Fiche moto ACCUEIL > FICHES MOTO > BMW > R 1250 R 2019 > Présentation
Partagez avec vos amis :
Partagez avec vos amis :

Rock'n Roll attitude

BMW R 1250 R

Cliquez sur l'image pour la visualiser en grand format

 
BMW

Nouveauté : BMW R 1250 R 2019

Roadster
Fiche créée le 31/10/2018
BMW R 1250 R

          Dans la gamme des gros roadsters de BMW, vous avez le S 1000 R pour du gros pétage de plomb et des watts à faire surchauffer la cafetière. Pas tout à fait en-dessous, plutôt à coté, le R 1250 R joue dans un registre plus classique, ou classieux selon les points de vue. L'arsouille, il la laisse à son jeune frère. Jeune, oui, car si le streetfighter dérivé de l'hypersport est né en 2014, son homologue en bicylindre est issu d'une lignée remontant à un quart de siècle.

          Succédant à la 1200, cette R perpétue une philosophie du roadster polyvalent, musclé mais pas violent, et motorisé par l'éternel moteur Boxer. Une idée née en 1994 avec la R 1100 R et son bloc à 4 soupapes par cylindre. Ou même un peu avant avec la R 100 R, au moteur d'une autre génération.
Ca, c'était avant. Après moult évolutions, dont la dernière en date est la distribution variable ShiftCam, le moteur allemand est passé à un cran de puissance supérieure avec pas moins de 136 chevaux. Une valeur en très nette hausse depuis le 1200, respectable et dynamique pour un roadster de cette trempe, et dignement en deçà de la puissance de feu des combattants pur jus. Le couple est bien plus impressionnant que les watts, avec 14,5 mkg, dont plus de 11,2 sont dispo de 2000 à 8250 tr/mn. Avec le ShiftCam, permettant à l'ACT d'admission de basculer sur deux profils de cames différents, le Boxer se montre plus disponible, plus souple, et plus véloce que le moulin de la précédente génération.

          Mis à part l'aspect des couvre-culasses qui évoluent, il sera très difficile visuellement de différencier ce twin de celui d'hier... Tout comme le reste de la moto. Si tous les modèles de la gamme R gagnent le 1254 cm3 en même temps, certains en profitent pour revoir un tout petit peu leur faciès (GSA et RS), d'autres pas du tout (GS, RT). La R 1250 R est de ce contingent, évoluant surtout sur la technique. Le propulseur bien sur, et aussi l'électronique.
Les Modes de conduite sont là, renouvelés, avec de série un "Road" tous usages et un "Rain" pour une conduite plus souple. BMW étant un spécialiste de l'optionalité, il garde au choix et à la tentation deux modes supplémentaires dans un pack Dynamic. Cet add-on apporte les conditions "Pro Riding Modes soit le "Dynamic" et le Dynamic Pro", celui-ci étant configurable par l'utilisateur. Ce n'est pas tout. La gestion électronique est bien plus complète car couronnée du contrôle de traction DTC, du contrôle de frein moteur DBC, de l'ABS Pro actif en virage et du Hill Start Control Pro. Pour terminer le pack, notons la présence d'une bulle sport, d'un Shifter, d'un phare diurne et de clignos à LEDs.
Pour info, sachez que la dotation électronique de série est loin d'être abandonnée. La R 1250 R "à poil" embarque l'antipatinage DTC, le Hill Start Control et l'ABS. Le constructeur vous propose le gâteau d'un coté et la crème de l'autre.

          Posé sur la selle, un seul juge et une seule source de plaisir défilent devant le conducteur : la route. Qu'elle dans le champ visuel ? Pas tout à fait. Des couleurs numériques, un affichage coincé dans une grande fenêtre de 165 mm, c'est le nouveau tableau de bord TFT. Nommé "Connectivity", BM l'a proposé timidement à la mi-2017 sur les GS... en option. Pour à présent l'imposer au pas de charge de série sur ses nouveaux modèles. Ceux qui sont allergiques au digital tousseront ; les amateurs de technologie et de connectivité apprécieront, surtout que cette petite tablette permet bien plus d'interaction. Une fois acoquiné avec un smartphone, la moto vous offre le plaisir de rouler et la possibilité de passer des coups de fil, d'écouter et piloter votre répertoire musical, et profiter un navigateur simplifié via une appli spécifique. N'oublions pas de goûter son affichage très moderne, offrant de multiples actions et emplis de fonctions.

