Motoplanete

KawasakiNinja 1000 SX 2021

Présentation à retenir Technique Concurrentes Galerie Millésimes Comparer Avis Indispensables Occasions

Sensations d'eXpériences

Roadster

Après trois chapitres de Z 1000 SX, le gros roadster caréné de Kawa s'offre une mise à jour technique et identitaire. Question d'uniformisation ou volonté d'affirmer une appartenance sportive, ce Z devient Ninja, ce qui correspond à son nom américain. Là-bas, la Z 1000 SX s'appelle Ninja 1000 depuis 2011.

Fusion des noms pour aboutir à une Ninja 1000 SX, version modernisée et enrichie d'un roadster-Sport-GT enthousiasmant d'homogénéité et d'efficacité. D'où la prudence manifeste de son évolution en 2020. Plus qu'une refonte pas du tout obligatoire, Kawasaki a préféré peaufiné nombre d'éléments, de un peu à beaucoup.

Aucun risque n'a été pris pour l'habillage. Subtil, voire timide, le renouvellement de ce carénage aux formes tendues se contente de finement l'aiguiser. Equipés de LEDs depuis la dernière génération, les phares deviennent encore plus aigües, tout comme les lèvres du regard. Une toilette pour les flancs, une retouche pour le sabot, tout ça pour un zeste d'acidité dans sa silhouette sans aucun dépaysement. La Ninja poursuit délicatement la Z 1000 SX.

Kawasaki Ninja 1000 SX 2021 - 1Kawasaki Ninja 1000 SX 2021 - 2Kawasaki Ninja 1000 SX 2021 - 3Kawasaki Ninja 1000 SX 2021 - 4Kawasaki Ninja 1000 SX 2021 - 5Kawasaki Ninja 1000 SX 2021 - 6

Kawasaki Ninja 1000 SX L'arrière suscite plus de curiosité. Après des années et des années de double silencieux à double sorties, Kawa revient vers plus de simplicité avec un unique échappement. L'appendice est fort pourvu en longueur, dépassant nettement le système de réglage de la chaine par excentrique (une rareté). L'intérêt est ailleurs, et double. Il représente un gain de 2 kilos, et apporte la touche finale au travail des motoristes pour rendre le 4 cylindres plus propre. Euro5 arrive, la Kawa s'y prépare avec une révision des profils d'arbres à cames, des conduits d'admission plus courts de 45 mm pour les cylindres 1 et 4, une cartographie revue et un catalyseur 3 voies dans le collecteur.
Aucune conséquence technique pour le 1043 cm3, toujours content d'annoncer ses 142 chevaux et 11,3 mkg. Impatient de faire chauffer la nouvelle monte pneumatique, des Bridge' S22, il sait que certaines béquilles électroniques vont lui modifier le boulot. Il en avait quelques unes ; des copines se sont invitées à la fête.

En se dédoublant en SX (2011), le Z 1000 devenait presque un roadster routier, voire quelque chose s'approchant du domaine sport-tourisme. Sa sportivité s'affirme un peu plus avec le montage en série d'un shifter Up&Down. Le routier n'est pas en reste avec l'installation d'un régulateur de vitesse, rendu possible grâce au ride-by-wire. Des selles plus confortables et une bulle réglable sur désormais 4 positions sont de la même veine. Elle se règle sans outils, rappelons-le. On appréciera au quotidien ce que la Z 1000 SX avait déjà, comme l'embrayage assisté et anti-dribble, les discrets encarts de fixation des valises et la molette déportée pour le réglage de l'amortisseur. Une béquille centrale ? Toujours pas au programme. Un port USB ? En option. Par contre, et cela nous permet de revenir sur le plan de l'électronique, y a du neuf coté tableau de bord.

Kawasaki Ninja 1000 SX La technologie TFT gagne à grand pas la gamme Kawasaki. Si KTM a pu l'installer de ses 125 Duke jusqu'aux 1290 Adventure, ce n'est qu'une question de temps avant que les aiguilles et les cristaux liquides ne disparaissent, sauf pour les modèles vintage et néo-rétro. Pour le moment, voyons cet écran de 10,9 cm / 4,3 pouces. Une sorte de standard puisqu'on le retrouve sur les Z 650 & 900, Ninja 650 et Z H2. Si la taille est la même pour les récipiendaires, le contenu et les options sont plus riches en fonction de la cylindrée. Disposant d'un fond noir ou blanc, au choix, l'écran dispose ici de deux types d'affichages. Façon Route avec une belle disposition et l'ensemble des infos nécessaires ; ou Sport avec la présence d'indicateurs pour l'angle d'inclinaison, les forces exercées à l'accélération ou au freinage et les G encaissés.

