Motoplanete

Triumph1200 TROPHY SE 2016

Présentation à retenir Technique Concurrentes Galerie Millésimes Avis Indispensables Occasions

Sur les routes de sa majesté

Routière & GT

Depuis 2014, la Trophy standard s'est éclipsée, laissant le soin à la version mieux équipée SE de friser les poustaches aux ténors de de la route. Cette version premium offre une suspension pilotée électroniquement – la détente est réglable sur 3 positions ( sport / normal / confort ) à l’avant comme à l’arrière ; l’amorto bénéficie en plus d’une précharge à 3 modes ( pilote, pilote + bagages, pilote et passager ).
Un système audio Bluetooth embarqué avec volume asservi à la vitesse, un port USB compatible MP3 / iPod - iPhone, un indicateur de pression des pneus, une selle chauffante et une prise 12V supplémentaire complètent la dotation.

De quoi affronter sereinement la concurrence. Il en faut pour s'imposer dans ce segment, où Triumph n'est revenu que très récemment. Dans le secteur du Grand Tourisme, seule la Rocket III Touring pouvait défendre le bastion. Mais ce mastodonte était davantage destiné aux highways et au cruising, intéressante concurrente des Harley Electra Glide et Victory Cross Road. Triumph n'a pas abandonné le terrain ; il a simplement changé son fusil d'épaule. Et c'est la Thunderbird LT qui s'occupe maintenant de chasser sur les terres des Electra.
Ce fut avec bonheur que l'Angleterre accueillit le retour d’une routière emblématique de Hinckley : la Trophy. Et en 10 ans, la moto a eu le temps de s’approprier les dernières tendances en matière de style, technologie, électronique, et mode. Mais fait-elle quelconque clin d’œil à son aïeule ?
De 1996 à 2003, la Trophy ( 900 ou 1200 )était une moto majestueuse, pleine de galbes et de volupté stylistique. Une vraie dame anglaise, aux formes généreuses et à la silhouette extraordinairement british.

La Trophy nouvelle génération fait fi de ce passé et s'inspire de la concurrence et référence germanique. Les détracteurs avaient crié à la copie quand Triumph a présenté la 1200 Tiger Explorer... Ils vont hurler au plagiat avec cette 1200 Trophy, véritable clone de l'ex BMW R 1200 RT. Même regard, même type de rétroviseurs intégrés avec clignotants incrustés, même design anguleux, même partie arrière, et ne parlons pas du monobras. On y verrait même un sabot moteur inspiré de la K 1600 GT. OK, dans son ensemble, la moto ne manque ni de classe, ni de prestance ; sauf que ce sentiment de déjà-vu est omniprésent. Deux sœurs jumelles, nées de famille différente.

Evolution de la Trophy en 10 ans


Arrêtons la critique sur sa forme et concentrons-nous sur le fond. Car la marque anglaise jouera avec sa carte maitresse : son 3 cylindres. Le bloc inséré dans un nouveau cadre en aluminium n’est autre que le gros 1215 cm3 du trail Explorer. Légèrement revu, il annonce un peu moins de puissance maxi, 134 chevaux, mais disponible à un régime moins élevé (8 900 trs). Un couple copieux de 12.2 mkg assurera une belle disponibilité du muscle. Bien plus charmeur qu’un 4 cylindres et plus souple qu’un twin, le triple ne manque pas d’arguments. Et bien du monde loue les prestations du gros douze-cent dans le gros trail-GT de la marque.

Moteur de la Trophy Avec ce gros moulin, aucun problème pour faire décoller les 301 kilos (tous pleins faits) de la 1200 Trophy. Un poids certes conséquent, qui la situe dans les poids lourds de la catégorie : seules les Kawasaki 1400 GTR (304 kg) et Honda ST 1300 Pan-European (324 kg) la surclasse sur la balance – à l’opposé, une R 1200 RT plafonne à 259 kg ; soit un frigo de moins au niveau masse.
Ils ont mis du plomb dans les sacoches ?!? Non, juste une pléthore d’équipements. A bord de la 1200 Trophy, le pilote tombe sous le piège du confort : selle réglable en hauteur sur 20 mm, cruise-control, ABS et freinage couplé, bulle à réglage électrique à mémoire, contrôle de traction déconnectable, accélérateur ride-by-wire, clé codée, valises latérales de 31 litres de contenance chacune, petite boite à gants imperméable dans le retour de carénage avec prise 12V, plus toute une série de babioles. Et la liste s’allonge encore avec la version SE décrite plus bas.
Quelques précisions sur certains équipements :
/ La bulle électrique : elle mémorise la position. Coupez le contact : elle revient en position de base ; démarrez, et elle reprend la place réglée auparavant
/ Bagagerie à système dynamique. Les valises sont dotées d’un système de mouvement interne permettant d’isoler le contenu des vibrations de la moto. Cela permet aussi de moins influer sur la stabilité du châssis.

la Trophy 1200 2013

Ce châssis, justement, que propose-t-il ? Eh bien, du classique, de l’éprouvé, tout ce qu’il faut pour faire une GT efficace et sûre. Le cadre est une structure périmétrique en alu, prolongé d’une fourche inversée WP à l’avant, et terminé à la poupe par un monobras à cardan. Trois disques assurent le freinage : deux à l’avant de 320 mm pincés par de traditionnels étriers à 4 pistons, un 282 à l’arrière avec un étrier à double piston – le couplage assure un freinage de l’avant lorsque l’on sollicite l’arrière. 26 litres de carburant trouve place dans le réservoir. Et si le comportement dynamique a fait l’objet d’une attention de premier plan, détrôner l’exceptionnelle efficacité de la référence RT ne serait point chose aisée – à confirmer sur la route.

Avec sa 1200 Trophy, Triumph veut marquer un segment hyper sélectif, où la clientèle est d’une exigence supérieure. Elle a ce qu’il faut pour plaire ; de plus, son moteur et son équipement devrait quelque peu agiter le marché.

Duo en Triumph Trophy 1200 2013

M.B - Photos constructeur

Ce qu'il faut retenir

Lesplus

    Lesmoins

      Tarifs

      19 390
      Prix neuf
      Comparer les crédits

      Assurez votreTriumph 1200 TROPHY SE 2016

      Estimez, calculez et comparez le coût de l'assurance de votre moto.
      Calculez le coût de l'assurance Comparez avec le tarif AMV

      Avis

      sur 2 avis d'utilisateurs Lire les avis
      Modèle commercialisé en

      Performances

      L'aspect technique

      Triumph 1200 TROPHY SE 2016
      • Chassis
      • Cadre : en aluminium
      • Réservoir : 26 litres
      • Hauteur de selle : 800 mm
      • Longueur : 2 235 mm
      • Largeur : 975 mm
      • Hauteur : 1 435 mm
      • Empattement : 1 542 mm
      • Poids en ordre de marche : 301 kg
      • Train avant
      • Fourche téléhydraulique inversée WP Ø 43 mm, déb : 127 mm
      • 2 disques Ø 320mm, étriers à 4 pistons
      • Roue AV : 120 / 70 - 17
      Triumph 1200 TROPHY SE 2016
      • Transmission
      • Boite à 6 rapports
      • Transmission secondaire par cardan
      • Train arrière
      • Mono-amortisseur WP, déb : 120 mm
      • 1 disque Ø 282 mm, étrier 2 pistons
      • Roue AR : 190 / 55 - 17
      • Moteur
      • 3 Cylindres en ligne , 4 temps
      • Refroidissement : Refroidissement liquide
      • Injection Ø nc
      • 2 ACT
      • 4 soupapes par cylindre
      • 1 215 cc (85 x 71.4 mm)
      • 134 ch à 8 900 tr/min
      • 12,20 mkg à 6 450 tr/min
      • Crit'air :

      Galerie

      Millésimes

      Avis

      Modèle 2015
      Super bécane autres choses que la bmw Répondre à Letrotteur

      Modèle 2015
      C\'est ma 8ème moto en 47 ans. Un vrai régal à piloter, très confortable, très économique, 25000 km en 2 ans. Seule ombre: le béquillage central est difficile pour le gringalet que je suis. Répondre à Papi AL 64
      Voir plus de commentaires
      Déposez votre avis sur la Triumph 1200 TROPHY SE 2016
      Notez cette moto :

      Indispensables

      Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.
      Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire, avec des milliers de références disponibles.

      Occasions

      Comparateur
      Comparer des motos