Motoplanete

SuzukiDL 650 V-STROM 2017

Présentation à retenir Technique Concurrentes Galerie Millésimes Avis Indispensables Occasions

La tourmente du twin

Trail

Faut piquer ! Faut trancher ! Faut botter le train ! La 650 V-Strom en a marre des Tracer et des Versys. En 2017, elle veut réinvestir le terrain.
Le trail, ça se défend chez Suzuki. On connait tous quelqu'un qui s'est fendu d'un DR 650 une fois le permis en poche (ou peu après) ; et quand on a conçu un pachyderme comme la "Big" DR 800 S, on sait causer. D'ailleurs, quand est apparue une nouvelle famille de trail avec les V-Strom, le marché a vite compris qu'une sympathique machine débarquait sur le terrain. Hélas, manque de sex-appeal, une tendance à tout faire mais à ne pas soulever le palpitant, des courbes trop sucrées... Bref, les DL plaisaient sans percuter sur le coup de foudre, et c'est dommage. Suzuk' tente de rectifier le tir avec une nouvelle 650 V-Strom qui prend de la gueule. Design revu, moteur revu, équipement revu, poids en baisse et électronique en hausse. Le trail Suzuki deviendrait-il vindicatif ?

Gagedé les rondeurs et le visage de bisounours du modèle 2011-2016. Le nouveau DL 650 s'affirme sans vergogne par un style emprunté à la 1000. Avec sa tronche de foulque macroule percutée d'un regard de cyclope, il semble vouloir semer le foutoir chez les trails mid-size. Un choix audacieux, pour une clientèle qui aime majoritairement le fun et la nouveauté dans cette tranche de cylindrée. Aucun doute, la nouvelle V-Strom se fera remarquer. Cependant, l'harmonie est loin d'égaler celle des concurrentes. Elle n'a pas l'air de s'en inquiéter, loin de là, et mise sur l'équipement pour s'affirmer.

L'argument à mettre en avant aujourd'hui, c'est la dotation électronique. Suzuki suit le mouvement avec une certaine liste d'équipement. Injection bien sûr, avec une admission à double papillon et désormais des injecteurs à 10 trous pour une meilleure pulvérisation. Puis l'adoption de récentes aides maison. D'abord le Low RPM Assist, qui augmente automatiquement le régime moteur quand on embraye pour commencer à rouler ou lors des évolutions à basse vitesse. Ensuite, le Easy Start : on appuie un coup sur le démarreur et il besogne tout seul jusqu'à que le moteur tourne. A présent, du plus costaud. Pour une meule moderne, il est quasi impossible à présent de se passer d'un contrôle de traction. Toute la famille V-Strom en possède un désormais. Si son utilité est indéniable sur une grosse machine comme la DL 1000, avec son twin hérité de la TL 1000 S/R, on sera plus dubitatif sur un trail de 71 chevaux. Mais le Traction Control est partout aujourd'hui, même sur une Guzzi V7 II de 47 ch. Soyons fairplay et objectif : on croise régulièrement de belles occasions de glisser ; et l'état de nos routes, de plus en plus exématique, devrait régulièrement donner travail et pertinence à ce système.

Au fait, comment ça marche ? Faisons simple : en analysant la vitesse des roues, le rapport enclenché, la position du vilebrequin et de l'accélérateur toutes les 4 millisecondes, le TC se tient prêt à réagir au moindre patinage des roues. S'il le détecte, il agit sur l'allumage et l'admission d'air.
3 options possibles. Vous faites confiance à votre main droite ? Il peut se désactiver. En mode 1, le système agit plus tardivement, pour autoriser quelques dérives et une conduite joueuse ou sportive. En mode 2, il intervient plus rapidement, gage d'une sécurité active sur terrains piégeux.

Ce n'est pas tout. Le V-Strom 650 adopte des goodies moins typés sport, davantage sécurité et agrément. Inutile de louer une fois de plus l'ABS, bientôt universel et présent en série ici. Très utile, une prise 12V vient s'incruster dans le coté gauche de la tête de fourche. La bulle, plus haute de 9 mm, peut se régler sur 3 positions, sans outil. Et trois détails qui changent le quotidien : Suz a conservé la pratique molette de réglage de recharge pour l'amortisseur arrière, le porte-paquet, et un pad permet désormais le pilotage du tableau de bord ainsi que du contrôle de traction depuis le guidon. Et pour la béquille centrale ? Zut, c'est la case option. Et les platines d'ancrages intégrées pour les valises ? Option aussi.
Bref, y a encore quelques efforts à faire.

