparér à l'iconique Honda VFR, la Reise Sport est coincée dans une polyvalence qui fait tout son charme. Il lui est temps de s'exposer davantage.

          Mais comment ? Pas facile dans un monde où les Sport-GT n'ont plus la cote depuis très longtemps, dans une gamme où les GS, S 1000 RR, R NineT, RT et K 1600 s'accaparent la gloire, dans une époque où rouler avec joie est récompensée par des amendes ou la taule en sursis.
Ca énerve... La RS le ressent, jusqu'à en froncer les sourcils et rentrer son regard dans les orbites. Autrefois symétriques, grands ouverts comme curieux du monde, les yeux de la RS se sont fuselés avec la 1250, insistant leur présence dans un faciès de mandibules.
Le reste de l'habillage, les formes, les roues, ne changent pas de la 1200. La tête de fourche est LA principale évolution de style de cette machine. Et aussi dedans. BMW s'est débarrassée du bloc compteur, aux indications numériques pas toujours facilement lisible. A la place s'incruste la dalle TFT "Connectivity", appréciable sous bien des points. Emprisonnés dans 6,5 pouces de diagonale, les pixels dynamisent les couleurs, l'affichage, le pouls de la RS. Pour les possesseurs de Smartphone, un peu de temps consacré à l'union de celui-ci et du tableau de bord ne sera pas gâché. Une fois appairé, on range le bidule dans la poche et on roule. Le Connectivity peut piloter une partie des fonctions du téléphone, vous permettant d'écouter votre musique, répondre à des coups de fils, et arriver à bon port avec un navigateur simplifié. Pour cela, il suffira de télécharger le BMW Motorrad Connected App, de programmer une destination et de laisser les appareils bosser.

          Donc, on roule. Faisons-le à bon train. Elle est prévue pour ça, avec une force nettement plus présente depuis que le constructeur lui a implanté le Boxer de 1254 cm3. Sourire en coin, c'est l'une des plus légères de la série R. Grogne en attente, elle peut compter sur 136 chevaux à 7750 tr/mn. Force et conviction, elle le prétend via un important couple de 14,5 mkg à 6250 trs, dont 11,2 sont dispo de 2000 à 8250 trs. Vitalité aux aguets, car le ShiftCam a pris ses quartiers dans les culasses.
Avec cette technique de distribution variable, le bicylindre à plat offre bien plus de puissance dans les bas et mi régimes. Dans ces zones d'utilisation, l'arbre à cames d'admission pousse les soupapes selon un diagramme de charge partielle, améliorant l'efficience du mélange gazeux et la combustion. A l'approche des hauts régimes, un guide électro-mécanique décale l'ACT via des cannelures. Des cames plus agressives, de pleine charge, prennent le relais pour assurer la puissance dans les tours. Un Boxer à deux visages mécaniques, dont l'agrément et la souplesse sont annoncés en très nette hausse, avec en bonus les jeux de caractère induits par l'électronique.

          Quelle moto un peu vorace pourrait se passer de Modes de conduite aujourd'hui ? Quasiment plus une, et pas du tout la R 1250 RS. De série, elle reçoit les Modes "Road" et "Rain", l'antipatinage ASC et le Hill Start Control. Une case à cocher sur le bon de commande pour obtenir les Riding Mode Pro, en option, une dose de programmation en plus et hop, voila qu'apparaissent le mode "Dynamic" et son homologue "Dynamic Pro". Ce dernier a la spécificité d'être configurable.
Cette extension Pro est très tentante pour les amateurs d'aides au pilotage. Car en plus des deux Modes supplémentaires, elle ajoute le contrôle de traction DTC, l'ABS Pro réactif en virage, le nouveau contrôle de frein moteur DBC et le Hill Start Control Pro. C'est quoi ? Une côte de +/- 5% et l'assistant au démarrage au cote s'active automatiquement à la prise des freins.

          Le chapitre des options sera peu abordé, à moins de se coltiner quatre pages de listing. Evinçons rapidement les bidons d'huile, la rallonge de câble USB et les polish pour apercevoir l'essentiel. Shifter, démarrage sans clé, poignées chauffantes, régulateur de vitesse, appel d'urgence, selles de diverses natures, éclairage diurne à LEDs et beaucoup de pièces customisées "Option 719" ; sans oublier la dernière génération de suspension adaptatives Dynamic ESA.
Désormais presque familières du paysage moto, les suspates semi-actives tâchent d'offrir le meilleur amortissement possible en suivant leurs lois de programmation, les profils routiers, les actions dynamiques du pilote et les modes électroniques choisis. Les réglages sont ajutés en quelques millisecondes. La spécificité du système "Next Generation" est la compensation automatique en fonction de la charge. Partez tout seul, croisez une moto-stoppeuse et son sac à dos, perdez le sac à dos, perdez la passagère, revenez avec le sac à dos – la bécane le sentira toute seule et s'adaptera.

          Peut-être avez-vous prêtez attention au fait que la R 1250 RS n'a pas de Telelever pour son train avant. Cet élément intimement lié à l'évolution technique des motos BMW n'a pas été reconduit sur certains modèles, dont la RS depuis 2015. Elle fait confiance à une grosse fourche inversée de 45 mm, cousine éloignée de celle de l'ex-S 1000 RR. Le monobras à cardan Paralever est toujours de la partie, tandis qu'une structure tubulaire en acier tient toutes les pièces techniques entre elles. Comment stoppe-t-on les 243 kilos de la machine ? Avec deux disques de 320 mm pincées par des étriers radiaux à 4 pistons, qui n'auront pas peur des 7 kilos supplémentaires par rapport à la 1200. Le frein arrière est assuré par un disque de 276 mm et son étrier à double piston. Petite précision quant à la parenté proche de cette sport-GT RS avec le R 1250 R – si la première est grandement basée sur le roadster, elle profite en revanche d'un empattement plus grand de 15 mm, gage d'une meilleure stabilité.

          Plus tonique, plus souple, presque plus agressive, La BMW R 1250 RS reprend le leitmotiv de la 1200 avec de quoi s'assurer une bonne dose de plaisance pour les années à venir. Une façon de voir le tourisme rapide, comme tant l'on fait jadis et peu aujourd'hui. On en saluera d'autant plus sa présence.

          La R 1250 RS sera dispo sous plusieurs agrémentations.
La version Basic aime le sombre, le posant sur ses étriers de frein, son habillage, le cadre et les jantes.
En Exclusive, le gris s'empare du cadre et le doré s'occupe des étriers de frein.
C'est surtout dans sa version Sport que la RS se distingue des autres "coloris". Le contraste est plus saisissant avec des jantes laquées noires, un cadre peint en blanc et une couleur générale pétante. Le sabot moteur est plus important et en acier inox.

M.B - Photos constructeur

Les indispensables pour la moto et le motard
Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.

Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire, avec des milliers de références disponibles.
L'aspect technique de la

BMW R 1250 RS 2019

BMW R 1250 RS
  • Chassis :
  • Cadre : Structure en tubes d'acier
  • Réservoir : 18 litres
  • Hauteur de selle : 820 mm
  • Longueur : 2202 mm
  • Largeur : 925 mm
  • Empattement : 1530 mm
  • Poids en ordre de marche : 243 kg
  • Train avant :
  • Fourche téléhydraulique inversée Ø 45 mm, déb : 140 mm
  • 2 disques Ø 320 mm, étriers radiaux à 4 pistons
  • Roue AV : 120 / 70 - 17"
  • Transmission :
  • Boite à 6 rapports
  • secondaire par cardan
  • Train arrière :
  • Mono-amortisseur et monobras Paralever, déb : 140 mm
  • 1 disque Ø 276 mm, étrier 2 pistons
  • Roue AR : 180 / 55 - 17"
  • Moteur :
  • Bicylindre à plat, 4 temps
  • Refroidissement : liquide
  • Injection Ø 52 mm
  • 2 ACT, variable
  • 4 soupapes par cylindre
  • 1254 cc (102.5 x 76 mm)
  • 136 ch à 7750 tr/min
  • 14.5 mkg à 6250 tr/min
Ce qu'il faut retenir de la

BMW R 1250 RS 2019

Ajouter vous aussi un commentaire sur "la BMW R 1250 RS 2019"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :