Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > NORTON > Atlas 650 Ranger 2019 > Présentation
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

De faubourgs en sous-bois

Norton Atlas 650 Ranger

Cliquez sur l'image pour la visualiser en grand format

 
Norton

Norton Atlas 650 Ranger 2019

Trail
Fiche créée le 14/11/2018
Norton Atlas 650 Ranger

          Après avoir gagné ses galons de crapahuteur il y a longtemps, le scrambler est en train de glaner ceux de la noblesse. Un vent nouveau souffle sur la catégorie, où les aptitudes comme la qualité sont à la hausse. Norton est de cette veine, profitant d'une vigueur retrouvée et d'une image forte pour se lancer dans ce bain avec une machine à double visage. Son 650 Atlas présente une fort belle allure, avec une déclinaison Nomad pour la route et cette version Ranger pour s'aventurer sur les terrains plus ardus.

          L'Atlas 650 est la première Norton du XXIème siècle « accessible ». Un modèle d'entrée de gamme... Cependant, quelle allure. Telle une jeune suzeraine avide de rébellion et impatiente de plonger ses escarpins dans la gadoue, elle s'apprête à scandaliser les humeurs avec délice tout en rêvant de l'orée des bois.
Parfois, du garage à la forêt, le trajet n'est pas si loin. Suffit de faire craquer le twin pour partir à sa rencontre. Dans l'Atlas, l'on trouve un bicylindre parallèle de 650 cm3. Norton a quasiment découpé le V4 de son hypersport pour aboutir à un berlingot compact, doté d'un couple de 6,6 mkg et particulièrement puissant pour sa cylindrée. Pour ce type de moteur, la puissance se situe habituellement entre 70 et 75 chevaux – sur l'anglaise, le curseur grimpe à 84 chevaux. Pas mal ! De quoi offrir des accélérations allègres, presque musclées. Avec son calage à 270°, le moteur tend à offrir un caractère proche de celui d'un V-twin.

          La Ranger trace de la route, jusqu'à aboutir à des embouchures moins académiques. C'est là qu'elle se distingue de la Nomad. Avec son petit garde-boue sous le phare, ses pneus à sculptures Avon Trekrider et son généreux sabot en aluminium, on se doutait déjà que le potentiel de tout-chemin était présent. Cela se confirme avec un débattement de suspension plus important : 200 mm soit 50 de plus que l'Atlas « routier ». La fourche inversée de 50 mm est réglable dans tous les sens alors que le mono-amortisseur ne peut s'ajuster qu'en précharge. Les deux éléments sont signés Roadholder, une appellation intimement liée à Norton. Les roues sont également différentes, avec une avant plus haute et plus large pour la Ranger (120/70 – 19 contre 110/80 – 18) tandis que l'arrière rétrécit d'un petit doigt (170/60 – 17 contre 180/55 - 17).
La Ranger bénéficie de plus de garde au sol, ce qui impacte forcément sur la hauteur de selle. 867 mm la sépare du sol – ce n'est pas au niveau d'une enduro mais ça commence à demander de la souplesse au niveau des adducteurs. Les dissemblances continuent avec un guidon renforcé, un phare protégé par une grille (plus stylé que réellement probante), une bulle sport, et une recherche de stabilité plus importante avec un empattement de 1470 mm soit 24 de plus que sur la Nomad.

          Quelle que soit la version, l'Atlas 650 profite d'un beau matos, dont un freinage assuré par des étriers Brembo monobloc à fixation radiale mordant des pistes de 320 mm (ce que l'on peut trouver sur une bonne sportive), un beau bras oscillant en aluminium, une selle bi-matière, un échappement relevé, des tés de fourche ajourés, des durites de frein tressées et des jantes à rayons.
Ce scrambler partage son moteur avec la 650 Superlight - cette dernière le pousse à un niveau supérieur - mais profite de son propre cadre. Le constructeur lui a concocté un périmétrique en tubes d'acier dont on ne devrait pas être déçu.

          Une première série de 250 exemplaires pouvait être commandé au salon Motorcycle Live de Birmingham. Il faut compter 20% de plus sur le tarif par rapport à la Nomad pour acquérir la Ranger. Ce qui l'amène au prix d'une 1200 NineT Scrambler, bien plus fournie en couple et en watts ; et pas très loin d'un Triumph Scrambler XC riche en électronique. L'influence du blason de Donington face à celui d'Hinckley ou de Münich sera essentielle.

Les indispensables pour la moto et le motard
Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.

Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire, avec des milliers de références disponibles.
L'aspect technique de la

Norton Atlas 650 Ranger 2019

Norton Atlas 650 Ranger
  • Chassis :
  • Cadre : cadre périmétrique tubulaire en acier
  • Réservoir : 15 litres
  • Hauteur de selle : 867 mm
  • Empattement : 1470 mm
  • Poids à sec : 178 kg
  • Train avant :
  • Fourche téléhydraulique inversée Ø 50 mm, déb : 200 mm
  • 2 disques Ø 320 mm, étriers radiaux Brembo 4 pistons
  • Roue AV : 120 / 70 - 19"
  • Transmission :
  • Boite à 6 rapports
  • secondaire par chaîne
  • Train arrière :
  • Mono-amortisseur, déb : 200 mm
  • 1 disque Ø 245 mm, étrier à 2 pistons
  • Roue AR : 170 / 60 - 17"
  • Moteur :
  • Bicylindre parallèle, 4 temps
  • Refroidissement : liquide
  • Injection Ø nc
  • 2 ACT
  • 4 soupapes par cylindre
  • 650 cc (82 x 61.5 mm)
  • 84 ch à 11000 tr/min
  • 6.6 mkg
  • Rapport poids / puissance : 2.12 kg/ch
Ce qu'il faut retenir de la

Norton Atlas 650 Ranger 2019

Ajouter vous aussi un commentaire sur "la Norton Atlas 650 Ranger 2019"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :