Motoplanete

BMW1800 R 18 2020

Présentation à retenir Technique Concurrentes Galerie Millésimes Avis Indispensables Occasions

Un croiseur plus qu'un cruiser

Custom

BMW s'introduit avec force dans le segment du custom avec son nouveau R 18. Longtemps attendu, l'engin a laissé travailler le désir jusqu'à l'adoption d'une présence énorme et élégante. Avec son Big Boxer de 1802 cm3, ses airs marqués deR5 (1936) et sa transmission par cardan apparent, ce cruiser fait d'emblée une solide impression.

La force ! De gros bras, une dimension qui s'étale, un instant précieux chevauché sur un monceau de lyriques mécaniques – ici s'affirme le custom R18. Il fait tellement oublier l'épisode foiré de la R 1200 C que nous n'y consacrerons pas plus que cette ligne.
Cette fois, BM veut frapper dur dans ce segment. Et comme on ne rivalise pas avec les ténors de la catégorie sans de sérieuses dispositions, la firme bavaroise mêle à ses intenses souvenirs la technique d'hier et les canons d'aujourd'hui.

BM insiste nettement sur l'affiliation entre saR5 et cette R18. Mouais... On sent davantage l'inspiration puisée chez les bisons américains, ceux de Milwaukee et de Springfield en priorité.
Puisque on en est à croiser les histoires, comparons sommairement quelques infos sur la bécane de 1936 et son arrière-arrière-petite fille. Petite n'étant pas forcément le mot le plus adéquat.
LaR5 sortait 24 chevaux ; aujourd'hui, on parle de 91 bourrins- presque 4 fois plus. Twin à plat pour l'une comme pour l'autre, avec 494 cm3 dans les années '30 face à 1802 cm3 huit décennies plus tard. Question poids, on peut dire que c'est la gazelle (165 kilos) constatant l'abus de crème, de couple, de gras et de métal (345 kilos) de sa descendance. De l'inflation dans tous les sens, que le Big Boxer résume à lui tout seul.

BMW 1802 R18 Enorme, d'une présence éclatante, fier de ses poumons explosant l'espace périmétrique, le moteur de la R18 ressemble à un ogre du métal. Avec ses (presque) 111 kilos, il pèse déjà les 2/3 d'une R5. Pour les amateurs, il faut du cubage, de l'aplomb, une main dantesque qui vous soulève l'acier et le cœur. 1802 cm3 exactement, ce qui en fait le plus gros des twins de BMW Motorrad... aussi le plus gros de toutes les mécaniques motos du constructeur.
Depuis ses entrailles, le Big Boxer sort déjà 15,3 mkg dès les 2 000 tr/mn. Une valeur minimum, car le pic atteint 16,1 à 3 000 trs. Insistez un peu dans le gras, il y en a 150 Nm jusqu'à 4 000 trs. Continuez encore pour atteindre la puissance maxi, montrant ses 91 chevaux à 4 750 trs. Mais vous aurez passé les rapports bien avant.

BMW n'a pas appliqué ses plus récentes innovations (et même plus anciennes) pour ce 1800. Pas de Shiftcam, pas de refroidissement liquide, même pas d'arbres à cames en tête. On s'attendrait presque à voir des carbus... et cela lui irait bien d'ailleurs. Ce bloc est toutefois entièrement nouveau, mais le constructeur a voulu qu'il sente l'authentique, les effluves d'une époque où le métal coulait dans les mains des hommes. Ici, les arbres à cames sont situés dans le centre du moteur, actionnant les soupapes via des culbuteurs fièrement mis en évidence au dessus des cylindres. Cette configuration OVH nous ramène dans le temps ; pourtant, tout autour, c'est 4 soupapes par cylindre, injection avec gestion moteur BSM-O, double allumage, ainsi qu'un système anti-dribble pour contrer les rétrogradages musclés. On ne va pas vous bombarder de technique – sauf pour les férus qui veulent en découvrir plus avec ici les détails de ce gros twin.

Les yeux convergent vers le palpitant de métal, scintillent autour des chromes puis évaluent la musculature de tout le R18. Le plastique n'est guère le bienvenu. La ligne est longue, profonde et épurée. Il est presque dommage que l'arrière soit si classique, surtout que le proto nous avait promis plus de caractère visuel avec une poupe assainie à l'extrême. Heureusement, le kit bobber (en option) permet de retrouver un cachet bien plus rebelle, avec une selle suspendue et un garde-boue taillé. Un kit Apehanger permet de hisser les mains jusqu'aux branches d'arbres. Un brin plus revêche ? Le kit Machined assène davantage de ton. Le R18 montre ainsi qu'il ne se limite pas à une version mais apte à plusieurs démonstrations.
Un regret perso, que BMW n'ait pas poussé l'hommage jusqu'à inclure le compteur dans le phare, comme sur la R5. Kitch surement, mais suavement déroutant.

BMW 1802 R18 Le châssis opte pour le dessin le plus apte quant au rang de cruiser. Il est constitué d'un cadre en tubes d'acier à double berceau terminé par un arrière faussement rigide. Comme pour les Harley Softail et les Triumph Bobber / Speedmaster, un mono-amortisseur se planque sous la selle. L'énorme fourche possède des tubes de 49 mm, sans possibilité de réglage. Quant aux roues de 19 et 16 pouces, on ne pouvait souffrir que de jantes à rayons. Les freins sont ainsi : trois disques de 300 mm, dotés d'étriers à 4 pistons à l'avant. L'ABS partiellement intégral supervise l'action, et un feu stop Dynamic fait partie de la dotation. Un matos qui aura la charge d'arrêter 345 kilos. Mieux vaut avoir les dents pleines de molaires.
La performance n'étant pas une priorité, et voulant gager d'une certaine sécurité, BMW a limité la vitesse du R18 à 180 km/h. Ne prêtons qu'une attention fortuite à l'empattement démesuré (1731 mm) et à l'angle de colonne généreusement ouvert (32,7°). Aussi pratique pour virer de bord qu'un navire Panamax.

BMW s'approche régulièrement du graal de la conduite, dominant outrageusement les débats avec un fort confort routier, façon voyage avec les RT ou expédition avec les GS. Il compte apporter cette dimension au R18, avec la particularité (inhérente à la catégorie) d'avoir les fesses plus près du sol. L'assise n'est qu'à 690 mm de hauteur. A contrario de la position " pieds en avant " typique des customs, l'allemand maintient les panards à la verticale.
Une fois en place, plus qu'à mettre le contact.

Ben, où qu'on la met la clé ? Point de barillet sous le nez. Ah, oui, non, flûte ; sur un custom, ça se passe sur le coté, entre le genou et la fourche.
Sauf que... là non plus, y a rien. On comprend mieux en voyant l'inscription " Keyless Ride ". Avec la clé dans la poche, la bécane reconnait le porteur puis déverrouille la direction et l'allumage. Ce n'est qu'un des aspects de la technologie numérique qu'embarque le R18. Il dispose également du contrôle de stabilité ASC (débrayable), d'un contrôle du couple moteur (MSR) agissant de concert avec l'embrayage et de trois Modes de conduite. Aux appellations plutôt sympas.
- Le mode " Rain " se passe de définition mais pas d'explication. La réponse de l'accélérateur est plus douce et les caractéristiques de contrôle ASC et MSR sont calibrées pour une chaussée mouillée et glissante.
Les deux autres modes se prénomment " Rock " et " Roll ". Marrant, et super clin d'œil à une philosophie de vie.
- Avec le " Rock ", on profite pleinement de la dynamique du R 18. La réponse de l'accélérateur est très spontanée et direct, tandis que l'ASC permet un peu plus de glissement
- En mode " Roll ", le moteur offre une réponse optimale des gaz, tandis que l'ASC et le MSR sont définis pour offrir des performances optimum sur toutes les routes.
Le pilote aura tout le temps de tester les modes dès la première incursion. Les 16 litres du réservoir permettent (selon BMW) jusqu'à 290 km d'autonomie.

BMW 1802 R18 On a vu que ce Bavarois cognait aussi au niveau poids. BM a prévu une marche arrière électrique, en option. Un rayon où on trouve aussi les poignées chauffantes, l'aide au démarrage en côte, ainsi qu'un système d'éclairage en courbe pouvant être logé dans le phare circulaire. Question accessoires, c'est le catalogue à l'américaine. Tout est prévu pour se fignoler son R18 aux petits oignons. D'autant que des noms remaruables se sont joints aux festivités, tel Roland Sands, Mustang Seats ou Vance & Hines.
Revenons à la série, où la marque n'a pas lésiné sur le coté " Heritage ". Des inscriptions " Berlin built " viennent assoir la réputation de qualité et de finition que les concepteurs ont voulu graver dans l'ADN de leur gros custom. A juste titre, la moto est construite dans l'usine de Berlin-Spandau.

Pour ses débuts, le 1802 R18 est commercialisée en First Edition. Cela lui donne certains avantages, tels cette peinture noire à liserés blanc très vintage, de plusieurs pièces chromées, d'une selle badgée, et d'un insert chromé " First Edition " sur les flancs.
Il vient défier les motos américaines avec un cubage similaire, une puissance et un tonnage comparables, et pour bien se caler dans la roue, un tarif premium.

BMW 1802 R18 Le custom BMW R 18 – les points clés :

- Plus gros moteur boxer BMW de l'histoire, avec une cylindrée de 1 802 cm3.
- Puissance de 91 ch (67 kW) à 4 750 tr/min, couple maximum de 158 Nm à 3 000 tr/min.
- Plus de 150 Nm de couple disponibles à tout moment entre 2 000 et 4 000 tr/min.
- Arbre de transmission apparent comme sur les boxers classiques.
- Cadre tubulaire à double berceau en acier.
- Bras oscillant arrière " recouvrant " la transmission secondaire, créant l'impression visuelle d'un cadre rigide
- Fourche télescopique carénée et amortisseur central cantilever avec précontrainte réglable.
- Freins à disque de 300 mm à l'avant et à l'arrière, jantes à rayons.
- Technologie LED dernier cri interprétée dans un style classique.
- Éclairage adaptatif pour un éclairage optimal en courbe, proposé en option.
- Compteur circulaire de conception classique avec ordinateur de bord intégré.
- Keyless Ride de série pour plus de confort.
- Trois modes de conduite, système ASC et fonction MSR proposés de série.
- Assistance de marche arrière pour des manœuvres de stationnement en toute simplicité et contrôle de démarrage en côte en option.
- R 18 " First Edition " : peinture et chrome pour un style exclusif.
- Vaste gamme d'options de personnalisation et d'accessoires BMW Motorrad d'origine et collection d'équipements Ride & Style.
- Pour la première fois chez BMM Motorrad, les accessoires seront intégrés au configurateur internet.

M.B - Photos constructeur

Ce qu'il faut retenir

Lesplus

    Lesmoins

      Tarifs

      22 990
      Prix neuf
      Financer votre moto

      Assurez votreBMW 1800 R 18 2020

      Estimez, calculez et comparez le coût de l'assurance de votre moto.
      Calculez le coût de l'assurance Testez le tarif du specialiste assurance moto