          Moteur et électronique largement révisés habitent dans un châssis similaire à l'ex-1200. Celui-ci avait déjà bien bousculé son train avant lors de la refonte 2015, avec une fourche inversée de 45 mm pour remplacer le Telelever présent depuis....1994. La R 1250 RS est ainsi construite sur une structure tubulaire en acier en deux parties prenant appui sur le moteur, avec en adjonction une fourche inspirée de la S 1000 R, le monobras Paralever à cardan, des étriers de frein Brembo radiaux à 4 pistons mordant des pistes de 320 mm, un frein arrière composé d'un disque de 276 mm avec un étrier à 2 pistons, un empattement plus court de 15 mm que celui de la cousine RS, et le privilège d'être la plus légère de la famille R avec 239 kilos prêt à rouler. C'est 8 kilos de plus qu'avant.
En échange d'une rallonge sur le prix, les suspensions peuvent devenir semi-actives avec l'ESA "Next Generation". Comme l'ESA Dynamic, il ajuste les réglages en temps réel en fonction de la route, de la conduite et des Modes choisis ; la nouveauté tenant dans l'adaptation automatique en fonction de la charge embarquée.

          Plus puissante, encore plus technologique, la R 1250 R parvient à conserver une bonne partie de l'esprit roadster bourgeois. Relativisons ; un bourgeois qui fréquente les boites branchées plus que les salons de thé. Si parfois vous hésitez entre le coin disco, la piste pop ou la fièvre Techno, la BMW vous opposera le même genre de choix avec ses multiples styles :
La version Basic, outre son coloris Black Storm, se distingue surtout par ses étriers de frein noirs et son cadre sombre.
L'Exclusive met en avant ses écopes de radiateur en finition métallique, des étriers de frein couleur or et un cadre gris.
La déclinaison HP dégage l'aspect le plus sportif, avec les couleurs Motorsport pour l'habillage, un cadre peint en blanc, les roues en noir, les étriers en doré, les écopes en métal et un sabot moteur plus imposant, en acier inoxydable.
En lorgnont sur le catalogue "Option 719", un coloris plus précieux et de multiples accessoires de personnalisation peuvent donner une toute autre image de ce roadster.

M.B - Photos constructeur

Les indispensables pour la moto et le motard
Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.

Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire, avec des milliers de références disponibles.
L'aspect technique de la

BMW R 1250 R 2019

BMW R 1250 R
  • Chassis :
  • Cadre : Structure en tubes d'acier
  • Réservoir : 18 litres
  • Hauteur de selle : 820 mm
  • Longueur : 2165 mm
  • Largeur : 880 mm
  • Empattement : 1515 mm
  • Poids en ordre de marche : 239 kg
  • Train avant :
  • Fourche téléhydraulique inversée Ø 45 mm, déb : 140 mm
  • 2 disques Ø 320 mm, étriers radiaux à 4 pistons
  • Roue AV : 120 / 70 - 17"
  • Transmission :
  • Boite à 6 rapports
  • secondaire par cardan
  • Train arrière :
  • Mono-amortisseur et monobras Paralever, déb : 140 mm
  • 1 disque Ø 276 mm, étrier 2 pistons
  • Roue AR : 180 / 55 - 17"
  • Moteur :
  • Bicylindre à plat, 4 temps
  • Refroidissement : liquide
  • Injection Ø 52 mm
  • 2 ACT, variable
  • 4 soupapes par cylindre
  • 1254 cc (102.5 x 76 mm)
  • 136 ch à 7750 tr/min
  • 14.5 mkg à 6250 tr/min
Ce qu'il faut retenir de la

BMW R 1250 R 2019

Les plus
Les moins
Ajouter vous aussi un commentaire sur "la BMW R 1250 R 2019"
Gagnez du temps, créez vous un compte et postez tant que vous voulez !
Pseudo :
Votre E-mail :
Notez cette moto :
Bof - 2 - 3 - 4 - Top
Titre :
Commentaire :