Avec une puce Bluetooth, le cockpit peut discuter avec le téléphone via l'app " Rideology ". De quoi piloter les fonctions de base (appel, messages, musique), consulter ses parcours via GPS, paramétrer les réglages ou obtenir des infos sur le véhicule.
L'électronique de bord agit aussi sur la conduite. La Z 1000 SX possédait deux Modes de puissance, un contrôle de traction KTRC à 3 niveaux, un freinage intelligent KIBS, une centrale inertielle IMU et le système de gestion des virages KCMF. La Ninja y ajoute quatre Modes de conduite, régissant le KTRC et le Power Mode. C'est pas compliqué, juste un jeu de combinaisons :
- Mode Sport : Contrôle de traction en mode 1 (le moins intrusif) et puissance en full
- Mode Road : KTRC sur 2 et full power
- Mode Rain : KTRC sur 3 et Low power
- Mode Rider : l'utilisateur paramètre le KTRC à son choix (1 / 2 / 3 / Off) ainsi que le Power Mode (F ou L).

Kawasaki Ninja 1000 SX C'est bien beau ces câbles et ces analyses en temps réel. Mais ça va pas servir à grand-chose si le châssis ne tient pas la route. Justement, comme celui de la Z 1000 SX convenait sans tare, la Ninja 1000 SX reprend la même solution technique. Le cadre en longerons d'aluminium conserve la confiance de Kawasaki, tout comme les étriers de frein radiaux à 4 pistons et leur pâture, des disques de 300 mm. La fourche inversée de 41 mm reçoit une petite modification au niveau du piston interne pour adoucir les réactions pendant les phases de compression. Pour elle comme pour le mono-amortisseur arrière, les réglages ont été recalibrés. De l'ancienne à la nouvelle SX, les pneus apporteront l'essentiel des différences – les S22 ont d'ailleurs un sacré potentiel.

La SX évolue, sur des points de modernisme sans toucher à l'essentiel. Un moteur un peu plus propre, la dose d'électronique " nécessaire ", un petit lifting, une pincée de confort en plus – ce résumé d'une ligne ne peut suffire à relater l'expression majoritaire qu'entretient cette Kawasaki. Une mutation progressive en Sport-GT qui lui colle vraiment bien à la peau, offrant une polyvalence dont le Z 1000 ne peut se targuer.

M.B - Photos constructeur


Ce qu'il faut retenir

Lesplus

  • Mélange de Z et de tourisme
  • Electronique mise à jour

Lesmoins

  • Port USB absent de série
  • Un certain poids

Tarifs

14 549
Prix neuf
Financer votre moto

Assurez votreKawasaki Ninja 1000 SX 2021

Estimez, calculez et comparez le coût de l'assurance de votre moto.
Calculez le coût de l'assurance Testez le tarif du specialiste assurance moto

Avis

sur 6 avis d'utilisateurs Lire les avis
Modèle commercialisé en

Performances

L'aspect technique

Kawasaki Ninja 1000 SX 2021
  • Chassis
  • Cadre : Double poutre en aluminium
  • Réservoir : 19 litres
  • Hauteur de selle : 835 mm
  • Longueur : 2 100 mm
  • Largeur : 825 mm
  • Hauteur : 1 190 mm
  • Empattement : 1 440 mm
  • Poids en ordre de marche : 235 kg
  • Train avant
  • Fourche téléhydraulique inversée Ø 41 mm, déb : 120 mm
  • 2 disques Ø 300 mm, étriers 4 pistons à fixation radiale
  • Roue AV : 120 / 70 - 17
Kawasaki Ninja 1000 SX 2021 technique
  • Transmission
  • Boite à 6 rapports
  • Transmission secondaire par chaîne
  • Train arrière
  • Monoamortisseur, déb : 144 mm
  • 1 disque Ø 250 mm, étrier 1 piston
  • Roue AR : 190 / 50 - 17
  • Moteur
  • 4 Cylindres en ligne , 4 temps
  • Refroidissement : Refroidissement liquide
  • Injection ø 38 mm
  • 2 ACT
  • 4 soupapes par cylindre
  • 1 043 cc (77 x 56 mm)
  • 142 ch à 10 000 tr/min
  • 11,30 mkg à 8 000 tr/min
  • Compression : 11.8 : 1
  • Crit'air :

Galerie

Millésimes

2020

Agrandir ou voir la fiche de la Ninja 1000 SX 2020 Agrandir ou voir la fiche de la Ninja 1000 SX 2020 Agrandir ou voir la fiche de la Ninja 1000 SX 2020

2021

Agrandir ou voir la fiche de la Ninja 1000 SX 2021 Agrandir ou voir la fiche de la Ninja 1000 SX 2021 Agrandir ou voir la fiche de la Ninja 1000 SX 2021