      Avis

      sur 6 avis d'utilisateurs Lire les avis
      Modèle commercialisé en

      Performances

      L'aspect technique

      BMW 1800 R 18 2020
      • Chassis
      • Cadre : Structure en tubes d'acier
      • Réservoir : 16 litres
      • Hauteur de selle : 690 mm
      • Longueur : 2 440 mm
      • Largeur : 964 mm
      • Empattement : 1 731 mm
      • Poids en ordre de marche : 345 kg
      • Train avant
      • Fourche téléhydraulique Ø 49 mm, déb : 120 mm
      • 2 disques Ø 300mm, étriers 4 pistons
      • Roue AV : 120 / 70 - 19
      BMW 1800 R 18 2020 technique
      • Transmission
      • Boite à 6 rapports
      • secondaire par cardan
      • Train arrière
      • Mono-amortisseur, déb : 90 mm
      • 1 disque Ø 300 mm
      • Roue AR : 180 / 65 - 16
      • Moteur
      • Bicylindre à plat , 4 temps
      • Refroidissement : mixte air/huile
      • injection Ø 48 mm
      • 2 AC + culbuteurs
      • 4 soupapes par cylindre
      • 1 802 cc (107.1 x 100 mm)
      • 91 ch à 4 750 tr/min
      • 16,10 mkg à 3 000 tr/min
      • Compression : 9.6 : 1
      • Crit'air :

      Galerie

      Millésimes

      Avis (6)

      Modèle 2020
      En outre, assez de discussion sur les prix. Il y a assez de modèles BMW à la portée de tous. Depuis quand une ROlls est-elle accessible à toute les bourses? Répondre à Bolivar

      Modèle 2020
      Eu l'occasion de la voir en vrai en concession. 2 modèles exposés (et deja vendus) elle est plus jolie qu'en photo. l'avant est réussi, fourche feu guidon tres sympa. l'arriere est raté , le garde bout est trop haut et pas terrible.. les pots .. tres spécial.. beaucoup trop imposant .. cela cache du coup la transmission .. vraiment dommage comparé à la version initiale plus allégée .. pour l'avoir manipulée a l'arrêt , 345 kg !!! déjà que la mienne fait 315 avec les plein .. la c'est vraiment lourd .. en vue arriere les 2 culasses sont je trouve trop imposantes. il ne faudra pas tomber sinon bonjour la casse .. et le moteur, on dirait une cuve de machine a laver .. assez bizarre quand meme .. pas moche , pas beau . dommage aussi pour les cale pieds . des cales pieds type autoroute auraient été bien sympa pour rouler, avec des commandes avancées . mais a regarder la taille des culasses, pas facile de caser tout ça . et on sait que l'on est sur un 1800 c'est marqué en grand dessus .. qui veut des gros moteurs , plus gros encore , en custom, peut aller chez Indian, HD ... pour meme moins cher .bilan final: trop gros et lourd et pas donnée .. Répondre à MEGATRON

      Modèle 2020
      L'échappement est magnifique même s'il semble masquer un peu le cardan. Dommage que la lentille de phare ainsi que les caches des tubes de fourche ne soient pas ceux du prototype de la villa d'este. Je reste septique quand à la position de conduite. Un beau jouet qui donne envie de vitrer son garage pour pouvoir l'admirer du canapé du salon. Répondre à gilles

      Modèle 2020
      Perso j'adore son look! Mais un bémol pour les pots ..... . D'autant que la superbe transmission est en partie cachée par l'un des deux .........dommage. Répondre à Papy99

      Presque réussi!

      Modèle 2020
      Si on la coupe en deux, l'avant est réussi. Mais l'arrière fait trop américain. C'est copié collé. Et les pots sont moches. J'aurais bien vu des tubes simples, avec une marmite dessous pour le bruit bien-sûr. En allant plus loin, un garde boue de série 2 aurait été parfait.ils sont passés à côté. Répondre à Oliflat

      Modèle 2020
      encore une moto pour plaire a tous, c'est très bien de sortir de nouveau modèle, je ne critique pas la marque m'enfin un truc a 22.000€ avec des échappement moche non merci ! faite plutot de vrai tail pour les cailloux pas des camions de presque 300kg roue de 17" ..... bref Répondre à krikri

      C'est beau, mais lourd et chère (30.000€ full options, ça pique!). Je partage. Quand même qu'est-ce que c'est beau... sauf l'échappement. Participer à la conversation

      moche?

      Les pots moches? Une vue de l'esprit. Ces pots sont divins, magiques, gracieux et si rétro! BMW la base une fois de plus! Participer à la conversation
      Voir plus de commentaires

      Indispensables

      Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.
      Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire, avec des milliers de références disponibles.

      Occasions

      Comparateur
      Comparer des motos