Quand le premier 650 V-Strom a débarqué, on a tout de suite eu le sourire car il s'octroyait le moteur de la SV. Et il est toujours là pour emmener l'équipage. Belle longévité pour ce petit V-twin. Dire que ça fait presque 20 ans qu'il est apparu. Il aura propulsé de la première SV jusqu'à cette V-Strom, en évoluant au gré des saisons et des modèles. Il a été revu non seulement pour s'adapter à Euro4 mais pour assurer coté conso et offrir plus de couple à mi-régimes. 60 pièces nouvelles dont les pistons, les arbres à cames d'échappement, les injecteurs et moult morceaux de mécanique permettent au 645 cm3 de poursuivre sa carrière. Avec 71 chevaux à 8800 tr/mn, on chiffre un petit gain de 2 ch sur l'ancienne version, et quasiment un demi mkg de gagné. Le seul véritable défaut de ce moteur sera sa cylindrée – dans un marché où les moteurs ne cessent de grossir, un passage à 700 ou 800 cm3 serait le bienvenu.
Un nouvel échappement accompagne cette évolution, au design lui aussi calqué sur l'orifice équipant la 1000. On gagne 40 gr (la vache..... sur un tromblon de 8,6 kilos.....) mais surtout une position basse moins pénalisante pour l'installation des valises.

Spectaculaire lifting pour la 650 V-Strom. Et dessous ? On peut saluer le tour de force : la moto semble entièrement nouvelle alors qu'elle repose sur un châssis identique. Cadre périmétrique en alu et bras oscillant sont reconduits sans modification. On a viré un peu de plastique sur les cotés du réservoir afin de faciliter la pose des pieds au sol en resserrant l'entrejambe. Par contre, les roues à bâtons ont gagné 100 gr. Pas énorme dans l'absolu mais un réel plus pour la vivacité.
Comme naguère, la petite V-Strom est équipée d'une fourche de 43 mm, de freins à disques de 310 mm avec étriers à 2 pistons à l'avant et 260 mm avec étrier monopiston à l'arrière. On est loin de l'évolution notable que s'est offert la GSR en devenant GSX-S 750. Mais les prétentions ne sont pas les mêmes. Suzuki fait confiance à des solutions classiques et éprouvées.

Sauf coté tableau de bord. Là aussi, gros coup de ménage avec une instrumentation piquée à la grosse V-Strom. Un bloc compact, presque sportif, avec un gros compte-tours à aiguilles et deux fenêtres digitales. La première dédiée à la vitesse et au rapport engagé, la seconde pour informer des trips, du niveau de TC, du carburant, température d'eau, d'air extérieur, calcul de conso, etc... Quant à son réservoir de 20 litres, il autorisera une belle autonomie.

Selle revue, poids en baisse d'un kilo et pneus Bridgestone A40 finissent la liste des améliorations de cette 650 V-Strom.
Suzuki uniformise ici le style sur toute sa gamme de trail, avec une audace stylistique nécessaire mais qui ne sera pas du goût de tous. Sous l'habit, l'évolution est moins spectaculaire mais notable, permettant à cette 3ème génération de provoquer le secteur.
Pour un coté plus aventurier, une déclinaison XT accompagne la V-Strom au catalogue. Avec la même tronche, des jantes à rayons, un sabot moteur et des protèges-mains.