Comparer

Comparer la Ninja 1000 SX face à ses concurrentes

Accélération

Kawasaki Ninja 1000 SX 2021 Non communiqué
BMW R 1250 RS 2021 : 3,25 s

Consommation

Kawasaki Ninja 1000 SX 2021 : 5,80 l/100km
BMW R 1250 RS 2021 : 4,75 l/100km

Couple

Kawasaki Ninja 1000 SX 2021 : 11,30 mkg
BMW R 1250 RS 2021 : 14,50 mkg

Puissance

Kawasaki Ninja 1000 SX 2021 : 142 ch
BMW R 1250 RS 2021 : 136 ch

Vitesse

Kawasaki Ninja 1000 SX 2021 : 250 km/h
BMW R 1250 RS 2021 : 200 km/h
Comparateur
Comparer des motos

Avis (6)

Nulle

Très décevante , moteur trop linéaire et je parle pas du duo ,une grosse merde ma femme m'a dit!!! lol.... Elle préfère maintenant mon bmw r 1250 rs avec qui je m'éclate bien et quel moteur!!!! Répondre à Rwan

Modèle 2021
Je possède le modèle 2019 et c'est la perfection. Je ne regrette absolument pas mon choix. Elle n'a pas d'équivalant actuellement pour moi. Seul question, est-elle fiable sur le long terme ? L'avenir me le dira. Wotan. Répondre à Wotan

Modèle 2021
exelente moto je la change tout les an depuis 2011(fait 20000km par an)j attent la prochaine fin fevrier regret le look des ancien echapement est les disques de frien petales.parfaite en duo est routiere ou sportive je la recommande pour les longs voyages. Répondre à franky

Une routière à tout prix

RoutiéreOuRien Modèle 2020
Lorsqu’on veut absolument une routière, qu’on roule tous les jours par tout temps et qu’on fuit BMW (va savoir pourquoi lol), le choix est vite fait. VFR800, LA routière idéal... oui mais voilà... depuis quelques années elle a oublié d’évoluer. La NINJA 1000SX fait 200cm3 de plus (environ), et 40 Ch de p’us ET elle est moins lourde. ET en PLUS elle a PLEINS d’assistances électroniques en plus! Et fait marquant, les deux motos sont dans la même gamme de prix! Bref, même si l’on ADORE la VFR (j’en ai eu 4), il faut savoir tourner la page. Surtout quand l’on roule beaucoup en région Parisienne c’est bête de ne pas avoir toutes ces assistances (car la conduite du caisseux Parisien... surtout quand il pleut... elle est malheureusement souvent dangereuse). Donc j’ai essayé puis acheté cette moto. C’est une EXCELLENTE moto, mais : • sur une honda, dès qu’on monte dessus nous sommes tout de suite à l’aise. Alors que chez Kawa c’est TOI qui t’habitue à la moto (et non l’inverse :-(). • la serrure pour ouvrir la selle passager est HYPER mal placé • le shifteur down ne fonctionne pas toujours • quand on met UN coup de gaz (pour prévenir qq1, avant qu’il nous shoot), la moto fait de temps en temps DEUX vroum!!! Ou vrouuuuuuuuuuuuum (la poignée de gaz ne revient pas toute seule?!?! • le régulateur, excellente option, n’est malheureusement pas du tout intuitive • le tableau de bord est UNIQUEMENT en anglais grrrrrr • l’application également ?!?! GRRRRRR • elle n’a pas de béquille centrale grrrrrr • les rétro sont HYPER MAL placé pour l’interfile. Quand on fait 80% d’interfile en semaine, c’est balo Bref, je ne regrette pas mon achat, car de toute façon c’est la meilleure du marché actuel, mais j’ai quand même BEAUCOUP de regret, et la VFR me manque énormément (elle n’avait AUCUN de ces défaut presque rédhibitoire). Répondre à RoutiéreOuRien

L'une de meilleur moto que j'ai eu. Pour pas dire la meilleure. Très agréable et maniable sur petits et longs trajets. En solo ou en duo elle accepte le roulage cool ou plus speed. Trop too, je l'adore. Bonne route à tous. Répondre à Fab

Dommage pour les doubles pots qui faisaient son identité ! Répondre à Pat
Voir plus de commentaires
Déposez votre avis sur la Kawasaki Ninja 1000 SX 2021
Notez cette moto :

Indispensables

Un matériel en bon etat et un entretien régulier de la moto sont indispensables pour la sécurité du pilote et les performances de la machine.
Vous trouvez tout le nécessaire (équipement, pièces, outillage, etc...) et bien plus chez notre partenaire, avec des milliers de références disponibles.

Actus