M.B - Photos constructeur

Partager

Ce qu'il faut retenir

Lesplus

    Lesmoins

      Tarifs

      8 399
      Prix neuf
      Estimation cote occasion : 6 622 €
      Comparer les crédits

      Assurez votreSuzuki DL 650 V-STROM 2017

      Estimez, calculez et comparez le coût de l'assurance de votre moto.
      Calculez le coût de l'assurance Comparez avec le tarif AMV

      Avis

      sur 4 avis d'utilisateurs Lire les avis
      Modèle commercialisé en

      Performances

      L'aspect technique

      Suzuki DL 650 V-STROM 2017
      • Chassis
      • Cadre : Double poutre alu
      • Réservoir : 20 litres
      • Hauteur de selle : 830 mm
      • Longueur : 2 275 mm
      • Largeur : 835 mm
      • Hauteur : 1 405 mm
      • Empattement : 1 560 mm
      • Poids en ordre de marche : 213 kg
      • Train avant
      • Fourche téléhydraulique Ø 43 mm, déb : 150 mm
      • 2 disques Ø 310 mm, étriers 2 pistons
      • Roue AV : 110 / 80 - 19
      Suzuki DL 650 V-STROM 2017
      • Transmission
      • Boîte 6 vitesses
      • Transmission secondaire par chaîne
      • Train arrière
      • Monoamortisseur, déb : 150 mm
      • 1 disque Ø 260 mm, étrier 1 piston
      • Roue AR : 150 / 70 - 17
      • Moteur
      • Bicylindre en V à 90° , 4 temps
      • Refroidissement : Refroidissement par eau
      • Injection ø nc
      • 2 ACT par cylindre
      • 4 soupapes par cylindre
      • 645 cc (81 x 62,6 mm mm)
      • 71 ch à 8 800 tr/min
      • 6,40 mkg à 6 500 tr/min
      • Crit'air :
      • Moto accessible au permis A2 ou bridable à 47.5ch / 35 Kw

      Galerie

      Millésimes

      Avis

      anti-demarage

      Modèle 2017
      salut a tous j'ai un problème avec mon suzuki v-strom j'ai perdu mon clé que je veu fair pour le demarer ( je dejà faire une copie de la clé mais le moteur ne demare pas Répondre à flavien2017

      Modèle 2017
      Depuis 4 mois et 4000km plus tard. J\'ai la banane !! Légère, maniable, pas piégeuse. Elle excelle sur les routes, les autoroutes et les chemins de travers. Carénage et bulle homogènes font une protection idéale pour les courts et longs trajets... Moi qui voulais une Harley... A 60 ans passé (de 3 mois), La V Strom 650 XT est la pour la balade et surtout les voyages chargé de ma femme et des bagages... Répondre à berny V Strom

      Reine de la polyvalence

      Modèle 2017
      Il n\'y a pas besoin de plus de cylindrée et de puissance pour se faire plaisir. A quoi bon avoir plus de puissance si ce n\'est pour affubler la moto de tout un tas de béquilles pour la rendre conduisible ... et plus onéreuse. Et 95% du temps, on ne fait pas de la course poursuite. Et de plus comme les radars tendent à se reproduire, autant garder ses points. Peut-être que le nouveau permis A2 fera prendre conscience qu\'une moyenne cylindrée est largement suffisante. Je l\'ai essayée cette nouvelle V Strom : j\'ai énormément apprécié. Pour la 1ère fois, j\'ai pris un chemin de terre à travers bois en moto, chose que je n\'ai jamais faite avec mes précédentes moto. Et comme tout consommateur, le prix d\'achat ne fait pas tout. Vous devriez intégrer dans vos articles les passages à l\'atelier. La nouvelle Suz, compte tenu de ses modifications moteur, passe à l\'atelier non plus tout les 6000km, mais tous les 12.000km. Le réglage des soupapes se fait maintenant à 24.000km au lieu de 18.000. Et puis à chacun ses goûts et ses couleurs. Je préfère privilégier le fond (et ça la Suz le fait très bien) que la forme. Répondre à gilou

      La seule petite routière pour le duo

      Modèle 2017
      Selle confortable, centrée, insensible au chargement (passagère bagage), autonomie de de 400km, souple, bonne protection au vent, maniable dans TOUTES les situations, et super légère. Pour trouver l\'équivalent, il faut aller chercher des routières de 260 à 350kg, difficiles à manier sur terrains difficiles et à l\'arrêt, surtout pour les moins de 70kg comme moi. Pas frimeuse, mais charmante, adorable et bonne fille. Répondre à jeanphy
      Voir plus de commentaires
      Déposez votre avis sur la Suzuki DL 650 V-STROM 2017
      Notez cette moto :

      Indispensables

      Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.
      Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire, avec des milliers de références disponibles.

      Occasions

      Comparateur
      Comparer des motos